1. / Maladies
  2. / Maladies nutritionnelles
  3. / Cholestérol

Cholestérol : le bon, le mauvais... et l'excès

Il peut être bon ou mauvais, il varie avec le temps et en fonction de ce que nous mangeons et peut devenir l'ennemi numéro 1 des artères. Mieux vaut donc surveiller son taux de cholestérol pour rester en bonne santé. Mais quelles sont les conséquences d'un excès ?

Rédigé le , mis à jour le

Cholestérol : le bon, le mauvais... et l'excès
Cholestérol : le bon, le mauvais... et l'excès
Sommaire

Qu'est-ce que le cholestérol ?

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent les effets du cholestérol lorsqu'il est en excès dans le sang.

En France, on estime qu'une personne sur quatre souffre d'hypercholestérolémie. Alimentation trop riche, alcool, sédentarité mais aussi hérédité, les causes de l'excès de mauvais cholestérol dans le sang sont multiples.

Comme il n'entraîne aucun symptôme directement visible, le cholestérol se développe au fil des années dans le plus grand silence. À long terme, les conséquences sur la santé peuvent être très graves avec des risques d'accidents vasculaires cérébraux ou d'infarctus.

Mais le cholestérol est aussi indispensable au bon fonctionnement de notre organisme. Il participe par exemple à la synthèse de la vitamine D au niveau de la peau. Il entre même dans la composition des membranes de l'ensemble des cellules du corps. On distingue donc souvent le "bon" du "mauvais" cholestérol. Cette distinction est liée en partie au mode de transport de ce lipide.

Le cholestérol a besoin d'un transporteur capable d'attraper un lipide tout en circulant dans un milieu liquide. C'est le rôle des lipoprotéines (association de graisse et de protéines). Avec d'un côté, les lipoprotéines à haute densité (HDL) et les lipoprotéines à faible densité (LDL). Les premiers transportent le cholestérol vers le foie où il est dégradé, ce qui permet d'éliminer le cholestérol en excès. C'est la raison pour laquelle on dit que le HDL est le bon cholestérol. Le LDL, quant à lui, transporte le cholestérol vers les cellules du corps, il ne permet pas son élimination, d'où le surnom de mauvais cholestérol.

Si le mauvais cholestérol parvient à pénétrer à l'intérieur des parois des artères, il peut s'oxyder et déclencher une réaction inflammatoire. Une plaque d'athérome se forme, ce qui peut progressivement obstruer le vaisseau. Le sang a de plus en plus de mal à passer et du coup, les tissus sont mal oxygénés. Cette plaque risque de se fissurer, les substances inflammatoires entrent alors en contact avec les autres éléments du sang, tels que les globules rouges et les plaquettes, et provoquent la coagulation du sang. Si un caillot sanguin se forme, c'est la thrombose. Ce caillot peut aussi se détacher et circuler dans les artères et provoquer, selon les cas, un infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral.

L'hypercholestérolémie, une affaire de famille

Trop de cholestérol dans le sang... Pour la plupart d'entre nous, l'hypercholestérolémie est le résultat d'une mauvaise hygiène de vie ou de l'âge. Pour d'autres en revanche, elle est le résultat d'une maladie génétique héréditaire. Une histoire de famille en quelque sorte. On parle alors d'hypercholestérolémie familiale.

Cette maladie concerne environ 300.000 personnes en France et se caractérise par un défaut d'élimination du cholestérol LDL, autrement dit du mauvais cholestérol. Chez ces patients, il atteint un taux deux à huit fois supérieur à la normale, à savoir 1,6 gramme par litre de sang.

L'origine de la maladie est donc génétique et héréditaire. La plupart du temps, elle est transmise par un seul des deux parents. On parle alors de forme hétérozygote. Dans de rares cas, un cas sur un million, la maladie est transmise par les deux parents : on parle alors de forme homozygote.

Cet excès de cholestérol LDL représente un danger pour la santé des patients car il s'accumule dans le sang et se fixe sur la paroi des artères. Des dépôts graisseux se forment et réduisent l'apport sanguin dans ces artères. Parfois, ils se décrochent et créent une obstruction avec pour conséquence des AVC mais aussi des infarctus... Des maladies cardiovasculaires qui surviennent plus ou moins tôt selon la sévérité de la maladie.

Pour éviter cette issue, les malades doivent respecter une bonne hygiène de vie et prendre un traitement à vie. C'est le cas de Marc.

Cholestérol : un nouvel outil de prévention

Comment mesure-t-on le score calcique ?

Un nouvel outil de prévention commence à se développer : le scanner de score calcique. Cet examen non invasif permet de détecter la présence de dépôts de cholestérol sur la paroi des artères.

Âge avancé, tabagisme, hypercholestérolémie familiale… Autant de facteurs de risque pour lesquels cet outil de prévention est indiqué. "Cet examen nous permet de mesurer les dépôts de cholestérol dans les artères, qui peuvent obstruer les artères au fur et à mesure du temps", explique le Dr Laurent Uzan, cardiologue.

Dans les dépôts de cholestérol, on trouve du calcium. Plus le volume des plaques est important, plus le taux de calcium est élevé. Grâce aux informations recueillies, un logiciel calcule le score calcique. En fonction du résultat, des examens complémentaires peuvent être réalisés pour mettre en place le traitement le mieux adapté au cas du patient et ainsi diminuer son risque d'accident cardiaque.

À Paris, seuls deux établissements disposent du logiciel qui permet de calculer le score calcique. La Sécurité sociale prend en charge le forfait du scanner (auquel il faut ajouter l'honoraires du médecin, base de 35 euros plus dépassement d'honoraires s'il y en a).

Apprendre à cuisiner moins gras

Comment préparer des repas savoureux sans trop de matières grasses ?

En cas d'hypercholestérolémie, une des premières mesures à prendre est d'adapter son alimentation. Il existe dans les hôpitaux des consultations spécialisées.

L'objectif de ces consultations spécialisées est d'analyser les habitudes alimentaires des patients pour leur proposer un régime adapté. "On peut conseiller de limiter les acides gras saturés qui sont principalement contenus dans les graisses animales et privilégier plutôt les graisses végétales qui sont contenues dans la margarine, dans les huiles… et varier les huiles", conseille Laurie Nafteux, diététicienne-nutritionniste.

"Il n'y a pas d'aliments interdits à proprement parler. En revanche, il faut faire attention aux fréquences et aux quantités de certains aliments comme la charcuterie, les oeufs, les viandes grasses, les plats préparés…", précise Laurie Nafteux.

Des ateliers éducatifs diététiques sont également organisés pour permettre aux patients de revoir les bases d'une alimentation équilibrée… Ils apprennent aussi à cuisiner en éliminant le gras au maximum, et ainsi limiter l'apport en mauvais cholestérol.

Comment est réalisé un pontage ?

Attention, images d'intervention chirurgicale : le principe du pontage

Le but du pontage est de rétablir une bonne circulation sanguine au niveau de l'artère coronaire. L'artère mammaire est, dans ce cas, détournée puis rebranchée à l'artère coronaire malade.

Combien de pontages peut-on réaliser dans la même intervention ?

Stents, des ressorts pour dilater les artères

Attention, images d'intervention chirurgicale : les stents sont de petits ressorts qui dilatent les artères afin d'éviter qu'elles ne se bouchent.

Lorsque les artères du coeur menacent de se boucher, on peut avoir recours à l'angioplastie.

Pour rétablir un bon flux sanguin, le chirurgien commence par visualiser l'artère malade. De petits ressorts, les stents, sont ensuite placés dans l'artère pour les dilater.

Les produits anti-cholestérol sont-ils efficaces ?

Les produits anti-cholestérol ont envahi les rayons des supermarchés. Mais ont-ils réellement une influence ?

Sous forme de yaourt, de produits à boire, de margarine et même de céréales... Les vertus anti-cholestérol de certains produits alimentaires apparaissent en grosses lettres sur certains emballages. Mais que valent vraiment ces produits ?

LDL-aphérèse : "nettoyer" le sang de l'excès de cholestérol

La LDL-aphérèse permet d'épurer le sang du mauvais cholestérol

Pour les cas les plus sévères d'hypercholestérolémie familiale, les médicaments et le respect d'une bonne hygiène de vie ne suffisent pas à contrôler le taux de mauvais cholestérol. Les patients doivent se rendre dans des centres spécialisés pour filtrer leur sang. C'est ce qu'on appelle une LDL aphérèse.

L'aphérèse est une technique contraignante mais efficace qui permet d'extraire le LDL cholestérol (mauvais cholestérol) du sang. En pratique, des colonnes remplies de granules captent et fixent le mauvais cholestérol (LDL) au passage du sang de sorte que celui-ci reparte vers le patient, épuré de son mauvais cholestérol. Grâce à cette technique, le sang est épuré jusqu'à près de 75% de son mauvais cholestérol. Et ce sans le moindre médicament. Une prise de sang est réalisée avant et après chaque séance.

L'inconvénient de cette épuration sanguine est qu'elle doit être répétée régulièrement pour empêcher le cholestérol d'atteindre un taux trop élevé.

Aujourd'hui, plusieurs recherches s'orientent vers la thérapie génique pour soigner les patients mais les progrès sont surtout significatifs du côté des médicaments. En attendant des avancées majeures, les médecins mettent l'accent sur un dépistage précoce car on estime qu'aujourd'hui à peine 10% des cas d'hypercholestérolémie familiale sont diagnostiqués.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus