Plus de la moitié des fruits et légumes contaminés par des pesticides

L’association de défense des consommateurs alerte sur la contamination de plus de la moitié des fruits et légumes issus de l’agriculture intensive. Ces pesticides sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens et cancérogènes.

Mathis Thomas
Rédigé le
Plus de la moitié des fruits et légumes contaminés par des pesticides

Ce jeudi 23 mars, l’association UFC-Que Choisir a dévoilé son étude des analyses officielles de 14 000 contrôles sanitaires effectués sur les aliments vendus en France. Il en ressort que plus de la moitié des fruits et légumes issus de l’agriculture intensive testés sont contaminés par des pesticides à risque.

Plus de 150 substances suspectées d’être cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques ou perturbateurs endocriniens ont été retrouvées dans ces fruits et légumes, souligne l’association de consommateurs.

À lire aussi : Evaluez votre exposition aux pesticides

Pommes et cerises contaminées

Dans plus de la moitié (51%) des échantillons testés, l’UFC-Que Choisir note la présence d’au moins un pesticide à risque. Avec des quantités loin d’être minimes. Dans près d’un cas sur deux (43%) les autorités ont été en capacité de mesurer les doses de ces substances.  

Parmi les pesticides à risque détectés, l’association note la présence de pyriproxyfène, fortement suspecté d’être un perturbateur endocrinien. Les pommes (80 % des échantillons) sont particulièrement pointées du doigt. Du fludioxonil, un fongicide suspecté d’être un perturbateur endocrinien, est détecté dans 48 % des échantillons. 

La quasi-totalité des cerises (92% des échantillons) seraient également contaminées, notamment en phosmet, un insecticide suspecté par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments d’être toxique pour la fonction reproductrice.

"Raconte"

Les produits bio moins contaminés

En revanche, cette étude révèle que les aliments issus de l'agriculture biologique sont "beaucoup moins contaminés notamment en raison de l’interdiction des pesticides de synthèse pour ce mode de production". Les échantillons de tomates, d’haricots verts et de pommes bios analysés sont jusqu’à sept fois moins contaminés que les aliments conventionnels.  

Les produits de l’agriculture biologique constituent donc un recours pour les consommateurs, notamment les plus sensibles aux effets de ces molécules : femmes enceintes, enfants et adolescents” souligne l’UFC-Que Choisir.