1. / Maladies
  2. / Peau

Prurit, démangeaisons : au secours, j'ai la peau qui gratte !

On estime qu'un tiers des Français souffrent de démangeaisons. La plupart du temps, elles se font ressentir dans le cuir chevelu, le dos, sur les jambes et les bras et sont particulièrement virulentes en fin de journée. Quels traitements permettent d'atténuer le prurit ? Le stress est-il un facteur aggravant ? Comment soigner une peau lésée par le grattage ?

Rédigé le , mis à jour le

Prurit, démangeaisons : au secours, j'ai la peau qui gratte !
©Fotolia/Kanachaifoto  
Sommaire

Démangeaisons de la peau : pourquoi ça gratte ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent les démangeaisons de la peau

La plupart du temps, les démangeaisons se font ressentir dans le cuir chevelu, le dos, sur les jambes et les bras et sont particulièrement virulentes en fin de journée. On parle aussi de prurit. Il est parfois tellement intense que les personnes se grattent jusqu'au sang.

Pour comprendre l'origine de certaines démangeaisons, prenons l'exemple de l'eczéma. Les cellules de défense de notre corps vont reconnaître la substance allergisante et libérer en réaction des molécules inflammatoires comme l'histamine. Résultat, ça démange et la peau devient rouge et granuleuse. De petites bulles se forment, elles peuvent suinter si on les gratte et finissent par sécher et donner des croûtes.

Le prurit peut aussi provenir de maladies parasitaires, par exemple la gale qui est en recrudescence. Ces lésions peuvent démanger très fort et nécessiter un traitement pour éradiquer le parasite. Autres petites bêtes à l'origine de démangeaisons : les demodex. Derrière ce drôle de nom se cachent de minuscules acariens, qui piquent le visage et provoquent des plaques assez impressionnantes.

Enfin, certaines maladies du foie ou le diabète provoquent aussi des démangeaisons et altèrent fortement la qualité de vie. Le sommeil et la vie sociale peuvent être perturbés.

Prurit : la photothérapie comme traitement

Le prurigo se caractérise par l'apparition de boutons violacés

De nombreux traitements sont proposés aux patients atteints de prurit mais il est encore très difficile de les soulager complètement. Parmi les techniques employées, l'exposition aux ultraviolets médicaux (photothérapie) s'avère intéressante pour certaines indications.

Le but de la photothérapie est d'envoyer des rayons de soleil artificiels qui réduisent l'inflammation par différents mécanismes et freinent la prolifération des cellules de l'épiderme responsables du prurigo.

Le prurit d'origine hépatique

La maladie de Michaël provoque un prurit intense

Chez certains patients, les démangeaisons peuvent provenir d'une pathologie hépatique.

Se gratter jusqu'au sang pour tenter de soulager un prurit invivable, certains patients sont obligés d'en arriver à ce stade. Ces démangeaisons insupportables peuvent être liées à une maladie du foie. Le prurit est caractéristique des maladies où il y a une rétention de bile. Elle est produite par le foie et la vésicule biliaire.

Normalement, la bile doit se déverser dans le tube digestif mais quand une maladie attaque les voies biliaires, les composants de la bile se répandent dans le sang. "Le prurit, le grattage peut être dû à deux causes qui sont à la fois locale et centrale au niveau cérébral. Locale car on pense que les acides biliaires qui augmentent dans le sang jouent un rôle direct ou indirect dans l'excitation de terminaisons nerveuses qui se trouvent sous la peau, ce qui explique la sensation de besoin de se gratter", explique le Pr Didier Samuel, hépatologue.

Une stimulation au niveau cérébral pourrait aussi jouer un rôle dans l'apparition des démangeaisons : "Il existe des traitements qui visent à améliorer, à diminuer la rétention biliaire et le premier d'entre eux est l'acide ursodésoxycholique qui est un médicament qui peut améliorer le bilan hépatique, qui peut favoriser un meilleur écoulement de la bile et donc par voie de conséquence, diminuer le prurit", précise le Pr Samuel. Lorsqu'aucun traitement ne parvient à soulager durablement le patient, une greffe peut être envisagée.

Sponsorisé par Ligatus