1. / Maladies
  2. / ORL

La langue et ses pathologies

La langue est le premier organe à bouger in utero. Un organe qui aide à la mastication et qui est l'organe du goût. La langue est également l'un des organes les plus puissants et les plus importants du corps humain. Mais parfois la langue peut être le siège de nombreuses pathologies, infections ou encore présenter des déformations ou malformations.

Rédigé le , mis à jour le

La langue et ses pathologies
La langue et ses pathologies
Sommaire

La langue : à quoi sert-elle ?

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet décrivent en image l'anatomie de la cavité buccale

La langue est l'un des organes les plus importants de notre corps. Elle est aussi le plus puissant : ses 17 muscles, tous rattachés à l'os hyoïde, l'os de la mâchoire, peuvent exercer de fortes pressions sur les dents, voire les déplacer. C'est ce qui arrive notamment pendant leur croissance. La langue est essentielle au fonctionnement de notre organisme. Sans elle, par exemple, nous ne pourrions rien avaler. 

Les muscles de la langue repoussent en effet les aliments et les liquides vers l'arrière de la bouche, au moment de la déglutition. Recouverte de milliers de capteurs sensoriels - les papilles gustatives - la langue est aussi l'organe du goût par excellence. Elle nous permet de savourer de délicieux mets mais aussi de parler car la langue module les sons émis par les cordes vocales. Suivant sa position dans la cavité buccale, elle permet d'articuler les voyelles ou les consonnes, de faire plus moins résonner la voix.

Enfin, la langue joue un rôle essentiel dans la respiration grâce au muscle le plus volumineux qui la compose : le génioglosse. Il permet de garder les voies aériennes supérieures bien dégagées. Quand le génioglosse fonctionne mal, la langue peut basculer à l'arrière de la gorge. C'est d'ailleurs ce qui arrive lorsqu'on souffre, par exemple, d'apnées du sommeil.

Pathologies de la langue : des symptômes à ne pas négliger

La langue est couverte de muqueuse et à ce titre, elle est sujette aux infections bactériennes, virales, mycosiques comme n'importe quelle autre muqueuse du corps. Le lichen plan, par exemple, est une maladie inflammatoire favorisée par le stress, le tabac. Il fonctionne par poussées.

La langue peut être le siège de pathologies dermatologiques. Mais ce n'est pas tout, la langue peut aussi présenter des "déformations" ou "malformations", généralement de naissance. La macroglossie est un exemple. La langue est hypertrophiée, anormalement grosse. Elle est protubérante et trop grande pour la bouche. Elle demande un effort volontaire pour la garder à l'intérieur de la bouche. On retrouve par exemple cette anomalie dans le syndrome de Beckwith-Wiedemann, une maladie génétique rare.

Les lésions de la langue sont des signes à ne pas négliger car elles peuvent dégénérer en cancer de la bouche. Un cancer qui peut être invasif avec des métastases ganglionnaires, osseuses. Mais si ces lésions sont prises à un stade précoce, le taux de guérison atteint les 100%. Un lichen ne doit donc surtout pas être sous-estimé et doit amener à consulter un spécialiste.

À côté des lichens plans très répandus, c'est tout un éventail d'autres pathologies qui peuvent toucher la langue. Il y a la langue géographique, une anomalie génétique visible dès la naissance. La langue géographique est un motif de consultation très fréquent mais cette pathologie reste bénigne.

Autre pathologie sans danger mais très impressionnante : la langue noire. On retrouve cette pathologie chez les fumeurs, chez les gens stressés ou chez les gens qui ont une mauvaise hygiène buccale. Le traitement repose sur le décapage et le brossage de la langue.

Les lésions papillomateuses (papillome) sont des lésions virales tout à fait bénignes comme les verrues que l'on peut avoir sur les mains ou les pieds. Le traitement consiste à enlever cette verrue parce que le froid n'est pas efficace sur la muqueuse buccale. Ce que l'on peut brûler sur la peau ne peut pas être brûlé dans la bouche.

Les lésions buccales ne doivent pas être prises à la légère. Ni l'aspect, ni la douleur ne sont des signes de gravité. Au contraire, les plus indolores sont souvent les plus graves.

L'opération du frein de la langue

La langue (organe le plus musclé du corps) ayant une richesse vasculaire importante, les médecins utilisent un laser qui limite les saignements et coagule.

Un autre motif de consultation concerne le frein de la langue. Le frein est la structure tissulaire médiane de la face centrale de la langue. À la naissance, il peut être trop court, fibreux et constituer une bride qui gêne l'enfant pour parler, mastiquer et déglutir car la langue ne monte pas au palais. Elle reste en bas et souvent pousse les dents vers l'avant.

Il s'agit d'une anomalie souvent héréditaire, qui concerne près d'une naissance sur 30. Il est donc important d'intervenir mais quand et comment ?

Couper un frein avec un ongle était une pratique courante dans le passé mais qui pouvait entraîner hémorragie et infections. Depuis les choses ont changé, ORL, stomatologues et chirurgiens maxillo-faciaux ont pris le relais avec un protocole bien précis. "Nous intervenons sur le frein de langue avant six mois parce que durant cette période, la région du frein n'est pas bien vascularisée, innervée. On peut donc pratiquer ce geste au fauteuil. Après six mois, nous avons fait le choix d'attendre que l'enfant ait atteint l'âge de raison parce que l'on associe le geste opératoire à des séances d'orthophonie et des rééducations de la langue", explique le Dr Abdelkhaled Kaddour Brahim, chirurgien maxillo-facial et stomatologue.

Le cancer de la langue

La reconstruction de la langue est une opération de longe haleine, elle dure plusieurs heures

Le cancer de la langue concerne 15.000 Français chaque année, et entraîne le décès de 5.000 malades par an. Il peut se développer dans la partie inférieure de la bouche, au niveau du pharynx, ou dans la partie mobile, qui sert à parler et à manger.

Dans 95% des cas, le cancer est traité par chirurgie en retirant la tumeur et une partie ou la totalité de la langue. Il faut alors ensuite reconstruire une nouvelle langue.

Il existe des prothèses pour compenser les troubles provoqués par l'absence de langue, mais elles sont relativement compliquées à réaliser. En fonction de la motivation du patient, de la capacité à avaler mais aussi de la présence de dents, une prothèse en résine ou en silicone est posée pour améliorer son confort.

La glossodynie ou syndrome de la langue de feu

Véronique souffre de troubles de l'appareil manducateur qui comprend l'ensemble de la mâchoire mais aussi des muscles et qui peut être à l'origine de douleurs dans toute la bouche, y compris sur la langue

Les lichens sont des pathologies très courantes de la langue. Il s'agit d'une maladie inflammatoire favorisée par le stress ou le tabac. La glossodynie, elle, est une pathologie totalement invisible et très peu connue. Aussi appelée "syndrome de la langue de feu", il s'agit de douleurs à la langue qui peuvent devenir insupportables pour ceux qui en souffrent.

Elles surviennent généralement après un traumatisme physique, une opération qui s'est mal passée chez le dentiste par exemple, ou un choc psychologique… Mais la cause n'est jamais clairement déterminée. Les glossodynies sont aussi parfois liées à d'autres maladies.

Les personnes atteintes de glossodynie savent qu'elles ne guériront pas. Mais pour les soulager, des solutions existent. "On utilise beaucoup les traitements des douleurs neuropathiques. Ce sont des molécules qui ne sont pas des antalgiques classiques, conventionnels, par exemple certains antidépresseurs, certains antiépileptiques. On utilise aussi des traitements topiques, des traitements locaux. On dispose également d'autres prises en charge psycho-comportementales (relaxation, méditation…)", explique le Pr Nadine Attal, neurologue.

Toute douleur persistante à la langue doit faire l'objet d'une consultation médicale. Même chose pour les éventuelles lésions qui peuvent s'y développer. Si elles sont négligées, elles peuvent dégénérer en cancer de la bouche. Il est donc important d'être vigilant. Pris à un stade précoce, le taux de guérison atteint les 100%.

Le baiser, bon ou mauvais pour la santé ?

Le baiser à la française ou french kiss consiste à s'embrasser avec la langue. Cet échange de fluides n'est pas tout à fait sans risque d'un point de vue médical.

Des millions de germes et de bactéries en tous genres envahissent notre muqueuse buccale, mais aussi des virus dont un particulièrement célèbre : le virus d'Epstein-Barr, responsable de la mononucléose ou maladie du baiser. Cette maladie donne des symptômes tels qu'une angine, une fatigue importante, une atteinte hépatique…

Le principal coupable est la salive. Présente dans les postillons, elle est accusée de tous les maux, à tort : "La salive est un liquide biologique qui contient des éléments hydriques, des ions, des enzymes… Normalement elle est stérile, propre et même antiseptique. Si on met un peu de salive sur une plaie, on assure une désinfection", explique le Pr François Bricaire, infectiologue.

Le problème, ce n'est donc pas la salive mais bien la cavité où elle se trouve, autrement dit la bouche : "La bouche est une des parties les plus sales de l'organisme, probablement parce qu'il y a le système dentaire et dans le système dentaire, il y a la prolifération d'un certain nombre de germes autour des dents, des gencives, des racines des dents… De base, la bouche n'est pas un milieu propre", insiste le Pr Bricaire.

Côté santé, s'embrasser avec la langue n'est donc pas hygiéniquement recommandable. Mais faut-il pour autant s'en passer ? Pour Jean-Luc Tournier, auteur de "La petite encyclopédie du baiser", le baiser est "bon pour le corps, bon pour l'esprit (…) Quand on s'embrasse le cœur bat plus vite que d'habitude mais cela n'est pas mauvais, même pour les personnes cardiaques".