L'eau potable en Europe largement contaminée par un PFAS : ce qu'il faut savoir

Un produit chimique très persistant, l'acide trifluoroacétique (TFA), a été détecté dans un large échantillon d'eaux potables européennes, selon des associations. Celles-ci réclament des normes plus strictes.

Alexis Llanos avec AFP
Rédigé le
 Le TFA est détecté dans 34 des 36 échantillons d'eau du robinet sélectionnés
Le TFA est détecté dans 34 des 36 échantillons d'eau du robinet sélectionnés  —  Shutterstock

De l’acide trifluoroacétique (TFA) dans l'eau potable européenne. C'est ce qu'a détecté le Centre technologique de l’eau de Karlsruhe, en Allemagne, qui publie ses résultats dans une étude ce mercredi 10 juillet. Celle-ci fait suite à une autre étude du Réseau européen d'action sur les pesticides (PAN Europe) et ses membres, dont Générations futures en France, parue en mai sur la contamination très étendue des rivières et lacs par ce TFA.

34 échantillons contaminés sur 36

L’étude portait sur des prélèvements d’eau potable provenant de 11 pays de l’Union Européenne (UE). Le TFA en particulier est détecté dans 34 des 36 échantillons d'eau du robinet sélectionnés et dans 12 des 19 échantillons d'eau minérales ou de source, selon les résultats des analyses.

La concentration moyenne dans l'eau potable était de 740 nanogrammes par litre (ng/L) et de 278 ng/L dans les eaux en bouteille, inférieure aux 1 220 ng/L détecté en moyenne dans les échantillons des cours d'eau de la précédente étude. 

Ces concentrations sont-elles nocives pour la santé ? Trop peu d'études ont encore été menées, dénoncent les associations qui mettent en avant la proposition de l'Institut national de la santé publique et de l'environnement néerlandais de fixer une norme à 2 200 ng/L.

À lire aussi : Ces signes qui indiquent qu’une rivière est contaminée par des matières fécales

"Toxique pour la reproduction"

Ce seuil a été dépassé dans une eau minérale analysée et dans un échantillon d'eau potable d'Autriche (4 100 ng/L). À Paris, l'eau du robinet analysée en contenait 2 100 ng/L et à Metz la concentration relevée était de 500 ng/L.

Problème : les produits chimiques persistants se cumulent dans l'eau. C’est pourquoi l'UE a fixé une limite, à partir de 2026, de 500 ng/L pour l'ensemble des PFAS, qualifiés de "polluants éternels", et les ONG réclament que le TFA soit ajouté à la liste.

"L'Agence allemande chargée des produits chimiques a récemment proposé de classer le TFA comme toxique pour la reproduction", selon le rapport, qui cite une étude du géant de la chimie Bayer démontrant "de graves malformations fœtales" sur les lapins.

"Nous sommes déjà indûment exposés à d'autres PFAS"

Certes, les niveaux de TFA détectés "semblent toujours être dans les limites sûres selon les connaissances actuelles", mais les apports "augmentent quotidiennement", "le tampon de sécurité est déjà très réduit" et "nous sommes déjà indûment exposés à d'autres PFAS" déclare Helmut Burtscher-Schaden, chimiste de l'environnement de l'ONG Amis de la Terre Autriche.

Les associations demandent une interdiction "rapide" des pesticides PFAS et des gaz réfrigérants et une restriction générale de l'utilisation des "polluants éternels"

L'eau du robinet sous haute surveillance
L'eau du robinet sous haute surveillance  —  Le Mag de la Santé - France 5