Variole du singe : symptômes, transmission et traitements

De nombreux cas de variole du singe sont enregistrés à travers le monde depuis le printemps 2022. Pour se protéger contre ce virus, il est essentiel de reconnaître les symptômes et de savoir comment il se transmet.

La rédaction d'Allo Docteurs
La rédaction d'Allo Docteurs
Rédigé le , mis à jour le
L'actu : des cas de variole du singe en Europe
L'actu : des cas de variole du singe en Europe  —  Le Magazine de la Santé - France 5


La variole du singe est une maladie infectieuse virale. Elle est due au virus Monkeypox, qui est proche du virus de la variole humaine. Tous deux appartiennent à la famille des orthopoxvirus.

Quels sont les symptômes de la variole du singe ?

Les symptômes de la variole du singe sont multiples. Ils regroupent :
- de la fièvre ;
- des douleurs musculaires ;
- une fatigue ;
- des maux de tête ;
- un gonflement des ganglions lymphatiques au niveau du cou ;
- des lésions sur le corps, notamment des éruptions cutanées vésiculeuses remplies de liquide, qui ressemblent à des pustules et se transforment ensuite en croûtes. La particularité de ces lésions est de se concentrer au niveau de l’anus, des muqueuses génitales et de la bouche. Elles peuvent aussi apparaître au niveau du visage, des mains et du torse.

Les différentes étapes des lésions dues à la variole du singe. En haut : les trois images montrent les pustules à un état peu avancé. Elles ressemblent à des vésicules remplies de liquide. En bas : les vésicules sont plus avancées et évoluent en croûtes.
Les différentes étapes des lésions dues à la variole du singe. En haut : les trois images montrent les pustules à un état peu avancé. Elles ressemblent à des vésicules remplies de liquide. En bas : les vésicules sont plus avancées et évoluent en croûtes.  —  UK Government - www.gov.uk

En cas de symptômes évoquant une variole du singe, contactez votre médecin traitant ou un centre gratuit d’information, de dépistage et de diagnostic (Cegidd) dans votre département. Un test PCR pourra être effectué pour confirmer le diagnostic. 

Dans la majorité des cas, ces symptômes sont bénins et la variole du singe guérit spontanément en deux à quatre semaines. Mais dans 1 à 10 % des cas, les symptômes peuvent évoluer et entraîner des complications sévères, en particulier chez les enfants ou les personnes immunodéprimées. 

Selon Santé publique France, la variole du singe peut ainsi provoquer des surinfections cutanées, une pneumonie, des troubles neurologiques et des problèmes oculaires en cas de complications. Des décès peuvent survenir chez les personnes fragiles mais la mortalité liée au virus de la variole du singe reste faible.

Qui est concerné par la variole du singe ?

Les premiers cas de l’épidémie actuelle de variole du singe ont été signalés parmi les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). Actuellement, ce sont ces hommes qui sont essentiellement touchés. 

Mais le risque de contamination ne se limite pas à cette population et toute personne, homme, femme ou enfant, qui a un contact étroit avec une personne malade risque de contracter la variole du singe. 

Est-ce que c’est un nouveau virus ?

Le virus de la variole du singe est connu depuis des décennies, notamment sur le continent africain. Il ne s’agit donc pas d’un nouveau virus. Jusqu'ici, ce virus était "endémique" à l’Afrique occidentale et centrale, c’est-à-dire qu'il ne circulait que dans cette région. Mais depuis le printemps 2022, il s’est étendu à d’autres régions du monde où la maladie n’est pas habituellement présente, comme l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Australie.

D'après une étude du 23 août 2022, l'épidémie actuelle diffère des précédentes puisqu'elle touche essentiellement des hommes ayant des rapports avec des hommes, qu'elle atteint les régions du périnée et autour de l'anus, ou encore parce qu'elle se transmet souvent par contact sexuel. Enfin, elle peut entraîner des formes graves.

Pour l’Organisation mondiale de la Santé, cette épidémie suggère une transmission de la variole du singe non détectée depuis un certain temps et une amplification récente de cette transmission interhumaine.

Comment se transmet la variole du singe ?

La variole du singe est une zoonose, c’est-à-dire qu’elle se transmet habituellement de l’animal à l’humain. Les animaux contaminants sont essentiellement les rongeurs sauvages ou les primates qui vivent dans les zones forestières d’Afrique du Centre et de l’Ouest. Mais une transmission interhumaine est aussi possible lors de contacts rapprochés.

Les situations suivantes sont donc à risque de transmission :
- un rapport sexuel ;
- un contact de la peau ou des muqueuses avec les boutons ou les croûtes ;
- le partage de linge (vêtements, draps, serviettes de toilette), de vaisselles ou d’ustensiles de toilette (brosse à dents ou rasoir) ;
- un face-à-face prolongé. Dans ce cas, la contamination a lieu via les gouttelettes émises par les éternuements ou les postillons. 

Les rapports sexuels sont des situations à risque de transmission en raison des contacts de la peau et des muqueuses mais la variole du singe n’est pas pour autant une infection sexuellement transmissible (IST) au sens strict, car elle se transmet lors de tout contact physique rapproché, même non sexuel. 

Comment se protéger de la variole du singe ?

La réduction des situations à risque et l’isolement des malades sont à ce jour les meilleurs outils de lutte contre la variole du singe. Une personne malade est contagieuse dès l'apparition des symptômes.

Tant qu'il n'y a pas de symptôme, il n'y a pas de risque de transmission. Mais un isolement strict est impératif dès l’apparition des symptômes et jusqu’à leur disparition complète pour éviter toute contamination. Cette période d’isolement est généralement de trois semaines. 

Pour éviter une contamination lors d’un rapport sexuel, le préservatif n’est pas suffisant, car les contacts via la peau et la bouche sont aussi contaminants. Il reste néanmoins essentiel pour protéger des IST comme le VIH ou l’hépatite B.

La vaccination à titre préventif est par ailleurs conseillée aux personnes les plus exposées au virus : 
- les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (HSH) et ayant des partenaires sexuels multiples ;
- les personnes trans ayant des partenaires sexuels multiples ;
- les travailleurs et travailleuses du sexe ; 
- les professionnels des lieux de consommation sexuelle. 

Comment se soigne la variole du singe ?

À ce jour, le traitement de la variole du singe consiste essentiellement à soulager les symptômes, notamment la douleur, et à prévenir les complications telles que les surinfections cutanées. 

Les personnes qui souffrent d’une forme grave de la maladie ou qui sont à risque d’une forme grave peuvent recevoir un médicament antiviral utilisé habituellement contre les virus de la famille de la variole, le Tecovirimat. Ce traitement dispose d’une autorisation de mise sur le marché européen dans le traitement de la variole humaine, de la variole du singe et de la vaccine, ou variole bovine. Il est réservé aux adultes et aux enfants de plus de 13 kg. Le vrincidovir est prescrit en seconde intention. 

En cas de contre-indication aux antiviraux (femmes enceintes, enfants de moins de 13 ans), des immunoglobulines sont administrées en perfusion.

Enfin, après un contact à risque avec une personne malade, une vaccination post-exposition est recommandée. Elle est ouverte en France depuis le 20 mai 2022. Idéalement, le vaccin doit alors être injecté entre quatre et 14 jours après le contact à risque. 

La vaccination post-exposition induit une hausse du taux d’anticorps, qui empêchent la multiplication du virus dans l’organisme. Elle limite donc l’apparition de symptômes, notamment la formation de vésicules hautement contagieuses. La vaccination post-exposition limite donc la propagation du virus au sein de la population. 

Est-ce que les animaux de compagnie peuvent attraper la variole du singe ?

Les animaux de compagnie peuvent-ils être atteints de variole du singe ?
Les animaux de compagnie peuvent-ils être atteints de variole du singe ?  —  Allodocteurs.fr

Les chiens, les chats, les rongeurs et les NAC (pour "nouveaux animaux de compagnie") sont susceptibles d’attraper la variole du singe si leur maître est malade. Les symptômes seront les mêmes chez les animaux de compagnie que chez les humains : fébrilité, fièvre, fatigue puis gonflement des ganglions et apparition de pustules remplies de liquides. 

Si vous êtes malade ou que vous avez été contact à risque au virus de la variole du singe, appliquez un éloignement strict avec votre animal. Ne le caressez pas et isolez-vous dans une pièce à l’écart de votre animal de compagnie. 

En savoir plus sur la variole du singe

Sur Allodocteurs.fr

· Variole du singe : les personnes vaccinées avant 1979 sont-elles protégées?
· Variole du singe : on vous explique où et comment se faire vacciner
· Variole du singe : ce que l'on sait des premiers décès hors d'Afrique
· Variole du singe : quels sont les risques de contamination par la nourriture ?
· Un Italien testé positif au Covid, au VIH et à la variole du singe en même temps
· Variole du singe : le délai entre les deux doses de vaccin allongé pour les personnes non immunodéprimées
· Variole du singe : un chien contaminé par ses maîtres à Paris
· Variole du singe : quelle est la durée de vie du virus sur les objets ?
· Variole du singe : les femmes de plus en plus concernées

Ailleurs sur le web

· Santé publique France 
Cette agence sanitaire a par ailleurs mis en place une ligne téléphonique gratuite d'informations et de conseils, "Monkeypox Info Service", au 0 801 90 80 69 disponible 7 jours sur 7 de 8h à 23h.
· Organisation mondiale de la Santé 
· Service-Public.fr 
· Ministère de la Santé

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !