1. / J'ai mal…
  2. / Aux dents
  3. / Je grince des dents la nuit

Covid : quand le stress fait grincer des dents

Le stress et l’anxiété générés par l’épidémie de covid et le confinement auraient entraîné un bond des grincements de dents et des douleurs de la mâchoire. Attention aux conséquences de ces symptômes sur votre santé bucco-dentaire !

Rédigé le

Covid : quand le stress fait grincer des dents
Image d'illustration. Crédits Photo : © Shutterstock / Independence_Project

Quel est le rapport entre l’épidémie de covid et la santé de vos dents ? Selon des chercheurs en médecine dentaire et en psychiatrie des universités de Tel Aviv (Israël) et de Wroclaw (Pologne), le stress et l’anxiété provoqués par l’épidémie et le confinement ont favorisé les grincements de dents (ou bruxisme), les douleurs de la bouche, de la mâchoire et de la face.

Principales personnes concernées, selon cette étude publiée en octobre dans le Journal of Clinical Medicine : les femmes âgées de 35 à 55 ans.

A lire aussi : Covid-19 : même pas peur !

Douleurs, craquements, grincements…

Pour cette étude, les chercheurs ont distribué des questionnaires en ligne auprès de 1.792 participants dans deux pays, 700 en Israël et 1.092 en Pologne, pendant le confinement mis en place dans ces deux états.

Les volontaires devaient indiquer si une série de symptômes étaient apparus ou s’étaient aggravés depuis le confinement : douleurs orofaciales, douleurs et craquements au niveau des tempes ou de la mâchoire, serrage de la mâchoire pendant la journée et grincements de dents la nuit. La particularité de ces symptômes physiques est qu’ils sont le plus souvent causés par le stress et l’anxiété.

Des symptômes chez la moitié des participants

Résultat : tous ces symptômes ont "considérablement" augmenté dès le premier confinement dans ces deux pays, ce qui s’explique par les effets négatifs de la covid sur l'état psycho-émotionnel des populations.

Dans les deux pays, près de la moitié des participants (47% en Israël et 48% en Pologne) ont déclaré ressentir des symptômes pendant le confinement contre 35% avant la pandémie. Au total, un bond de 10 à 25 % a été enregistré pour ces symptômes.

De même, les personnes qui souffraient déjà de ces symptômes avant la pandémie ont vu leur gravité augmenter d'environ 15 % en Israël et de 34% en Pologne.

Les femmes de "génération intermédiaire" plus à risque

Enfin, les femmes étaient plus nombreuses que les hommes à voir ces symptômes apparaître ou s’amplifier. Un résultat attendu selon les chercheurs, puisque les symptômes de bruxisme et de troubles temporo-mandibulaire affectent généralement davantage les femmes que les hommes, quel que soit le contexte.

Et les 35 et 55 ans étaient les plus à risque. Pour les chercheurs, ces résultats "reflètent la détresse ressentie par la génération intermédiaire, enfermée à la maison avec de jeunes enfants, sans l'aide habituelle des grands-parents, tout en s'inquiétant pour ses parents âgés, confrontés à des problèmes financiers et souvent obligés de travailler à domicile dans des conditions difficiles" écrivent-ils dans un communiqué de l’université de Tel Aviv.

Quelles conséquences sur la santé ?

Mais attention à ne pas prendre les grincements de dents à la légère. Le bruxisme et les troubles temporo-mandibulaires ont en effet des conséquences sévères sur la santé : maux de tête, craquements, altération des muscles masticateurs et des articulations de la mâchoire, lésions des muqueuses buccales, usure mécanique des dents et défaillances d’éventuelles prothèses dentaires.

Gouttière et gestion du stress

Que faire alors si vous grincer des dents ? Le principal moyen d’action est la pose d’une gouttière en plastique la nuit, que votre dentiste pourra vous prescrire. En s’interposant entre les dents "du haut" et celles "du bas", la gouttière s’usera à la place des dents. Mais elle ne constitue pas un traitement du bruxisme, elle en atténue seulement les effets.

Pour réduire durablement le bruxisme, il faudra plutôt travailler sa gestion du stress par exemple en consultant un ou une psychologue en cas d’angoisse sévère, mais aussi en pratiquant de la sophrologie, de la méditation ou encore en ayant recours à l’hypnose.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr