Néphroblastome : le cancer du rein chez l'enfant

En France, on estime qu’un enfant sur 10 000 développe un cancer du rein, le néphroblastome. Il s'agit du cancer du rein le plus fréquent chez l’enfant. Comment le soigne-t-on ? Quelles sont les spécificités de cette pathologie ?

Rédigé le , mis à jour le

Néphroblastome : le cancer du rein chez l'enfant
Sommaire

Néphroblastome : la formation d’une boule

Alexis a 3 ans et demi. Il a une tumeur au rein droit. Il doit se faire opérer.

Un cancer aux causes mal connues. Sans que l'on comprenne pourquoi, les cellules deviennent anormales, se multiplient et finissent par former une masse que l'on appelle tumeur cancéreuse. Cette tumeur apparaît dans la petite enfance, le plus souvent entre l'âge de 1 et 5 ans.

Une boule volumineuse. Chez l'enfant, cette tumeur est différente de celle de l'adulte. Elle se développe à partir d'un vestige de tissu embryonnaire. Elle grossit généralement très rapidement. En quelques semaines, elle peut mesurer 15 centimètres et peser plus d'un kilogramme. Malgré sa taille, cette boule n’est pas douloureuse.

Des symptômes visibles. Les parents découvrent par hasard la présence d'une boule ou remarquent que leur enfant a un gros ventre. Parfois, c'est la présence de sang dans les urines qui conduira à une consultation médicale.

Néphroblastome : les traitements

Néphroblastome : le suivi médical

Le traitement du néphroblastome s'avère très efficace : en effet, 90 % des enfants atteints guérissent.

Une chimiothérapie efficace. Le néphroblastome est très sensible à la chimiothérapie. Les médicaments permettent de réduire la taille de la tumeur avant de la retirer. Parfois, un rein entier doit être retiré, mais l'enfant peut très bien vivre sans.

Deux étapes : opérer pour retirer la tumeur et l’analyser. Après l'opération, la tumeur est analysée pour savoir si elle s'est rompue. Car dans ce cas, elle peut s'étendre au reste de l'organisme. Les cellules cancéreuses ont en effet tendance à migrer vers d'autres parties du corps et à y développer de nouvelles tumeurs, qu'on appelle métastases. 90 % de ces métastases se localisent au niveau des poumons.

La suite du traitement va dépendre de cette analyse. En fonction des résultats, une chimiothérapie ou une radiothérapie peuvent être proposées.

 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus