1. / J'ai mal…
  2. / Aux reins

En 2021, je prends soin de mes reins !

Le 11 mars, à l'occasion de la Journée mondiale des reins nous vous proposons des conseils pratiques pour prendre soin de vos reins, des organes méconnus mais essentiels au bon fonctionnement de l'organisme.

Rédigé le

En 2021, je prends soin de mes reins !
En 2021, je prends soin de mes reins !

"Les reins sont, avec le foie, les organes qui épurent les déchets de l'organisme, explique le Dr Thevenin Lemoine, néphrologue très investie dans l'association France Reins. Si l'épuration n'est pas faite, il y a un empoisonnement de l'organisme par ses propres déchets, qui peut conduire à la mort." C'est ce que l'on appelle l'insuffisance rénale chronique, qui évolue en 5 stades. 

Il est donc essentiel de ménager ses reins tout au long de sa vie pour l'éviter ou en cas de maladie à risque pour les reins, pour ralentir son évolution.

  • En l'absence de maladie à risque pour les reins

Pour les personnes en bonne santé, prendre soin de ses reins passe avant tout par l'hygiène de vie. " Arrêter de fumer, avoir une activité physique régulière et une alimentation équilibrée, protègent les vaisseaux et donc le cœur, le cerveau et les reins, reprend la néphrologue. Il faut aussi limiter le sucre et le gras dans l'alimentation, c'est essentiel pour éviter un diabète, à risque pour les reins."

La consommation de protéines n'est pas anodine non plus. "Les protéines animales ou végétales surchargent les reins et doivent être limitées, précise Séverine Frigout, diététicienne en charge de l'éducation thérapeutique des patients atteints d'insuffisance rénale. Pour une personne en bonne santé, la consommation doit être inférieure à 1 gramme de protéines par kilo de poids idéal et par jour."

Une femme de 65 kg qui n'est ni en surpoids ni en dénutrition, devrait donc consommer  65 grammes de protéines par jour au maximum. Ce seuil peut être rapidement atteint puisque 100 grammes de viande ou de poisson, ou 2 œufs contiennent 20 grammes de protéines. Un fromage blanc ou 30 grammes de fromage  en apportent 10 grammes, tout comme 120 grammes de pain ou 250 de féculent cuits. 

"Pour protéger les reins, il faut aussi ne pas trop consommer de sel, ajoute Séverine Frigout. La limite est de 6 à 8 grammes de sel, en tenant compte du sel d'ajout et de tous les aliments qui contiennent du sel." La consommation de liquide est importante, à raison d'1,5 à 2 litres répartis régulièrement sur la journée, tout compris (eau, café, thé,...) et à l'exception de l'alcool et des sodas.

En plus de l'hygiène de vie, la vigilance est de mise concernant deux facteurs aggravants : les infections urinaires et les médicaments. "En cas d'infections urinaires à répétition, le traitement et le suivi sont impératifs, recommande le Dr Thevenin Lemoine. Il ne faut pas prendre de médicaments n'importe comment et ne jamais acheter de médicaments sur Internet. Les anti-inflammatoires sont de véritable poisons pour les reins !"

Ils ne doivent être pris que lorsqu'ils sont prescrits et en l'absence de facteur de risque rénal. Enfin, surveiller régulièrement sa tension artérielle et sa glycémie, le taux de sucre dans le sang, permettra de dépister précocément une hypertension et un diabète, nocifs pour les reins, et de les traiter.

  • En présence de maladie à risque pour les reins

"L'insuffisance rénale est une maladie extrêmement silencieuse et on n'en guérit jamais, reprend le Dr Thevenin Lemoine. De nombreuses personnes y arrivent sans avoir eu de symptômes avant, avec besoin d'une dialyse ou d’une transplantation. Par contre, on peut agir sur les pathologies amenant à l'insuffisance rénale, que sont le diabète et les pathologies vasculaires comme l'hypertension artérielle et l'hypercholestérolémie."

Pour la néphrologue, il faut absolument prendre son traitement tous les jours et ne jamais l'arrêter. "C'est contraignant mais prendre quelques comprimés est toujours moins astreignant que d'être en insuffisance rénale, prévient-elle. Il faut se faire suivre par un néphrologue et faire tous les ans les examens recommandés : un fond d'œil chez l'ophtalmologue, une consultation en cardiologie et un dosage dans le sang de la créatinine et dans les urines de l'albumine." Ces dosages, facile à mettre en pratique, évaluent la fonctionnement des reins, permettent un diagnostic précoce et la mise en place d'une traitement.

Encore plus que pour les personnes sans facteurs de risque, les patients doivent être très vigilants sur les anti-inflammatoires, cause très fréquente d'insuffisance rénale. "On peut se retrouver en dialyse si on a un diabète ou une obésité et que l'on prend des anti-inflammatoires ! met en garde le Dr Thevenin Lemoine. C'est d'autant plus vrai que l'on est âgé."  

Les règles d'hygiène de vie évoquées dans le premier paragraphe sont fondamentales pour les patients avec un facteur de risque rénal, qui doivent aussi faire soigner toute infection urinaire ou maladie de la prostate.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr