Cancer : la vie deux ans après le diagnostic

Douleurs, fatigue, discriminations, répercussions sur la vie professionnelle et familiale : deux ans après le diagnostic, les personnes atteintes d'un cancer demeurent confrontées à de nombreuses difficultés, aggravées par des disparités géographiques ou socio-économiques, selon une vaste étude de l'InCA publiée ce 10 juin.

Rédigé le

Cancer : la vie deux ans après le diagnostic

L'étude VICAN2 a été réalisée en 2012 auprès de 4.349 personnes de 20 à 85 ans, atteintes d'un cancer depuis deux ans. Elle démontre qu'en dépit des progrès apportés par les précédents Plans Cancer, ce type de pathologie reste une épreuve difficile au plan physique et psychologique.

"Les personnes doivent, plusieurs années après leur diagnostic, composer avec le risque de rechute, les effets secondaires de la maladie et de ses traitements, mais aussi la reprise de leur vie quotidienne", souligne l'Institut national du cancer (INCa) qui a réalisé l'étude, en partenariat avec l'Inserm et l'Assurance Maladie.

Si certains cancers restent de très mauvais pronostic (pancréas, poumon), d'autres (sein, prostate) ont largement bénéficié des progrès thérapeutiques enregistrés ces dernières années et contribué à augmenter les perspectives de guérison et de survie.

Selon l'INCa, plus de trois millions de personnes vivent aujourd'hui en France après un cancer.

Pas tous égaux devant le diagnostic

Les premières inégalités apparaissent dès que la maladie frappe, avec des retards au diagnostic plus importants chez les personnes âgées, celles vivant en milieu rural ou encore chez les travailleurs indépendants.

Ces retards sont associés à un taux de survie plus court, à une moins bonne qualité de vie physique mais aussi à un risque de rechute plus élevé.

Des progrès dans l'annonce de la maladie

Concernant l'annonce du diagnostic et les relations avec les soignants, l'étude relève que "des améliorations" sont intervenues depuis la précédente étude réalisée en 2004.

Elle souligne toutefois que les critiques proviennent surtout des femmes, des jeunes et des personnes les moins diplômées et disposant des plus faibles revenus.

C'est également le cas pour la qualité de vie après la phase aiguë des traitements, jugée globalement moins bonne par les personnes les moins aisées.

Fatigue et douleur

La qualité de vie dépend également beaucoup de la localisation du cancer, avec des symptômes comme la fatigue ou la douleur, très variables selon le type de cancer.

La fatigue touche 30% des patients atteints d'un cancer de la prostate ou d'un mélanome et jusqu'à 70% de ceux atteints d'un cancer du poumon, de la thyroïde ou du rein.

Deux malades sur trois, en majorité des femmes, des jeunes et des personnes en situation de précarité, rapportent avoir ressenti des douleurs localisées sur une ou plusieurs parties du corps au cours des 15 derniers jours. Mais seulement 60% d'entre elles disent avoir pris des médicaments pour les soulager.

Selon les données de l'Assurance maladie, 26% des malades ont bénéficié de traitements anti-douleurs opiacés (produits dérivés de l'opium) et 1,8% à des opiacés forts au cours des trois derniers mois, notamment en cas de cancers du poumon et des voies aéro-digestives supérieures.

Mais l'accès aux opiacés les plus puissants "de palier 3" (comme la morphine) semble surtout réservé aux malades les plus jeunes et diminue progressivement avec l'âge, selon l'étude VICAN2, les plus de 70 ans étant de loin les plus mal lotis.

Les conséquences sur la vie professionnelle

Sans surprise, le cancer a un impact sur la situation professionnelle : selon l'InCA deux après le diagnostic, seulement six personnes sur dix "avaient encore un emploi contre huit sur 10 au moment du diagnostic". Un rapport de l'Observatoire sociétal des cancers publié le 17 avril 2014 détaillait que sur dix actifs malades d'un cancer, trois avaient quitté ou perdu leur emploi deux ans après le diagnostic.

Le rapport VICAN2 démontre que la perte touche davantage les moins diplômés, les plus jeunes et les plus âgés, les ouvriers, les employés et les précaires.

La sévérité du cancer aggrave également les inégalités puisque, pour un cancer de bon pronostic, le taux de maintien en emploi deux ans après le diagnostic est de 89% pour les cadres et 74% pour les ouvriers et employés, contre respectivement 48% et 28% pour les cancers de mauvais pronostic.

10% des personnes interrogées, en majorité des femmes et des jeunes, déclarent par ailleurs avoir fait l'objet d'attitudes de rejet ou de discriminations tandis que plus de la moitié (53,2%) se plaignent d'une diminution de leur libido (voire une disparition pour 22%) deux ans après le diagnostic de cancer.

 

Pour en savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Sur le site de l'InCA

Ailleurs sur le web