Cancer du sein : un cancer surdiagnostiqué ?

Avec 20 % de surdiagnostic, pourquoi le dépistage organisé existe-t-il toujours ? Qui va indemniser les femmes opérées pour rien ?

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Dr Marc Espié, directeur du centre des maladies du sein à l'hôpital Saint-Louis (Paris) :

"Le surdiagnostic, c'est quand on va diagnostiquer un cancer qui n'aurait jamais eu de traduction clinique du vivant de la personne concernée.

"20 % de surdiagnostic est un chiffre exagéré. On est plutôt aux alentours de 10 % de surdiagnostic. C'est très compliqué car on ne peut pas savoir quel "petit cancer" va rester petit et ne pas évoluer par rapport à ceux qui vont vraiment évoluer. On va faire du surdiagnostic quand par exemple on va diagnostiquer un cancer de 2 millimètres à une dame de 74 ans qui va mourir d'un infarctus à 76 ans. Son cancer de 2 millimètres ne serait probablement pas apparu cliniquement et ne l'aurait pas tuée. Malheureusement on ne peut pas savoir si cette personne va mourir ou non d'un infarctus à 76 ans. À partir du moment où l'on a une image évocatrice d'un cancer, il est impossible de la regarder car on n'a pas la possibilité de savoir si elle va évoluer ou pas."

En savoir plus

Dossier :

Questions/réponses :