1. / Alimentation
  2. / Régimes
  3. / Régime amaigrissant

Le point sur les régimes amaigrissants

Perdre du poids reste la préoccupation de beaucoup de Français. Et les régimes de tous types fleurissent dans les journaux. Pourtant, il est toujours compliqué de faire un choix, sans mettre en péril sa santé… Hyperprotéinés, pauvres en graisses, monodiètes, "détox"… Ces régimes sont-ils adaptés à tout le monde ?

Rédigé le

Les "vrais-faux régimes", la chronique du Dr Catherine Serfaty-Lacrosnière, nutritionniste

Par définition, le régime concerne les personnes en surpoids, avec un indice de masse corporelle (1) supérieur à 25. Mais bien souvent, des personnes au poids normal souhaitent perdre quelques kilos, dans un but purement esthétique. Il n'y a alors aucune indication médicale en faveur d'un régime. Les régimes sont également déconseillés aux femmes enceintes en cas d’allaitement, aux enfants malades, aux personnes fragiles ou souffrant de troubles alimentaires.

Quoiqu’il en soit, le régime devrait être banni au profit d'une modification du comportement alimentaire et du mode de vie. Un régime restrictif et contraignant ne peut que conduire à une reprise de poids, bien souvent plus importante que les kilos perdus.

Les régimes faibles en calories inefficaces et à éviter

Les régimes restrictifs proposent très peu de calories et un choix d’aliments souvent extrêmement réduit. On dit qu'un régime est restrictif par exemple à 800 calories pour une femme de 1,60 m pesant 60 kilos ou à 1.300 calories pour un homme de 90 kilos et d’1,80 m. Tout dépend donc du gabarit.

Le danger de ce type de régime est, qu'en apportant des besoins bien inférieurs aux apports nutritionnels de base, il pousse le corps à ne plus respecter les signaux de la faim. Si la perte de poids est souvent très rapide, il s'agit en réalité surtout d'une perte en eau et en muscles. Une situation qui se présente par exemple lors de régimes monodiètes (2), avec ananas ou soupes.

Jeûne, "détox", qu'en penser ?

Le jeûne consiste à arrêter totalement de manger, pendant une durée plus ou moins longue. L'eau est la seule chose autorisée, car elle est vitale. Là encore, si la perte de poids est spectaculaire, la reprise l'est tout autant. Sans parler de la fonte musculaire et des risques cardiaques.

La détox fait elle aussi appel à un apport très limité en calories associé à une hydratation intense. Certaines détox proposent, comme dans les pays anglo-saxons, des programmes uniquement à base de liquides : jus, soupes, bouillons. D’autres suppriment toute source animale… Dans tous les cas, pratiquée plus d'un jour, la détox devient dangereuse pour la santé, surtout sans suivi médical ou si elle consiste uniquement à ingérer des liquides.

Régimes pauvres en sucres ou en graisses ?

Dans les années 90 et 2000, les régimes pauvres en graisses étaient en vogue. En limitant les graisses, on partait du principe que l'apport calorique serait automatiquement diminué. Seulement, ces graisses sont bien souvent remplacées par des sucres… Le résultat sur la santé et le poids n'est donc pas meilleur, d'autant plus que certaines graisses, dites insaturées, sont nécessaires à une bonne santé cardio-vasculaire.

Bon nombre d'études ont essayé de déterminer qui, des régimes pauvres en graisses ou en sucres, auraient de meilleurs résultats. Sans succès… Cependant, les programmes qui respectent un faible index glycémique (proposant des aliments au pouvoir sucrant bas (3)) améliorent la satiété, en équilibrant le taux de sucre dans le sang entre les repas. Finalement, ils vont à l'inverse du dogme établit il y a quelques années : le régime sans P, sans pâtes, ni pain.

Les dangers du régime hyperprotéiné

D'autres régimes paraissent plutôt adaptés, comme la chrono-nutrition qui consiste à manger beaucoup plus en première partie de journée et très peu en fin. Cette alimentation, non restrictive, peut correspondre à un mode de vie normal, mais moins aux personnes qui ont des obligations sociales le soir…

Quant aux régimes hyperprotéinés, Atkins depuis les années 70 aux Etats-Unis, et plus récemment Dukan en France, ils sont à classer dans les régimes restrictifs. Le risque de reprise de poids est fort, sans parler de l’augmentation des insuffisances rénales chez les patients plus âgés, exposés soudainement à un apport protéique important. Ces pertes de poids rapides favorisent également la formation de calculs vésiculaires.

Des solutions pour maigrir et garder son poids à long terme

L'objectif premier est de faire une croix sur les vieux réflexes ancrés dans notre mode de vie : le grignotage, l’hyperphagie, l’alimentation nocturne… Tous à l’origine de la prise de poids. Pour cela, il faut mettre en place une éducation et rééducation nutritionnelle.

Associer ces changements alimentaires à une activité physique régulière reste la façon la plus fiable pour perdre du poids et limiter la reprise.

(1) IMC : poids/taille au carré
(2) Régime qui consiste à ne manger qu'un seul et même aliment  à tous les repas
(3) Plus communément appelés "sucres lents"

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus