Ch@t : Le vaginisme

Ch@t du 29 janvier 2010 Avec les réponses de Noëlla Jarousse, sage-femme et thérapeute sexologue, de Lucette Dubaut, kinésithérapeute, du Dr Monique Solomon, gynécologue et du Dr Charlotte Tourmente.

Rédigé le , mis à jour le

Ch@t : Le vaginisme
Ch@t : Le vaginisme
Sommaire

Les réponses de Noëlla Jarousse, sage-femme sexologue

  • J'ai 22 ans. Il y a 1 an j’ai été opérée d’une bride vaginale car la pénétration était jusqu’alors impossible et depuis la pénétration se fait mais cela brûle souvent et pourtant il n’y a pas d’infection. Pensez-vous que cela soit du vaginisme ?

Dans les plasties vulvo-vaginales il y a souvent une difficulté car l'élasticité du périnée et de la fourchette vulvaire n'est plus aussi souple. Pas de panique une opération nouvelle n'est pas nécessaire. Il faut oser les massages avec un doigt avec un gel spécifique hydratant. Il faut pratiquer soi-même des exercices de Kegel (serrer en même temps le sphincter de la vessie et le sphincter anal).

  • Les anneaux contraceptifs peuvent-ils créer des mycoses confondues avec une vaginite ?

Non, ce n'est pas possible car si on enlève l’anneau pour faire un prélèvement et on sait s'il s'agit d'une mycose ou d'une irritation. Il faut remettre l’anneau en attendant le résultat. A ce moment la gynéco vous donne éventuellement une ovule pour traiter la mycose et si toute fois elle vous disait d'enlever l'anneau pendant un mois vous utilisez des préservatifs masculins, c'est obligatoire.

  • Je ressens des brûlures au début, pendant et même après la pénétration avec un effet d’étaux et ce, en étant bien humidifiée, est-ce que ce sont des symptômes du vaginisme et existe-il des solutions ?

Cela doit être une vulvodynies : douleur inflammatoire de la vulve. C'est très fréquent chez les jeunes femmes qui ont des pertes un peu acides. Ce qu'il faut : prendre soin de la muqueuse vaginale très fragile, après la toilette du soir mettre de la crème pour hydrater la vulve et faire un massage avec le doigt. C'est une irritation de la fourchette vulvaire.

  • Je n’ai pas compris la différence entre vaginisme et vestibulite. J’ai des relations sexuelles douloureuses, des blocages et parfois il est impossible que mon partenaire me pénètre pourtant je l’aime. Par contre je peux mettre des tampons et je n ai pas vraiment de douleurs lors d'un examen gynéco ?

Il n'y a pas de lien en entre être amoureuse et être heureuse en faisant l'amour. Le vaginisme est une contracture des releveurs de l'anus qui n'ont rien à voir avec une vestibulite qui est une inflammation de la zone périnéale et vaginale. Il faut traiter l'inflammation, et pratiquer un massage avec un produit antiseptique et anti-inflammatoire avec le doigt. Posez-vous la question êtes vous allergique au latex ? votre partenaire a-t-il un membre très important ?

  • J’ai 21 ans et un utérus rétroversé. Je souffre de douleurs pelviennes à la pénétration et durant le rapport. Est-ce du à cette rétroversion ou serait-ce un vaginisme ?

2 réponses : s’il y a un utérus rétroversé, il faut revoir le problème avec un kiné qui peut vous aider à faire travailler les muscles qui ont sur-tendus l’utérus. On peut aussi faire une opération par voie basse pour retendre les ligaments qui laissent flotter trop abondamment l’utérus. Cela peut-être un vaginisme dans la mesure où vous avez tellement mal durant la pénétration que dans votre esprit vous vous contractez par peur d'avoir mal. Pour pouvoir faire la différence consultez un gynécologue. Reste à savoir si vous avez déjà eu des rapports non douloureux ou si c'est spécifique à un partenaire ou à une position.

  • Je suis atteinte de vaginisme depuis plusieurs années. J’ai vu beaucoup de spécialistes et également un sexologue. Rien n’y fait les douleurs persistent et pourrissent mon couple. Je vais bientôt me marier et aimerais vivre normalement. Avez vous d’autres pistes de recherche à me proposer ?

Le vaginisme n'est pas rédhibitoire en général tout s'arrange, vous pouvez vous marier. Le sexologue que vous avez vu a sûrement fait au mieux pour vous proposer une thérapie, mais peut-être était-ce trop tôt et peut-être que ses conseils n'ont pu être entendus par vous.Pour résoudre une vaginisme il y a toujours 2 aspects. L’aspect psychologique et la peur d'être envahi par l'autre. Dans le second cas, il faut oser regarder un livre d'anatomie et oser se regarder, mettre une crème au bord du vagin et apprendre à se connaître. Une femme sur 2 qui ne se connaît pas.

  • La taille du pénis du partenaire a-t-elle un rôle dans ces affections (douleurs/crispations) ?

Non, le problème c'est la souplesse à l'entrée du vagin. Même si le partenaire a un gros pénis, il n'attendra jamais la grosseur de la tête d'un bébé. Pas de panique, il faut assouplir le périnée par un gel et prendre un temps de préparation pour qu'il y ai une sensibilité de pénétration sans douleur. Pas de plastie vaginale.

  • La ménopause précoce peut aggraver une vestibulite par manque de lubrification ?

Oui, c'est évident les hormones entraînent une rétractation vulvo-vaginique. Il faut hydrater en permanence son vagin et masser pour garder la souplesse.

  • Ma fille de 17 ans ne peut pas mettre de tampon et n’accepte pas les examens gynécologiques. Il y a-t-il un lien avec le vaginisme ?

Non pas obligatoirement c'est surtout une méconnaissance de l'anatomie et il faut essayer de mettre un tampon avec une crème hydratante et une glace. Pas de vaginisme, il faut juste mieux se connaître.

  • Lors de rapports sexuels je ressens des sensations au niveau clitoridien, puis après pénétration je n'ai aucune sensation et je n’arrive pas à avoir un orgasme. Je prends depuis une dizaine d’années le traitement substitutif de la ménopause. Un avis ?

Le traitement devrait au contraire vous aider à avoir un meilleur plaisir.

  • Depuis mon accouchement, j’ai moi aussi des douleurs lors de la pénétration, ma gynécologue me parle de vaginisme mais n’est-ce pas du à l’épisiotomie ?

Après un accouchement le désir vers l'objet d'amour enfant est plus fort que l'objet d'amour mari. Il faut prendre son temps pour se reformater. Il ne faut pas dramatiser, il faut parfois attendre jusqu'à 9 mois.

  • J’appréhende beaucoup les rapports sexuels avec mon mari suite à des infections urinaires à répétion et à des brûlures lors de la pénétration. Ce qui fait que je n’éprouve plus vraiment de désir et ça me fait de la peine pour mon mari. Que puis-je faire ?

Il faut traiter en premier lieu les cystites à répétition et se préparer avant la relation sexuelle avec un gel hydratant pour que le frottement n'entraîne pas d'inflammation. Il existe des produits à base de pamplemousse pour drainer.

  • Je n’ai pas de rapports avec mon compagnon à cause de douleurs importantes... Cela fait deux ans maintenant, mais j’ai honte, je n’ose pas en parler. Par quoi dois-je commencer ? Quelle solution entreprendre ?

Etes-vous toujours amoureuse de lui, avez-vous toujours du désir pour lui ? Il faut utiliser un gel à base de vitamine E pour que la muqueuse ne soit plus en état d'irritation permanente et masser. Il existe un petit livret gratuit chez les pharmaciens qui explique comment masser son vagin.

  • J’ai des douleurs après les rapports. Est-ce du vaginisme ? Que faire ?

Non, les douleurs après les rapports ne sont pas du vaginisme mais une irritation de la fourchette vulvaire. Demandez à votre gynéco une crème pour l’hygiène intime. Après un rapport, il faut masser son périnée et ne pas prendre l'habitude de se laver outrancièrement.

  • Est-ce que la masturbation après un vaginisme peut aider la femme à dépasser la vulvite ?

Oui ! Le fait de se caresser personnellement au niveau du clitoris après un rapport sexuel fait qu'il y a un désengorgement de la vulve si on a un orgasme.

 

Les réponses de Lucette Dubaut, kinésithérapeute

  • J’ai toujours des sensations de brûlures lors de la pénétration est-ce du vaginisme ?

Il faut consulter un gynéco ou un dermato spécialisé pour éliminer tout problème médical et ensuite cela peut-être un signe de vestibulite, elle ou il vous le confirmera.

  • J’ai accouché il y a presque 6 mois (et continue d’allaiter à ce jour mon enfant). Les rapports sexuels sont toujours très douloureux à ce jour plus particulièrement du fait d’une contracture que je ressens à l'ouverture (côté anus). Est-ce vrai que le sevrage peut être une solution ?

Dans les suites d'accouchement on peut rencontrer des problèmes de douleurs à la pénétration. Les causes peuvent être multiples.....épisiotomie, déchirures problème de lubrification....fatigue......Des massages assouplissants des cicatrices et le travail musculaire du périnée apportent assez rapidement une nette amélioration. Il faut, dans ces cas là, commencer un travail en manuel et à l'arrêt des douleurs, un travail avec stimulations à l'aide d'une sonde viendra compléter le traitement.

  • En combien de temps peut-on guérir du vaginisme ?

Il n'y a pas de réponse type. Cela varie de quelques semaines à plusieurs années. Nous ne maîtrisons pas nous les thérapeutes tous les facteurs. La patiente doit être prête à affronter un travail psychologique et un travail mécanique, physique. Pour le travail physique, la contracture musculaire est la première à être levée. La douleur cutanée est souvent plus longue à disparaître. On y arrive en assouplissant la muqueuse en l'hydratant. Ne pas avoir de rapport sans lubrifiant. Ne pas "forcer "la douleur. Savoir dire "non ce n'est pas possible" ....pour pouvoir dire "oui" le plus vite possible.

  • Je souffre de vulvodynie et dois accoucher dans 2 mois. Cela m’angoisse car un simple rapport sexuel peut s’avérer très douloureux. Que puis-je faire pour préparer au mieux cet événement ?

Massez doucement l'entrée du vagin au niveau du U vaginal sur le petit pont entre le vagin et l'anus, côté vagin, avec de l'huile d'amande douce.

  • J’ai peur de porter un enfant à cause de ma vulvite (depuis plus de 6 ans mais depuis aujourd’hui au moins je sais de quoi je souffre). L’accouchement me fait terriblement peur ainsi que les déchirures. Dois-je choisir la césarienne ?

Régler votre problème de "vulvite" si possible avant de faire un bébé... ou bien au cours de votre grossesse et l'accouchement ne sera plus un problème. Après un traitement kiné pour vestibulite l'anneau vulvaire est souple.

  • Quel type de crème pour hydrater ?

Dexeryl®

  • On m’a parlé d’un possible œdème, cela se voit-il lors des séances de rééducation ?

Non, les séances de rééducation sont douces, elles sont là pour apprivoiser la zone et surtout pas pour l'enflammer. On voit chez certaines femmes des œdèmes après les rapports......voir avec les médecins spécialistes. Des douchettes froides diminuent l'inflammation. A la suite des premières séances la zone vulvaire est sensible un moment. Dès la 3ème ou 4ème ce trouble disparaît.

  • Que pensez vous de la vulvoplastie pour la vestibulodinite ?

Pour ma part je ne suis pas d'accord. Il vaut mieux essayer un traitement de physiothérapie avant tout acte de chirurgie. La plastie ne vous assouplissant pas le muscle !!!

  • Ma vulvite a été traité sous toutes les formes depuis 6 ans et aucun examen n’a mis en valeur un germe ou autre. Grâce a vous j’en conclu a une vestibulite ?! Donc ma peur de l’accouchement (déchirement douleur) peut être réglée par une prise en charge kiné avant le projet de grossesse ?

Cela vaut la peine d'essayer.

  • Je ne peux avoir de rapports sans lubrifiant, et même comme ça la pénétration est difficile et j’ai souvent de petites lésions et saignements après les rapports. Ma gynéco dit que c’est parce que j'ai une peau claire, donc fine... pourrait-ce être du vaginisme ou une vestibulite ?

Cela ressemble bien à une vestibulite à voir avec une gynéco ou dermato spécialisée.

  • Malgré des préliminaires importants, la lubrification n’est pas toujours possible, je suis d’accord qu’elle dépend de la détente ressentie, j’y travaille mais c’est pas évident. Je dois commencer de la rééducation périnéale car j’ai accouché il y a deux mois. Dois-je en parler à la sage-femme ?

Il faut en parler avec votre gynéco, il y a des solutions et en parler avec votre sage-femme si cela s'accompagne de douleurs.

  • J’ai des brûlures intenses lors de pose d’écarteur ou pénétration, et aussi pertes quotidiennes avec démangeaisons, est-ce vraiment psychologique ? Comment chercher la cause de ses troubles ?

Nous voyons des démangeaisons lors de vestibulite, avec des prélèvements ok. Cela fait partie des troubles trophiques qui accompagnent les contractures musculaires.

  • J’ai 20 ans et suis avec mon ami depuis 2 ans. Tout se passait très bien jusqu’au jour où j’ai développé une mycose puis coup sur coup deux autres le tout accompagné d’un bon cocktail bactérien. J’ai pris différents traitements et eu 3 rendez-vous en 1 an avec ma gynécologue.

Les traitements des mycoses peuvent fragiliser la muqueuse vaginale et déclencher des vestibulites.

  • Tous mes rapports sont devenus insupportables j’ai très mal et aujourd’hui je ne sais plus quoi faire. Je n’avais jamais entendu parler de ces maladies et ma gynéco m’avait juste parlé d’une allergie possible due au mal que j’avais développé pendant mes infections. Pouvez vous m'aider ?

Oui, aller voir un médecin spécialisé qui vous dira si vous avez une vestibulite et vous proposera un traitement.

  • Lorsqu’aucun rapport n’est possible cela peut aussi être une vestibulite ou c’est obligatoirement du vaginisme ? J’ai également des démangeaisons, est-ce lié ?

Un vaginisme est un refus du corps de la pénétration. Impossible de pénétrer mais ce n'est pas la douleur qui empêche la pénétration. Si la douleur ressentie est la responsable de cette non pénétration on peut penser à une vestibulite si les examens gynécologiques sont normaux.

Un médecin qui diagnostique un vaginisme ou une vestibulite.

  • Quels sont ces traitements spécifiques à envisager pour le vaginisme primaire ? Est-ce long et coûteux ?

Il y a des traitements de quelques séances et des traitements très longs. Nous ne pouvons évaluer la durée des séances lors du début du traitement. Il faut penser à un travail psychologique en parallèle à la kinésithérapie et cela marche souvent très bien. Il faut aussi que cela soit le bon moment dans la vie de la patiente, qu'elle soit prête.....

  • J’ai des douleurs quand la pénétration est profonde ! Mais cela dépend des positions et parfois j’ai de grosses douleurs dans le bas ventre dans la journée comme des crampes à quoi cela peu être du ?

Cela peut venir d'une tension abdominale. Essayer de vous détendre l'abdomen au maximum par des exercices respiratoires. Libérez vos organes, basculez le bassin en arrière, vous serez surprise du mieux être ressenti. Si vous êtes tendue le col utérin va buter sur cette tension et sera sensible.

  • Est-ce que la fréquence des rapports après la guérison est obligatoire pour l’entretenir ?

La rééducation, vous vous connaissez bien mieux et vous ressentez parfaitement votre muscle et surtout vous le commandez. Donc pas de problème, il vous obéira et ne se contractera plus, même en période sans rapport.

  • Suite à mon accouchement, il y a 8 mois, j’ai eu de nombreuses errayures. Une zone est restée très douloureuse, ce qui rend les rapports difficiles et pratiquement inexistants. Mon mari dit que mon vagin est très serré et c’est pénible pour lui aussi. Est-ce du vaginisme ?

On peut plutôt parler d'une contracture de défense. Vous devriez faire des séances de décontractions musculaires manuelles, puis ensuite travailler le muscle. Votre muscle est trop contracturé et donc douloureux comme une crampe mais également certainement inefficace, il faudra ensuite le tonifier.

  • Le fait d’essayer régulièrement (tout les soirs) d’avoir une pénétration, n’aggrave-t-il pas le problème du vaginisme ?!

Il ne faut pas avoir mal !!!! Lors des rapports. Cela aggrave votre problème et installe la douleur dans votre relation. Nous aurons beaucoup de mal à la déconnecter.

  • Est-ce que la taille du sexe de l’homme peut accentuer les douleurs quand le vaginisme est présent ?

Je le pense.

  • Est-il possible de guérir totalement d’une vestibulite vulvaire ?

Oui !!!

  • J’ai 60 ans et les symptômes décrits dans l’émission correspondent à ce que je ressens. Je saigne à chaque pénétration même douce au niveau du vestibule. Est-ce possible que je sois atteinte de ces maladies ?

Tout à fait. Je vois beaucoup de femmes de votre âge et plus. C'est souvent un simple problème de qualité de la lubrification. La durée du traitement est souvent beaucoup plus courte car le problème est surtout mécanique.

 

Les réponses du Dr Monique Solomon, gynécologue

  • Atteinte de vaginisme secondaire depuis plus de 3 ans et malgré divers traitements médicamenteux, des séances de "bio feed back" et les exercices à faire à la maison avec des crèmes VEA®, ma situation ne s’améliore pas du tout. Que faire ?

On peut réessayer des thérapies comportementales pour décontracter son périnée. Consultez un sexologue.

Non pas du tout.

  • Je suis enceinte de 7 mois, mais je ne me considère pas guérie d’un vaginisme. Pourrais-je accoucher normalement ? En serais-je capable, ou aurais-je aussi un blocage ?

En principe, l'accouchement se fait sous péridurale, ce qui permet d'avoir une anesthésie locale et d'éviter de ressentir les douleurs pendant l'accouchement et si ce n'est pas possible par voie basse, on peut avoir recours à la césarienne (pas systématique bien sûr).

  • J’ai 20 ans, je suis avec mon copain depuis que j’ai 16 ans et je n’ai jamais réussi à faire l’amour avec lui, ni avec un autre. J’ai remarqué que je n’avais pas mal lorsque c’était mes doigts mais quand ce sont les siens oui. Nous avons essayé le lubrifiant mais ça me brûle toujours.

C'est un vaginisme primaire qui se traite en ayant une meilleure connaissance de son corps et grâce à des exercices comportementaux, on peut apprendre à ne plus avoir peur de la pénétration. Il existe des traitements simples.

  • J’ai fait des séances de détente périnéale et cela m’avait détendu, j’étais moins contractée. En parallèle, je fais une psychothérapie. Or j’ai l impression que depuis quelques temps, mon muscle s’est recontracté. J’ai de nouveau mal au début de la pénétration ... Est-ce possible ?

Oui, c'est possible car le vaginisme est une contraction réflexe du périnée qu'on ne contrôle pas. Reprenez des séances pour vous décontracter et pour reprendre le contrôle de votre périnée.

  • Au début des premières pénétrations, j’ai souvent mal, ça passe ensuite. Après les rapports j’ai une irritation au niveau des lèvres comme si elles avaient été étirées.

Il faut apprendre à vous décontracter au moment de la pénétration. Demandez à votre gynécologue.

  • J’ai réussi à dépasser un vaginisme primaire au bout de 18 mois là il me reste toujours une appréhension de l’acte sexuel et un mal au niveau du début de la pénétration qui passe une fois le pénis à l’intérieur. Le problème c’est que cette appréhension et la douleur en soi me bloque tout plaisir. Que faire ?

La dernière étape du traitement est de réapprendre avec votre partenaire à ne pas appréhender la pénétration. Certaines positions favorisent la reprise de confiance en soi. Revoyez le spécialiste qui vous a suivi pour terminer votre traitement.

  • J’ai rendez vous avec une dermato prochainement, peut-elle diagnostiquer une vestibulite ou dois je voir mon gynécologue (qui m’a déjà diagnostiqué une vaginite par le passé) ?

Voyez plutôt votre gynécologue.

  • Une hystérectomie (par voie basse) peut-elle entraîner une vestibulite ?

En principe non, et aucun dysfonctionnement sexuel par la suite.

  • Le mal est-il dû à des rapports espacés et peu fréquents ?

La fréquence des rapports n'intervient strictement pas dans les symptômes. La fréquence n'est pas importante dans la qualité du rapport sexuel.

  • J’ai des douleurs qui augmentent au fur et à mesure de la pénétration. S’agit-il de vaginisme ou de vestibulite ?

Ce n'est pas du vaginisme car le vaginisme implique une impossibilité de pénétration et donc de rapport. Consultez son gynécologue pour les douleurs.

  • Vous avez parlé de vaginisme et d’un autre nom, quelles sont les différences ?

Le vaginisme est une impossibilité d'avoir des rapports avec pénétration du fait d'une contraction involontaire des muscles du périnée. Les causes sont souvent psychologiques. La vestibulite est une inflammation de la vulve qui peut être causée par une infection ou par une maladie dermatologique qui provoque des douleurs.

  • Est-ce que le vaginisme entraîne une absence de désir chez le mari ?

Non, car il y a d'autres moyens d'avoir des relations sexuelles comme les préliminaires, sans pénétration. 

  • Je suis ménopausée (59 ans). Mon gynéco me dit que c’est la raison pour laquelle je ne supporte plus du tout les intrusions : spéculum ou rapport parce que tout s’atrophie à cette période de la vie. Y a-t-il une solution ? Rééducation périnéale et lubrifiants n’y font rien !

Cette période peut entrainer une sécheresse vaginale, on peut intervenir en prenant des traitements hormonaux.

  • Pouvez-vous m'expliquer la différence entre la vaginite et la dyspareunie ?

La dyspareunie est une douleur lors de la pénétration et la vaginite est une inflammation. La vaginite peut être une cause de dyspareunie.

  • Je suis atteinte de vaginisme primaire. J’ai fait énormément de progrès. Par contre, j’ai encore beaucoup d’appréhension quant à l’idée d’un rapport, ce qui accentue la contraction. Que puis-je faire concrètement avec mon ami pour dépasser ce stade ?

Il faut revoir votre thérapeute pour qu'il vous donne des conseils pour reprendre les rapports avec votre partenaire. Il s'agit de la dernière étape du traitement complet du vaginisme.

  • Comment se déroule une séance chez le psycho-sexologue ?

La première étape est d'établir une relation de confiance avec votre thérapeute. Il n'y a pas de contact physique et il y a une partie de travail à faire chez soi. Le traitement est simple et peut être très rapide. Tout dépend de la motivation de la patiente.

  • Quelles sont les origines du vaginisme ? Est-ce l’accouchement ou le vécu de moments douloureux ? Peut-il devenir un traumatisme ?

Il y a des vaginismes secondaires qui peuvent être liés à des traumatismes psychologiques ou physiques, avec douleurs pendant les rapports. Les vaginismes primaires viennent d'une appréhension. Il n'y a pas de profil, ni de cause.

  • Quelles sont les meilleures crèmes lubrifiantes hydratantes et analgésiantes ?

Demandez conseil à votre gynécologue.

  • Qu’entendez-vous par apprendre à se connaître ?

Dans la majorité des cas, il faut apprendre son anatomie. Apprendre à se connaître, c'est connaître son corps, c'est aussi apprendre à maitriser ses muscles du périnée.

  • Est-ce que la taille du membre de l’homme peut expliquer des difficultés de pénétrations ?

Quelques fois oui, mais c'est exceptionnel.

  • J’ai une question concernant des petites lésions à l’entrée du vagin que je peux décrire comme des petites coupures, que je découvre tout simplement, en urinant car cela me brûle, et dure environ 3 jours, puis tout rentre dans l’ordre jusqu’à le prochaine fois. A quoi cela est du ?

Consultez votre gynécologue.

  • Quelles sont les solutions face au vaginisme primaire ?

Il y a des traitements spécifiques du vaginisme primaire, simples et indolores. Consultez votre gynécologue. Il faut du temps et de la patience.

  • Pouvez-vous me dire si je dois me relancer dans une thérapie ? Un sexologue est pourtant la personne la mieux adaptée ? On m’a déjà proposé de regarder l’anatomie et d’apprendre à me connaitre, pourtant, rien à faire, c’est pas la clé de mon problème visiblement ...

Connaitre son corps est un première étape. Il faut apprendre ensuite "en pratique" à maitriser son corps.

  • Lors de mes rapports sexuels, la pénétration est parfois impossible car mon vagin est contracté et je ressens souvent des douleurs, brûlures lors de la pénétration, s’agit-il de vulvodinies ?

Oui, il s'agit de douleurs. Consultez votre gynécologue. En apprenant à se décontracter, les douleurs peuvent disparaître.

Les premiers rapports peuvent être douloureux mais cela n'est que temporaire.

  • Après la guérison les rapports peuvent se produire normalement ?

Absolument, c'est le but du traitement !

  • Où puis-je trouver les adresses des spécialistes ?

Demandez à votre gynécologue.

  • Est-ce qu'il y a des positions spécifiques pour aider la pénétration ?

La position Andromaque : le partenaire allongé sur le dos et la femme accroupie au-dessus. Cette position permet à la femme de gérer le rythme de la pénétration et de contrôler les mouvements.

  • Est-ce que le vaginisme est héréditaire ?

Non pas du tout.

  • Mon mari et moi sommes vierges ! J’ai affreusement mal quand il essaie de me pénétrer et quand il me touche le vagin j’ai mal aussi. Est-ce du vaginisme ? Cela m’inquiète.

Il s'agit bien de vaginisme. Des traitements simples existent. Consultez votre gynécologue.

  • Quels exercices et massages peut-on faire seule pour aider la guérison du vaginisme ? Est-ce que la masturbation aide ?

La masturbation ne guérit pas le vaginisme mais est toujours une bonne façon de connaître son corps et son plaisir. C'est un bon début.

Les réponses du Dr Charlotte Tourmente

  • Je souffre au niveau du vagin lors de chaque première pénétration, ensuite la douleur s'en va peu à peu. J'en ai envie mais cette douleur me frustre. Serait-ce du vaginisme ?

Pas forcément, vous n'êtes peut-être pas assez stimulée lors de la pénétration et votre vagin n'est pas tout à fait dilaté, ce qui crée une douleur au moment de la pénétration. Demandez à votre partenaire d'attendre un tout petit peu en vous stimulant et voyez si cela va mieux.

  • J'ai une vestibulite et j'ai suivi le traitement (kiné+psy) pendant 1 an. C'est mieux mais ce n'est pas encore ça. Ce traitement a-t-il une fin ou est-ce toute la vie que je devrai subir ces douleurs ?

Le but est de se passer des ces traitements. Soyez patiente...

  • Lors des rapports sexuels, je ressens régulièrement une douleur aigüe très haute (que je ne sais pas vraiment situer, au niveau du haut du bassin). Est-il possible que ce soit une vestibulite ou une vaginite ?

Est-ce que cela dépend de la position que vous avez ? Certaines femmes ressentent cette douleur quand elles sont pénétrées profondément et que le pénis touche le fond du vagin. Elle peut alors être provoquée par un utérus rétroversé. Prenez rendez-vous avec votre gynécologue pour en déterminer la cause.

  • J'ai des relations sexuelles douloureuses. La pénétration est très douloureuse et ensuite je n'ai jamais de plaisir. Dès que j'essaie d'en parler avec mon gynécologue, il me dit que je suis coincée et que c'est dans ma tête. Je ne sais pas quoi faire.

Changez de gynécologue ou parlez en à votre médecin généraliste, il saura sans doute vous orienter vers un sexologue, un thérapeute ou un kiné. Il existe des solutions (thérapie avec découverte de son corps, kinésithérapie périnéale,...). La douleur rend difficile l'accès au plaisir, il est donc nécessaire de consulter quelqu'un pour traiter ces 2 problèmes.

  • Comment peut-on traiter les douleurs du vaginisme ?

Par un travail à la fois psychologique et physique. Par exemple de la kinésithérapie (avec rééducation périnéale, séances de biofeedback,...) et/ou une thérapie comportementale avec un sexologue, qui permet d'apprivoiser son corps et de rendre la pénétration possible (et agréable).

  • Depuis mon dernier accouchement, je n'ai pas pu reprendre une vie sexuelle normale, je n'ai plus de désir et les pénétrations sont douloureuses (j'ai même cru à une déchirure)... Je suis perdue car je n'avais jamais eu de soucis.

Votre accouchement a été un évènement apparemment traumatisant, aussi bien physiquement que psychologiquement. Il peut expliquer vos douleurs, mais je vous conseille de consulter un gynécologue afin qu'il/qu'elle vérifie que tout est normal. La fatigue faisant suite à l'accouchement, le manque de temps et l'arrivée d'un bébé sont des facteurs susceptibles de diminuer la libido. Et les pénétrations douloureuses n'arrangent rien. Si l'examen gynécocologique est normal, essayez la kinésithérapie périnéale. En attendant, ménagez-vous des instants à 2, sans pénétration, pour vous retrouver sensuellement avec votre mari (dîners romantiques, massages, re-découverte du corps de l'autre). Essayez de pimenter votre vie sexuelle pour faire renaître le désir.

  • J'ai 25 ans, cela fait 4 ans que je suis en couple, j'ai consulté plusieurs gynécologues, et on m'a dit que j'avais une bride hyménéale. J'ai subi une intervention chirurgicale en juin 2009 pour la résection de la bride, depuis j'essaye d'avoir des rapports mais toujours le même problème...

Je suppose que vous parlez du vaginisme comme problème. Si l'opération s'est bien passée et qu'il n'y a plus d'obstacle à la pénétration, il faudrait sans doute faire de la rééducation périnéale. Ou apprenez à faire des auto-massages de l'entrée du vagin (avec du lubrifiant type Monasens). Vous pouvez également faire une thérapie avec un sexologue.

  • Quelles conséquences le vagnisme peut-il avoir sur le couple ?

Le vaginisme crée un déséquilibre dans la vie sexuelle du couple, le partenaire peut se sentir frustré, en manque de relations sexuelles. Cela nécessite beaucoup de dialogue, de compréhension. Pour cette raison, la thérapie avec un sexologue se fait aussi avec le partenaire afin qu'il puisse exprimer ce qu'il ressent et comprendre qu'il ne s'agit pas d'un manque d'amour.

  • N'importe quel kiné peut-il pratiquer une réeducation avec biofeedback ?

Non, tous les kinés ne font pas de rééducation périnéale. Le plus souvent, il s'agit de kinés qui se spécialisent uniquement dans la kinésithérapie périnéale et c'est indiqué sur leur plaque.

  • Les rapports sont douloureux, sous forme de brûlures à la pénétration et durant le rapport, qui se calment doucement après. L'intensité de la douleur dépend de la lubrification rendant le rapport plus ou moins possible et réussi. Résultat, notre sexualité est devenue exceptionnelle. Que faire ?

Commencez une thérapie avec un sexologue (à 2, c'est mieux) pour travailler sur ces douleurs. Quand vous avez des rapports, privilégiez des préliminaires longs, en douceur, pour être bien lubrifiée et bien dilatée. Utilisez avant un lubrifiant, cela facilitera les choses. Et surtout, détendez-vous.

  • J'ai subi une tentative de viol à l'âge de 18 ans, et depuis je souffre d'impossibilité de pénétration lors de rapports. Mais ce n'est pas toujours le cas, parfois le rapport est possible malgré des douleurs à l'entrée du vagin. Est-ce bien à cause de cette agression que je souffre de vaginisme ?

La tentative de viol est un traumatisme psychologique important, elle peut expliquer en effet l'impossibilité des rapports. Mais pour en être certaine, il faudrait que vous fassiez une thérapie pour bien identifier les facteurs déclenchant vos douleurs. Cette thérapie vous aiderait également à retrouver une vie sexuelle épanouissante.

  • J'ai 26 ans et de gros soucis pour avoir des relations sexuelles. Celles-ci sont parfois impossibles (je suis trop fermée) et elles sont à chaque fois douloureuses avec une quasi absence de lubrification. Est-ce qu'une solution existe ? Les gynécologues que j'ai rencontrés me disent que je suis trop musclée et tendue..

Oui, une solution existe ! Le fait d'être trop musclée n'explique pas tout... Je vous conseillerais de consulter un sexologue afin de faire le point sur votre vie sexuelle et d'apprendre à mieux connaître votre corps, à détendre les muscles qui entourent le vagin et à accepter une pénétration. La kinésithérapie périnéale est aussi d'une grande aide.

  • Je souffre d'une vestibulite depuis 2 ans. Elle m'a été diagnostiquée il y a 6 mois seulement (j'ai vu plein de gynécologues, dermatologues, etc). Depuis je prends de l'amitriptyline et un anesthésiant local, je vois un psy et je fais de la rééducation périnéale : je ne vois aucune amélioration pour l'instant. Que faire ?

Etre patiente et attendre que la prise en charge soit efficace. Faites un peu de relaxation pour vous aider à vous détendre (type yoga, sophrologie,...). Faites le point avec votre médecin pour voir quelles sont les options thérapeutiques qu'il envisage si les traitements actuels ne fonctionnent pas. Mais donnez une chance à votre prise en charge, elle semble complète et souvenez-vous que la guérison prend du temps.

  • Les relations sexuelles sont très douloureuses, la taille du pénis de mon ami me fait peur et la pénétration n'est possible que lorsque j'arrive à me détendre (par la respiration notamment) mais je n'éprouve pas de plaisir. Y a-t-il d'autres solutions que la psychothérapie ?

La thérapie semble très indiquée dans votre cas car elle vous apprendra à relativiser vos peurs de la pénétration et de la taille du pénis de votre ami. Réfléchissez-y, elle pourrait considérablement améliorer votre vie sexuelle. En attendant, faites des exercices de relaxation, continuez à travailler votre respiration (certains cours de yoga permettent de le faire ou optez pour la sophrologie,...).

  • Je consulte un sexologue avec lequel les entretiens se passent bien, mais je n'ai pas l'impression que je guérirai rien qu'en parlant (j'ai mal au début de la pénétration).

Les entretiens sont indispensables pour instaurer une relation de confiance mais vous avez raison, apprivoiser son corps est en effet important, que ce soit grâce à un miroir, à des auto-massages,... Demandez-lui ce qu'il pense de la kinésithérapie périnéale. Ajoutée à vos séances, elle serait un bon complément.

  • Avec quelle crème puis-je masser mon vagin ? J'ai essayé l'huile Weleda mais elle m'a donné des brûlures ?

Essayez le lubrifiant Monasens®, il est très doux et efficace.

  • J'ai une vestibulonite depuis 7 ans, je fais de la rééducation périnéale et je prends 3 flavonoïdes par jour pour m'aider dans mes mouvements de douleurs. Y aurait-il d'autres médicaments remboursés et à part de la kiné, est-ce que la sophrologie pourrait m'aider ?

Oui, il existe d'autres traitements : des antidépresseurs comme l'amitriptyline ou des anti-épileptiques comme le gabapentine. Ils agissent sur les nerfs provoquant les douleurs. La sophrologie pourrait en effet vous aider à vous détendre et à mieux gérer vos douleurs.

  • Est-il possible de guérir d'une vestibulite vulvaire ?

Oui. C'est une affection chronique qui est difficile à traiter, mais oui, c'est possible ! Les traitements sont variés, sous forme de médicaments (antiépileptique ou certains antidépresseurs), de kinésithérapie périnéale, d'application de crème localement (à base d'oestrogènes ou d'anesthésiant, d'anti-inflammatoires ou de corticoïdes) ou encore en dernier recours de chirurgie.

  • Je suis ménopausée, je n'ai pas eu de rapport pendant plusieurs années, cela peut-il être la cause des douleurs à la pénétration, ressenties sur le côté de l'entrée du vagin ?

C'est fort possible, la ménopause entraîne une sécheresse et une atrophie (une réduction de la taille) du vagin qui expliquent vos douleurs. Parlez-en à votre gynécologue, il ou elle vous examinera afin d'être certain que c'est bien la cause et il vous prescrira un traitement.

  • Est-il possible de guérir totalement d'une vestibulite vulvaire ?

Oui !

  • Y a-t-il des exercices à faire chez soi pour le vaginisme ?

Tout à fait, des exercices de contraction simultanée des muscles périnéaux et du sphincter anal. Peut-être pouvez-vous faire quelques séances chez une kinésithérapeute afin d'apprendre à les faire (si vous n'y parvenez pas seule).

  • J'ai une vestibulite et j'ai suivi le traitement (kiné + psy) pendant 1 an. C'est mieux, mais pas encore ça... Ce traitement a-t-il une fin ou est-ce toute la vie que je devrai subir ces douleurs ?

Le but est de se passer des ces traitements. Soyez patiente...

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

 

Sponsorisé par Ligatus