1. / Sexo
  2. / Femme
  3. / Clitoris

Femmes : comment jouissez-vous ?

Le clitoris joue un rôle majeur dans la survenue de l'orgasme féminin, qu'il survienne par stimulation directe ou pendant la pénétration vaginale. Explications...

Rédigé le , mis à jour le

Femmes : comment jouissez-vous ?
Le clitoris joue un rôle phare dans l'orgasme féminin. ©Fotolia
Sommaire

Les caresses du clitoris, à adapter à chaque femme

Le clitoris est le seul organe entièrement dédié au plaisir puisque le pénis a une triple fonction : la procréation, l'éjaculation et la miction. Il convient donc de lui accorder une attention particulière, aussi bien lors des stimulations en solo ou en duo que lors des rapports sexuels. Que penserait un homme d'un rapport où son pénis n'est pas absolument pas touché ni caressé ? Il serait terriblement déçu et frustré… Et bien c'est l'équivalent pour une femme dont le clitoris serait laissé de côté.

Zoom sur le clitoris

A l'adolescence ou plus tard, la masturbation féminine débute souvent par des stimulations du clitoris. Ses nombreuses terminaisons nerveuses le rendent particulièrement sensible… Visible, il est aussi beaucoup plus accessible que le vagin, moins exploré au début de la vie sexuelle. Comme le pénis pour les hommes, le clitoris a un aspect légèrement différent selon les femmes. La partie visible s'appelle le gland, il peut mesurer de quelques millimètres à plus d'un centimètre et il est plus ou moins recouvert d'un capuchon. Mais ce n'est que la "partie émergée" de l'iceberg ! Les neuf dixièmes du clitoris sont cachés puisque cet organe se prolonge à l'intérieur du corps de la femme. Il se présente sous la forme d’une double arche (voir le schéma du clitoris pour mieux comprendre). La première arche est constituée de la réunion des deux corps caverneux qui longent les branches osseuses ischio-pubiennes. Ces derniers peuvent mesurer jusqu’à une dizaine de centimètres. La deuxième arche est formée des deux bulbes. Cette double arche surmonte le vagin et entre ces deux structures, se situe l’urètre. 

A chaque femme sa façon de se caresser

Chaque femme a ses préférences, comme l'a montré une étude américaine d'Herbenick, publiée en 2017 dans le Journal of Sex and marital therapy, et portant sur plus de 1 000 américaines. Les chercheurs leur ont demandé où, comment et avec quelle pression elles se carressaient. Deux tiers des sondées de l'étude préféraient être caressées directement sur le clitoris. Les autres, un peu en dessous ou sur les côtés. Les caresses se faisaient de préférence de bas en haut, en cercle ou encore par le biais de tapotements. La plupart des femmes suivies dans cete étude préféraient une pression douce ou moyenne.

Apprendre à son partenaire

Une femme a tout intérêt à bien se connaître, déjà pour savoir ce qui lui fait le plus d'effet et ensuite pour montrer à son/sa partenaire sa façon d'accéder à l'orgasme.

Rares sont les amants qui s'aventurent spontanément du côté du clitoris. La solution la plus simple en théorie (qui est peu appliquée en pratique) est que les femmes prennent les choses en main. Pour prendre davantage de plaisir, elles pourraient oser se stimuler durant la pénétration si elles en ressentent le besoin, communiquer leurs envies en termes de positions et de caresses et montrer à leur partenaire comment les caresser de la façon la plus adaptée pour les mener au 7ème ciel…

"Clitoridienne ou vaginale ?"

Une idée reçue continue à opposer l'orgasme clitoridien à l'orgasme vaginal, jugé à tort comme plus mature par Freud. Or cette question paraît absurde : l'essentiel est d'avoir du plaisir, quel que soit le point de départ ! Le clitoris est en effet partie prenante lors de la pénétration (voir second paragraphe) et il participe au plaisir ressenti… De plus, une grande majorité de femmes ont besoin de la stimulation du clitoris pour parvenir à l'orgasme, que ce soit durant le rapport ou en se masturbant. De quoi motiver les hommes à s'intéresser au clitoris et les femmes à dire et faire ce qui leur procure du plaisir !

Le clitoris, stimulé pendant la pénétration

L'orgasme à point de départ vaginal se définit par la survenue d'un orgasme durant la pénétration, sans stimulation directe du clitoris externe. Il est perçu par les femmes comme plus diffus et profond, et parfois plus satisfaisant psychologiquement pour celles qui apprécient la sensation de fusionner avec l'autre. L'orgasme par stimulation du clitoris externe est quant à lui décrit comme plus explosif et intense, et pour certaines, plus fort sur le plan physique...

La compréhension du plaisir féminin est récente et elle est l'apanage de médecins curieux, qui ont cherché à comprendre ce qu'il se passait dans le corps de la femme. C'est là qu'entrent en scène le Dr Odile Buisson, échographiste, ainsi que le Dr Pierre Foldes, chirurgien urologue. En 2010, le Dr Buisson réalise ainsi une échographie d'un coït pour déterminer si le vagin est capable de déclencher un orgasme et voir ce qu'il se passe au niveau des organes génitaux de la femme.

Echographie d'un coït

Elle commence par faire l'échographie de la stimulation du clitoris externe, au niveau du gland, et elle découvre qu'elle n'implique pas les prolongements internes du clitoris. "En revanche, dès qu'il y a une pénétration vaginale, il y a forcément une stimulation des corps caverneux et des bulbes, confirme-t-elle. Il ne semble pas possible de stimuler le vagin sans stimuler le clitoris…"

Plus précisément, le pénis stimule, à travers la paroi antérieure du vagin, les corps caverneux du clitoris qui se rapprochent du vagin. Le pénis écrase également les bulbes qui entourent le vagin. La double arche du clitoris est donc stimulée par la pénétration, ce qui explique les sensations de plaisir. De plus, le gland du clitoris est poussé vers l'avant et il pourra ainsi se frotter plus facilement au pénis. Les échographies d'Odile Buisson ont ainsi mis un coup de projecteur sur le rôle du clitoris durant la pénétration ! Cela n'empêche pas la possibilité d'orgasmes liés à la stimulation profonde du vagin mais il n'y a pas de données scientifiques fiables sur le "deep spot" ou autres points magiques évoqués sur internet... 

Et en pratique ?

Les femmes mettent nettement moins de temps à avoir un orgasme en se masturbant que durant la pénétration. Or de nombreuses études et enquêtes mettent en lumière que la sexualité est encore très phallocentrée, autrement dit centrée sur le phallus, alors que la pénétration n'est pas forcément synonyme d'orgasme pour les femmes… En effet, elle ne l'est de façon exclusive que pour une minorité seulement, près d'une sur femme sur cinq dans l'étude citée plus haut (d'autres études vont jusqu'à une femme sur trois, comme celle de Frederick en 2017). Pour un autre tiers, des caresses du clitoris sont nécessaires en complément de la pénétration pour jouir. Pour un autre tiers, les caresses clitoridiennes ne sont pas forcément nécessaires mais elles augmentent l'intensité du plaisir.

En résumé, le clitoris est incontournable pour la majorité des femmes ! Là encore, la communication et l'éducation sexuelle semblent incontournables pour leur offrir une sexualité plus épanouissante… Pour toutes celles qui s'ennuient durant la pénétration et veulent prendre plus de plaisir, qu'elles n'oublient pas d'érotiser leur vagin mais avant tout de contracter leur périnée.

Le clitoris, contribuant au "point G"

Grâce à ces échographies, la compréhension du "point G" s'est affinée. La dissection post-mortem de vagins montre que ce point n'existe pas anatomiquement mais il pourrait correspondre à un complexe beaucoup plus large. "La double arche du clitoris, l’urètre et le vagin sont tellement intriqués anatomiquement qu’Helen O’ Connell a parlé de complexe uréthro -clitoro-vaginal", commente Odile Buisson. Les glandes entourant l'urètre participent également à ce complexe. Cette théorie expliquerait comment le vagin peut être un point de départ de l'orgasme chez certaines femmes...

Des questions en suspens

Le clitoris n'a pas encore livré tous ses secrets et certaines questions restent en suspens. L'orgasme à point de départ vaginal est-il de même nature que celui issu d'une stimulation directe du clitoris ? Mystère… Si les femmes les décrivent comme différents, seule une étude comparant les deux offrirait une réponse scientifique. Reste à trouver le financement alors que la compréhension de la sexualité féminine n'est toujours pas une priorité !

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus