1. / Blogs
  2. / 100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

100% psycho-sexo

Pourquoi les Françaises jouissent-elles moins que les autres ?

Rédigé le 04/01/2016 / 0

Meg Ryan, dans "Quand Harry rencontre Sally", en 1989. (CASTLE ROCK / NELSON / COLUMBIA / AFP)

Les Françaises seraient en queue de peloton dans la course à l'orgasme, révèle un sondage IPSOS portant sur les sources du plaisir féminin et ses freins. Au-delà de statistiques et en dehors d'une "course " dénuée de sens, il est intéressant de comprendre pourquoi afin d'améliorer le plaisir des femmes.

8 000 femmes européennes et nord-américaines, apparemment représentatives de leur population, ont répondu à l'enquête IPSOS et les résultats dévoilés en décembre 2015 font réfléchir sur la sexualité des Françaises.

49% des Françaises reconnaissent avoir assez régulièrement des difficultés à atteindre l'orgasme, contre 28% seulement aux Pays-Bas. Les femmes des autres pays présentent des statistiques similaires aux Françaises : 44% aux Etats-Unis, 40% en Espagne et 41% au Royaume-Uni, 50% chez les Canadiennes francophones.

Une Française sur 3 a un orgasme hebdomadaire, avec ou sans partenaire (par masturbation), la plus faible fréquence observée dans le sondage. En revanche, en couple, elles sont 66% à connaître le 7ème ciel une fois par semaine (contre 58% aux Pays-Bas).

Une sur 4 n'a pas eu d'orgasme lors de son dernier rapport (tandis qu'elles ne sont qu'une sur 8 aux Pays-Bas). Et une sur 3 admet simuler assez régulièrement avec son partenaire actuel (et 62% au cours de la vie) !

Notre pays remporte aussi la palme des femmes qui n'ont jamais eu d'orgasme avec un partenaire, à raison de 8% (contre 5% en Italie et en Espagne, 3% en Allemagne et aux Pays-Bas).

Une sexualité trop phallocentrée ?

Les Françaises sont les championnes de la pénétration : 82% la pratiquent (60% au Royaume-Uni, 64% au Canada, 74% en Espagne et en Allemagne), alors qu'elles ne sont que 26% à jouir très facilement de la sorte. Cherchez l'erreur… Seraient-elles  trop axées sur le plaisir de leur partenaire et négligeraient-elles leur propre jouissance ?

Seule 1 sur 3 se caresse le clitoris durant la pénétration, quand 77% parviennent facilement à l'orgasme de cette façon. Associer la masturbation durant la pénétration offrirait plus de plaisir. D'ailleurs, un peu plus de la moitié des Françaises se masturbent assez régulièrement, contre ¾ des Néerlandaises.

Autre constat : les Françaises adoptent un peu moins souvent que les autres les positions leur permettant de jouir, comme la position d'Andromaque (femme dessus, homme allongé). N'osent-elles pas les demander ?

40% des Françaises reçoivent un cunnilingus (en deuxième position après les Américaines) mais elles ne sont que 29% à en jouir, le taux le plus faible… La technique des amants français serait-elle à remettre en cause, les femmes n'osent-elles pas les guider ou les deux ?

Qu'enseigne cette enquête ?

Les Françaises ont certaines particularités ne favorisant pas l'épanouissement sexuel (taux élevé d'activité, de célibat, de consommation de médicaments freinant la sexualité,,…). Elles ne sont donc pas forcément comparables aux autres femmes... mais elles ne suffisent pas à expliquer les résultats, d'après le directeur de l'IPSOS (et sans plus de détails).

La sexualité française semble très centrée sur le phallus via la pénétration, au détriment des techniques offrant un accès à la jouissance plus facile, telles que la masturbation ou la double stimulation clitoridienne et vaginale. Ce décalage est observé dans tous les pays mais il s'avèrerait plus important en France.

Or le plaisir est égoïste : préoccupez-vous de votre plaisir et stimulez-vous en parallèle à la pénétration si cela l'augmente. Apprenez à votre partenaire à vous l'offrir, en le guidant par des mots, des gémissements ou encore mieux, en lui montrant. Choisissez les positions que vous aimez. La communication est essentielle dans le couple, en sexualité aussi : c'est à deux que l'on découvre comment se faire encore plus plaisir !

Dernier commentaire sur la simulation, qui risque de vous porter préjudice à terme : si elle abrège le rapport, elle envoie des informations erronées à votre partenaire : comment voulez-vous qu'il sache ce qui vous fait réellement plaisir… ?

 

 

Sponsorisé par Ligatus