1. / Se soigner
  2. / Phytothérapie
  3. / Bien respirer

Problèmes respiratoires : et si on essayait les plantes !

Maux de gorge, nez bouché, bronchites, laryngites… Avec la baisse des températures et l'approche de l'hiver, les problèmes respiratoires apparaissent. Certaines plantes peuvent les soulager. Quelles plantes possèdent des vertus respiratoires ? Comment les utiliser ? Quelles précautions prendre ? Les explications avec Thierry Thévenin, herboriste et producteur de plantes bio.

Rédigé le , mis à jour le

Problèmes respiratoires : et si on essayait les plantes !
Problèmes respiratoires : et si on essayait les plantes !
Sommaire

Le thym

  • Où le trouver ?

Il pousse à l'état sauvage dans les garrigues calcaires de la moitié sud de la France, mais on peut en faire pousser dans son jardin ou même sur un balcon en jardinière, orienté plein sud, dans une terre bien drainée avec des cailloux et du sable.

Le thym
  • La cueillette

La cueillette se fait en début de floraison, lorsque la plus grande partie des fleurs est encore en boutons.

  • Mode d'emploi

On utilise le thym sec (il est facile à sécher en branches, quand il est sec les feuilles tombent facilement). On peut en faire des tisanes, des inhalations (une pincée par tasse d'eau frémissante à infuser 10 minutes), pendant 15 jours consécutifs maximum.

En huile essentielle, on peut les diffuser dans l'atmosphère pour détruire les germes, c'est un puissant antiseptique, mais personnellement je ne le conseille pas en interne, sauf si ça vous a été prescrit par un médecin aromathérapeute.

 

La mauve

  • Où la trouver ?

La mauve pousse sur les terrains frais et riches, dans les jardins, les prés, les friches. On peut la cultiver en la semant en avril-mai pour une récolte estivale (et dans le Midi, on peut semer la mauve à l'automne pour une récolte printanière).

La mauve
  • La cueillette

On récolte les fleurs tous les jours.

  • Mode d'emploi

En infusion douce (60 °C) car ses composés sont sensibles et seraient dégradés par l'ébullition.

La mauve est très adoucissante pour les larynx irrités, les trachéites, grâce à ses mucilages qui font un "film" adoucissant et protecteur sur les muqueuses. La mauve est tellement douce qu'on peut même la donner aux enfants et aux personnes fragiles. Elle peut simplement être déconseillée en cas de diarrhée car elle peut être un peu laxative à long terme.

 

Le bouillon blanc

  • Où le trouver ?

Plante des friches et terrains vagues, le bouillon blanc aime les coins délaissés du jardin, les pieds de mur.

Le bouillon blanc
  • La cueillette

On peut cultiver le bouillon blanc dans tous les sols facilement. Semée en été, elle fleurira l'année d'après. Il faut lui laisser de l'espace : 50 cm en tous sens, c'est une forte et belle plante. On peut ramasser les fleurs et quelques feuilles tous les jours en été, par temps sec, plutôt le matin à la fraîche juste après la rosée.

  • Mode d'emploi

On fait des infusions avec les fleurs du bouillon blanc et on peut aussi utiliser les feuilles.

Le bouillon blanc est "expectorant" et "béchique", c'est-à-dire qu'il facilite l'expulsion des mucosités en cas de bronchite en les fluidifiant, et qu'il adoucit et calme la toux. Attention à soigneusement filtrer l'infusion, sinon on risque de s'irriter la gorge avec les poils fins de la plante.

 

Le pin sylvestre

  • Où le trouver ?

Le pin sylvestre est un arbre qui se rencontre dans une grande partie de la France. On le reconnaît facilement à ses feuilles longues et fines en aiguilles, bleutées sur une face, et réunies systématiquement deux par deux. Son tronc est d'un joli brun fauve.

Le pin sylvestre
  • La cueillette

On peut récolter les bourgeons à la fin de l'hiver (en mars) sur les branches basses, ne pas récolter les bourgeons de la cime de l'arbre pour éviter de compromettre son développement.

  • Mode d'emploi

Les bourgeons du pin sylvestre sont un des meilleurs remèdes populaires pour les troubles respiratoires. Tonique, antiseptique, il est très agréable à boire en tisane (4 ou 5 bourgeons par tasse), en inhalation ou même en sirop.

Pour préparer le sirop, faire infuser une nuit 25 g de bourgeons pour un litre d'eau bouillante. Le lendemain filtrer, ajouter 1,2 kg de sucre par litre et faire cuire à bouillon 10 minutes. Embouteiller et fermer hermétiquement à chaud (80 °C) comme pour une confiture. On consomme le sirop à la cuillère contre la toux, la bronchite. Il peut aussi servir à parfumer des yaourts ou des desserts (sorbets, crêpes).

 

Les huiles essentielles

Fabrication d'une huile essentielle par distillation

Les plantes ayant des vertus respiratoires sont de plus en plus vendues sous forme d'huiles essentielles, notamment les huiles d'épicéa sitka.

Les huiles essentielles s'utilisent en inhalation, en diffusion… Les eaux florales peuvent, elles, être consommées en boisson à raison d'une cuillère à soupe dans un bol d'eau chaude.

Une autre utilisation possible pour les huiles essentielles : les lunettes olfactives. Versez une à deux gouttes d'huiles essentielles sur les cotons-tiges, et portez les lunettes à raison de deux fois 15 minutes par jour.

 

 

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Questions/réponses :

Ailleurs sur le web :

  • Herbes de vie
    Le site de Thierry Thévenin, herboriste et producteur de plantes bio.

 

Sponsorisé par Ligatus