Tout savoir sur les maux du froid

Grippe, rhume, gastro, rhumatismes... L'hiver s'est installé avec tous ses maux. Mais pourquoi sommes-nous plus vulnérables à basses températures ? Comment se protéger du froid ? Comment traiter les engelures ? On fait le point.

La rédaction d'Allo Docteurs
La rédaction d'Allo Docteurs
Rédigé le , mis à jour le

Quand la température extérieure varie, qu'il fait trop froid ou que le corps ne s'adapte pas assez vite parce que le système thermorégulateur est déficient, l'organisme est plus fragile. Il résiste moins aux attaques des germes.

Rhumes, angines et grippes s'enchaînent, sans parler des risques d'accidents graves à des températures un peu plus extrêmes comme l'hypothermie et les engelures.

Mais les maladies respiratoires ne sont pas les seuls maux qu'apporte le froid ou qu'il aggrave... Le froid est en effet un facteur de risque pour les maladies cardiovasculaires. Il est même le facteur déclenchant de la crise d'angor (angine de poitrine). ll peut aussi aggraver l'état d'asthme ou de maladies endocriniennes. Il en est de même pour ceux qui prennent certains médicaments contre l'hypertension ou ceux qui agissent sur la vigilance.

La saison des rhumes et de la grippe

Pourquoi certains virus comme ceux responsables de la grippe ou des rhumes se développent surtout l'hiver ?

La plupart des virus respiratoires sont des virus dits "enveloppés". Leur structure faite de graisses autour de la particule virale est fragile. Mais le froid favorise la survie de ces virus. Et c'est sous l'action de la chaleur que cette enveloppe se désagrège. Le virus perd alors sa capacité à infecter un organisme et à se multiplier.

Mais le froid favorise aussi les virus de manière indirecte, simplement parce qu'il fragilise notre organisme. Nos défenses fonctionnent alors moins bien, et les cellules qui tapissent les organes respiratoires font un moins bon travail. Nos comportements évoluent également : en hiver, nous passons davantage de temps dans des lieux clos, ce qui favorise les contaminations virales.

Les dangers de l'hypothermie

plateau qu'est ce que l'hypothermie
Qu'est ce que l'hypothermie ?plateau qu'est ce que l'hypothermie  —  Le Mag de la Santé - France 5

L'hypothermie désigne une température inférieure à 35°C. Elle est d'une gravité variable : modérée entre 35 et 34°C, moyenne jusqu'à 32°C, grave de 32°C à 25°C. C'est à partir de 28°C que le cœur risque de s'arrêter… Mais avant d'arriver à cette situation extrême, le corps met en place toute une série de mesures pour maintenir la chaleur.

Les symptômes de l'hypothermie sont des frissons et des grelottements. Le pouls et la respiration s'accélèrent, la peau devient blême et froide… Au niveau des extrémités un phénomène particulier se met en place : la vasoconstriction (un resserrement des vaisseaux sanguins) ; l'objectif est de préserver les organes vitaux en redirigeant le sang des extrémités vers le cœur et les poumons.

L'hypothermie est une urgence, c'est pourquoi la première chose à faire est de prévenir les secours. Il faut emmener si possible la personne dans un endroit chaud mais ne surtout pas la bouger. Il ne faut pas réchauffer la victime de manière active, par frottement ou contact avec un objet chaud. Car si l'on apporte de la chaleur de cette façon "active", le sang froid va retourner au cœur, abaisser la température et il peut provoquer un arrêt cardiaque. C'est à l'hôpital que le réchauffement actif est effectué, par perfusion ou par lavage d'estomac avec une solution chauffée.

Comment soigner les engelures ?

Le froid peut entraîner des engelures superficielles, des réactions assez légères, peu douloureuses et marquées par une zone de peau blanche ou jaune-gris qui paraît anormalement ferme ou malléable. Elles peuvent apparaître rapidement, surtout si la partie exposée est mouillée ou si le vent est fort. 

En cas d'apparition d'engelure superficielle, il est nécessaire de consulter un médecin. En attendant, il faut réaliser les gestes suivants : 
- immerger la zone affectée dans de l'eau tiède : la température doit être douce pour les zones non touchées par le froid.
- amener le patient aussi vite que possible dans un lieu chauffé ou le couvrir avec une couverture en laine ou une couverture de survie.
- donner des boissons chaudes et sucrées.
- ne pas activer les parties gelées : c'est le secouriste qui essaiera de réchauffer le patient.

Attention : ne pas frotter les engelures, ne pas utiliser de bouillotte, ne pas les frictionner non plus avec de la neige, car cela entraîne un risque de dommages irréparables ! Il ne faut pas non plus frictionner la zone atteinte, ni la masser ou utiliser de source de chaleur (lampe chauffante, feu, radiateur...) pour la réchauffer : cela pourrait aggraver la lésion.

Les gelures graves surviennent quant à elles lors du gel complet des tissus. En cas de survenue de gelure grave, il faut appeler les secours médicaux rapidement (15 ou 112). La peau est insensible, peut devenir bleu-noirâtre et cloquée. Ces lésions nécessitent un traitement hospitalier en soins intensifs et conduisent parfois à des amputations.

Rhume : des médicaments sont à éviter

Pour soulager les symptômes du rhume, il existe de nombreux médicaments vendus sans ordonnance. Pour autant, ils ne sont pas dénués d'effets secondaires indésirables.

En cas de rhume, le premier réflexe est bien souvent de se rendre à la pharmacie. Dans les rayons, des dizaines de médicaments anti-rhume sont proposés. Pommades expectorantes, sprays pour le nez, comprimés pour faire baisser la fièvre... il en existe sous toutes les formes. Tous ces médicaments sont en vente libre. Pas besoin d'ordonnance pour s'en procurer. Les pharmaciens doivent donc être très vigilants lors de la délivrance aux patients.

Parmi tous les médicaments, certains posent problème car ils contiennent une substance appelée pseudoéphédrine : "Ces médicaments peuvent entraîner des problèmes cardiaques et neurologiques, prévient le Pr Jean-Paul Giroud, pharmacologue clinicien, c'est-à-dire des accidents vasculaires cérébraux, des infarctus du myocarde, des hypertensions, des troubles du rythme cardiaque... Il ne faut pas les utiliser pour traiter un simple rhume parce que l'on prend des risques inconsidérés".

Les experts d'une association de consommateurs se sont inquiétés de la banalisation de ces médicaments. Pour eux, il faut impérativement responsabiliser le patient : "Le patient doit considérer que les médicaments, quels qu'ils soient, ne sont pas anodins. Il existe un moyen simple pour le consommateur d'éviter certains médicaments parmi les plus problématiques, il faut regarder le nombre de substances actives. S'il y a plus d'une substance active, il faut faire attention car on multiplie les risques", explique Adeline Tregouët, rédactrice en chef des hors-séries 60 Millions de consommateurs.

En cas de doute, mieux vaut demander conseil à votre médecin ou votre pharmacien. Dans tous les cas, il faudra vous armer de patience, avec ou sans médicament un rhume dure au minimum une semaine.

Des inhalations contre le rhume

Pour beaucoup, les inhalations d'huiles essentielles constituent une alternative naturelle aux médicaments. Efficaces pour soulager un nez bouché ou dégager les bronches, elles ne doivent pourtant pas être faites n'importe comment.

Tout d'abord, pas question de préparer des inhalations avec n'importe quelles huiles essentielles. "On peut conseiller le ravintsara qui a des propriétés expectorantes et anti-virales. Le tea tree a des propriétés anti-infectieuses, antiseptiques donc anti-bactériennes. On peut aussi conseiller l'huile essentielle d'eucalyptus radié qui a des propriétés pour dégager les voies respiratoires et fluidifier le mucus. Enfin, il y a toute la famille des pins et des sapins qui est intéressante dans le cadre des inhalations", note Nina Bales, pharmacienne aromathérapeute.

D'autres huiles essentielles sont en revanche fortement déconseillées en inhalation, comme la menthe poivrée ou le thym à thymol qui contiennent des principes actifs qui peuvent brûler les muqueuses et être neurotoxiques. Lorsque l'on souhaite réaliser soi-même ses inhalations, il est nécessaire de prendre quelques précautions : pas d'eau bouillante mais frémissante et un dosage de six gouttes maximum. Autre recommandation : les diluer.

Les inhalations sèches qui consistent à respirer les huiles directement au flacon peuvent s'avérer dangereuses. Pour éviter tout risque de brûlure de la peau ou des muqueuses, mieux vaut privilégier un inhalateur en stick.

Le temps des rhumatismes

L'arrivée de l'hiver est synonyme de froid mais aussi d'humidité. Mais quelle est la relation entre humidité et rhumatismes ?

D'une manière générale, les personnes qui souffrent d'arthrose se plaignent de davantage de douleurs lorsque le temps est froid et humide. Et pour cause : le cartilage, c'est-à-dire le tissu qui tapisse l'articulation, est constitué de cellules appelées chondrocytes. Celles-ci comportent un petit filament qui capte les informations extérieures et envoie un signal d'alarme qui peut se traduire par des douleurs.

Contre ces douleurs articulaires, il est important d'agir pour ne pas les laisser s'installer. Le port d'orthèses et la prise d'antidouleurs peuvent alors être recommandés par le rhumatologue.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

· Grand froid : les gestes d'urgence
· Le froid, dangereux pour le coeur
· On sait enfin pourquoi on attrape davantage de rhumes en hiver
· Quand le froid s'abat sur les sans-abris

· Le froid est-il mauvais pour la santé ?
· Pourquoi le froid nous fait-il rougir ?
· Quels sont les bienfaits d'un bain glacé ?
· Grand froid et médicaments : les précautions à prendre
· Allergique au froid, un homme frôle la mort en sortant de sa douche

Ailleurs sur le web

· Ameli.fr
· Institut de Recherche du Bien-être de la Médecine et du Sport santé (Irbms)
· Académie de médecine
· Société française de médecine d'urgence (Sfmu)

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !