Cancer du poumon : vers un dépistage généralisé pour toutes les fumeuses ?

Le cancer du poumon touche désormais davantage de femmes que d'hommes. Pour ralentir la courbe de ce cancer, un dépistage est testé chez des fumeuses grâce à des scanners thoraciques à faible dose. Reportage.

Anaïs Plateau
Rédigé le
Dépister le cancer du poumon chez les fumeuses
Dépister le cancer du poumon chez les fumeuses  —  Le Mag de la Santé - France 5

Isabelle a entre 50 et 74 ans, elle a fumé près d’un demi-paquet de cigarettes par jour pendant une quarantaine d’années. Elle rentre donc dans les critères pour participer à une vaste étude sur le dépistage du cancer des poumons chez les fumeuses : l'étude Cascade. Celle-ci consiste à surveiller les poumons de fumeuses ou d'anciennes fumeuses avec des scanners thoraciques à faible dose. 

Explosion des cancers pulmonaires chez les femmes

L’objectif de l’étude est de vérifier si un dépistage généralisé en France sera un jour possible. Car chez les femmes, le nombre de cancers pulmonaires explose depuis 20 ans. 

"Ce sont des femmes qui ont commencé à fumer dans les années 1970 et qui maintenant sont touchées par ce problème-là et ça augmente", explique le Dr Alexandre Ampère, pneumologue au centre hospitalier de Béthune. "Aux États-Unis, la mortalité par cancer du sein est maintenant inférieure à celle du poumon. En France, c'est encore un petit peu en dessous, mais on risque de suivre la tendance des États-Unis", précise-t-il.

Un radiologue aidé d'une intelligence artificielle

Sur les scanners, un radiologue non spécialisé cherche d'éventuels nodules et en parallèle, une intelligence artificielle travaille aussi à repérer des lésions suspectes. Normalement, ce sont deux radiologues spécialisés qui analysent les scanners mais, ils ne sont pas assez nombreux pour un dépistage au niveau national. 

"On veut montrer qu’un radiologue non spécialisé, entraîné, auquel on adjoint un système d’intelligence artificielle aura une qualité de réponses suffisante et pourra avoir recours à un expert uniquement pour les cas difficiles", précise le Dr Jean-Baptiste Faivre, médecin radiologue. 

Comment participer à l'étude ?

Si les résultats sont probants, un dépistage organisé pour les fumeuses deviendra possible. Les 2 400 patientes de l’étude passeront trois scanners au total si rien d’inquiétant n’est décelé.

Actuellement, quatre centres en France recrutent des patientes à Paris, Rennes, Grenoble et Béthune. Pour plus d’information, contactez le 06.15.06.58.35 ou envoyez un mail à cascade.cch@aphp.fr. 

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !