Tuberculose : les chercheurs ont le nez creux

Baptisé "Electronic Nose" (“E-nez” ou "nez électronique") par des chercheurs indiens, un nouvel outil, semblable aux alcootests, pourrait permettre un diagnostic express de la tuberculose. Jugé fiable et très économique, le prototype devrait voir le jour en 2013.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Capable de détecter la turberculose dans le simple souffle des patients, le “nez électronique” pourrait révolutionner la lutte contre cette maladie infectieuse, qui tue chaque année près de 1,7 millions de personnes dans le monde.

Les capteurs de cet appareil, étudié par des chercheurs californiens, en collaboration avec une équipe de chercheurs indiens, pourraient déceler la présence de particules de tuberculose dans l’haleine des patients, à l’image des ethylotests capables d’évaluer le taux d’alcool present dans l’air expiré.

Aujourd’hui, la tuberculose n’est détectée que via des tests coûteux, dont le diagnostic n’est connu qu’après plusieurs jours d’attente. Un diagnostic quasi-immédiat permettrait d'enrayer plus facilement la contagion d'une maladie qui emporte 1000 personnes chaque jour en Inde.

Toujours au stade de projet, l’appareil coûtera entre 20 et 30 dollars pièce et pourrait également être utilisé pour la détection du cancer du poumon ou de la pneumonie.

Source : "Electronic Nose can sniff tuberculosis", The Times of India, 6 novembre 2011.

En savoir plus 

Sur Bonjour-docteur :