Acné : les effets secondaires de l'isotrétinoïne ?

Y a-t-il eu des études menées sur les effets secondaires liés au traitement contre l'acné, l'isotrétinoïne ? Je pense aux effets dépressifs.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Les réponses avec le Dr Fabien Guibal, dermatologue à l'hôpital Saint-Louis (Paris) :

"On sait que les adolescents qui ont de l'acné sont plus souvent déprimés que ceux qui n'en ont pas. Et les adolescents qui ont de l'acné, se suicident plus que les enfants qui n'en ont pas. Lorsque l'on regarde ce qui se passe entre des adolescents qui ont de l'acné sans traitement, donc sans isotrétinoïne, et des adolescents que l'on met sous isotrétinoïne, ces derniers traités par isotrétinoïne se suicident moins. Ce phénomène est vérifié sur de grandes populations de patients, sur des dizaines de milliers de patients.

"Mais effectivement, on a observé de manière exceptionnelle que sur une carrière, un dermatologue va dire que sur des milliers de patients auxquels il a pu prescrire de l'isotrétinoïne, il y a un avant et un après. On les met sous isotrétinoïne et ils sont soit déprimés soit au ralenti, soit ils ont l'impression d'être ailleurs, ils ne savent plus où ils sont… on arrête alors le traitement. Ca disparaît. On recommence, ça recommence. Donc manifestement il y a bien un effet. Mais c'est tellement exceptionnel et d'un autre côté, il y a un tel bénéfice sur l'ensemble de la population que l'on ne peut pas le négliger.

"Il faut surveiller un adolescent à qui l'on prescrit de l'isotrétinoïne. Un peu comme une allergie, on a un risque extrêmement faible, impossible à prédire, c'est à dire impossible de savoir comment détecter ces adolescents ? On est donc en train de mettre en place, toutes sortes de questionnaires pour savoir. Et puis on parle également aux patients et on leur demande, si eux-mêmes ont des antécédents de maladie psychologique, psychiatrique, si dans leur famille il y en a, comment ils vont en général…

"Après, il va falloir trouver des méthodes qui permettent d'avoir la puce à l'oreille même si l'adolescent ne dit rien. En plus, il faut faire la part des choses avec l'acné. D'où vient la déprime ? Une dernière étude qui vient d'être publiée dans un des plus grands journaux de dermatologie dans le monde, montre qu'un quart des adolescents qui ont de l'acné, ont des idées suicidaires. C'est 4 fois plus que les adolescents qui n'ont pas d'acné. L'acné en elle-même, est souvent sous estimée. Souvent on nous disait qu'elle apparaissait parce que l'on devenait un homme. Mais l'acné est très difficile à vivre aujourd'hui encore plus qu'avant."

En savoir plus

Dossier :

Questions/Réponses :

  • Après un traitement à base d'isotrétinoïne, il me reste des cicatrices en "creux" très visibles… Quelles solutions ?
    Voir la réponse en vidéo*

* Les réponses avec le Dr Fabien Guibal, dermatologue à l'hôpital Saint-Louis (Paris)