1. / Alimentation

Pourquoi un petit-déjeuner copieux est meilleur pour la santé qu'un dîner copieux

Les adeptes d'un gros petit-déjeuner brûlent plus de calories que ceux qui consomment un dîner copieux, selon des scientifiques allemands. Une observation intéressante pour les personnes diabétiques et en surpoids.

Rédigé le

Pourquoi un petit-déjeuner copieux est meilleur pour la santé qu'un dîner copieux
Crédits Photo : CC0 Domaine Public

Le petit-déjeuner, repas le plus important de la journée ? En tout cas plus important que le dîner, selon des chercheurs en psychoneurobiologie de l’université de Lübeck (Allemagne). Selon l’étude qu’ils publient le 19 février 2020 dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, les personnes qui consomment un petit-déjeuner copieux brûleraient plus de deux fois plus de calories que celles qui préfèrent un dîner copieux.
Manger plus au petit-déjeuner qu’au dîner pourrait même être, selon ces scientifiques, une façon de prévenir l’obésité et le risque de diabète.

A lire aussi : Le p'tit-déjeuner est-il vraiment sacré ?

Une dépense énergétique plus élevée après le petit-déjeuner

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont recruté 16 hommes jeunes en bonne santé. Pendant trois jours, ils leur ont fait consommer un petit-déjeuner pauvre en calories et un dîner riche en calories. Puis, pendant les trois jours suivants, ils ont fait l’inverse : un petit-déjeuner hypercalorique et un dîner hypocalorique.

Les scientifiques ont alors mesuré un indice du métabolisme : le DIT, pour Diet-Induced Thermogenesis ou thermogénèse induite par l’alimentation. Cet indice correspond à l’énergie que le corps dépense pour absorber, digérer et stocker les nutriments. Plus le DIT est élevé, plus le corps dépense donc de calories.

Résultat, pour cette expérience : une consommation calorique identique entraîne un DIT 2,5 fois plus élevé après un repas calorique le matin qu’après un repas similaire consommé le soir. En cause ? Le moment de la journée où la nourriture calorique est absorbée, qui influerait directement sur la façon dont l’organisme dépense l’énergie qu’il reçoit et les réactions métaboliques d’un individu aux repas.

Petit-déjeuner, diabète et obésité

"Ce résultat est important pour tout le monde car il souligne l’importance de manger suffisamment au petit-déjeuner" note la docteure Juliane Richter, co-autrice de l’étude, dans un communiqué de la Société d’endocrinologie.

Mais, en particulier, cette découverte est majeure pour les personnes obèses qui cherchent à perdre du poids et pour les personnes diabétiques. D’autant que l’augmentation de la concentration de sucre et d’insuline dans le sang est moindre après un petit-déjeuner calorique qu’après un dîner calorique. De même, la consommation d’un petit-déjeuner pauvre en calories augmente l’appétit, en particulier pour les sucreries.

"Nous recommandons aux patients obèses ainsi qu’aux personnes en bonne santé de prendre un petit-déjeuner copieux plutôt qu’un gros dîner afin de perdre du poids et de prévenir les maladies métaboliques" conclut donc la docteure Richter.

Des études menées sur un plus grand nombre de participants sont maintenant nécessaires pour valider ces résultats. Autre limite sur laquelle les chercheurs devront travailler : les scientifiques allemands n’ont travaillé que sur des hommes, les femmes ayant ici été exclues pour "éviter les effets possibles du cycle hormonal féminin sur le métabolisme énergétique", justifient-ils dans leur étude.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr