Une forte consommation de café nuirait au succès de la FIV

Une consommation excessive de café pourrait avoir un impact négatif sur les chances de réussite d'une grossesse par fécondation in vitro. Ces résultats d'une étude danoise viennent confirmer les soupçons qui pesaient déjà sur la caféine.

Rédigé le

Une forte consommation de café nuirait au succès de la FIV
Une forte consommation de café nuirait au succès de la FIV

Boire cinq tasses de café ou plus par jour réduirait de 50 % le taux de grossesse après une FIV et de 40 % les chances de mener cette grossesse à terme. Ces données, présentées à la conférence annuelle de l'ESHRE (Société européenne de reproduction humaine et d'embryologie) ont été obtenues à l'issue d'une étude danoise.

Le Dr Kesmodel, de la clinique de la fertilité de l'hôpital universitaire d'Aarhus, qui a mené les travaux, s'est montré surpris par ces résultats. "Bien que nous n'ayons pas été surpris par le fait que la consommation de café affecte les taux de grossesse dans la procréation médicalement assistée, nous l'avons été par l'ampleur de cet effet" a-t-il déclaré lors de la conférence. L'impact de la caféine sur les chances de grossesse serait ainsi comparable à celui du tabac.

Presque 4 000 femmes suivies

L'équipe danoise a suivi quelques 3 959 femmes ayant recours à un traitement par FIV ou ICSI (micro-injection directe d'un spermatozoïde dans l'ovocyte). Les informations sur leur consommation de café ont été collectées au début du traitement (et au début de chaque cycle). Les analyses statistiques ont également pris en compte d'autres variables importantes comme l'âge des femmes, leur indice de masse corporelle, ou encore leur consommation de tabac et d'alcool. La cause de leur infertilité, l'éventuelle stimulation ovarienne subie et le nombre d'embryons implantés ont également été des critères de l'étude.

La caféine, déjà dans le collimateur…

Le lien entre la caféine et la fertilité a été souvent étudié par le passé, mais les résultats obtenus se sont avérés contradictoires. Certaines, par exemple, avaient mis en lumière une incidence accrue des avortements spontanés chez les buveuses de café, alors que d'autres n'avaient établi aucun lien de ce type. Les éléments manquaient donc pour confirmer ou infirmer l'effet de la caféine sur la grossesse.

Cette nouvelle étude danoise apporte de nouveaux éléments de réponse, mais son auteur, le Dr Kesmodel, reste prudent : "Les données sur la caféine et la grossesse sont encore assez limitées", a-t-il rappelé. Mais si le médecin ne veut pas inquiéter inutilement les patientes traitées par FIV, il leur conseille tout de même de veiller à ne pas consommer plus de cinq tasses de café par jour. De toute évidence, les amatrices de café devront se restreindre (un peu)...

En savoir plus