Tuberculose : un retour inquiétant

Cinq cas de tuberculose ont été détectés chez des jeunes élèves lors d'un dépistage organisé dans un lycée du Val-de-Marne, ainsi que deux autres à l'extérieur, chez des personnes en contact avec un des malades. Parmi les cas, un enseignant et quatre élèves sont atteints. Ces dépistages, réalisés entre février et avril 2012, au lycée Eugène-Delacroix à Maisons-Alfort, faisaient suite à un premier cas découvert au début de l'année 2012.

Rédigé le , mis à jour le

Tuberculose : un retour inquiétant

- Reportage vidéo du 24 mai 2012 -

L'Agence Régionale de Santé à prévu de réaliser un deuxième dépistage mi-juin : les résultats du premier confirmeraient les doutes d’une "transmission certaine". Il "visera toutes les personnes susceptibles d'avoir été exposées au premier malade (élèves, enseignants, surveillants), même de façon très transitoire".

"La maladie reste potentiellement grave"

Si le nombre de cas de tuberculose a diminué au cours des dernières années en Ile-de-France (1 912 cas en 2010, contre 3 157 cas en 2.000), le taux d'incidence des cas déclarés en Ile-de-France est deux fois plus élevé que la moyenne nationale (16,3 cas pour 100 000 habitants en IDF contre 8,1 pour 100 000 en France).

Avec 227 cas déclarés en 2010, le taux d'incidence est de 17,2 pour 100 000 habitants dans le Val-de-Marne. "D'un point de vue sanitaire, la tuberculose se soigne aujourd'hui aisément même si la maladie reste potentiellement grave", rappelle l'ARS. "Le traitement repose sur la prise quotidienne de plusieurs antibiotiques adaptés pour une durée habituelle de 6 mois", explique l'agence.

En Seine-Saint-Denis, 23 cas de tuberculose ainsi que 30 infections tuberculiniques latentes avaient été détectés, dans le quartier pauvre de Clichy-sous-Bois, lors d'un dépistage l'été 2011, et deux nouveaux cas avaient été dépistés dans le secteur lors d'un second dépistage fin septembre 2011.

Avec AFP

En savoir plus

Sponsorisé par Ligatus