Rythmes scolaires : peut mieux faire

Les experts se sont enfin penchés sur les rythmes scolaires et ont rendu leurs conclusions au ministre de l’Education, lundi 4 juillet 2011. Avec deux axes principaux : la suppression de la semaine de quatre jours et le raccourcissement des vacances d’été. Mais qu’en est-il exactement du rythme biologique de nos enfants sur une journée ?

Rédigé le

Rythmes scolaires : peut mieux faire

Les rythmes scolaires constituent un enjeu important pour la santé et les apprentissages des élèves, confrontés actuellement en France à une situation qui paraît largement inadaptée.  

Dans un rapport de janvier 2010, l'Académie de médecine a écrit que la semaine de quatre jours, en place de fait dans 95 % des écoles primaires depuis la réforme de 2008, et supprimant le samedi matin, avait un "rôle néfaste" en étant génératrice de fatigue. Ce resserrement du temps scolaire sur quatre jours "n'est pas favorable à l'enfant car celui-ci est plus désynchronisé le lundi et le mardi matin" et donc sa vigilance diminue.

Dans la plupart des autres pays européens, il y a école au moins cinq jours par semaine. L'Académie de médecine prône donc "d'aménager la semaine sur quatre jours et demi ou cinq jours en évitant la désynchronisation liée à un week-end dont le samedi est libre" et d'étaler la classe sur 180 à 200 journées par an en primaire, contre seulement 144 actuellement.

"Les conséquences du resserrement du temps scolaire se font sentir sur la fatigue des élèves et des enseignants", écrivait dès 2009 l'inspection générale de l'Education nationale, ajoutant cependant que "l'évolution souhaitable n'est pas dans le retour au samedi matin, que personne ne revendique, mais dans la scolarisation du mercredi matin".

"La semaine de quatre jours est très mauvaise car elle crée de fortes inégalités", a commenté à l'AFP le professeur de psychophysiologie Hubert Montagner. "Ainsi, le mercredi, dans les familles favorisées, l'enfant peut faire des choses intéressantes mais dans les autres, ils sont claquemurés chez eux. Si on repasse à quatre jours et demi, le mardi soir, en s'endormant, il va être rassuré car il saura que le lendemain, il va retrouver les copains, la maîtresse et ne sera plus dans l'incertitude de savoir ce qu'il va faire le lendemain, ce qui est très perturbant pour le rythme de sommeil".

La durée actuelle des journées est-elle bonne pour les enfants ? Les chronobiologistes s'accordent à dire que non, surtout en primaire, où il y a six heures de cours par jour, sans compter l'accompagnement personnalisé pour les élèves les plus faibles, souvent organisé à l'heure du déjeuner. Les spécialistes prônent notamment une différenciation suivant l'âge des élèves: "au CP comme au CE1, quatre heures c'est largement suffisant, notamment pour les enfants en difficulté scolaire. Au collège cela ne doit pas dépasser six heures et au lycée sept heures", selon Hubert Montagner.

Les chronobiologistes font aussi valoir que l'enfant a des pics d'attention renforcée qui favorisent l'apprentissage à certains moments de la journée et qu'il faut donc les respecter. La FCPE, première fédération de parents d'élèves, revendique elle que la pause de midi ne soit, pour aucun écolier, inférieure à une heure et demie. D'autres avancent l'importance de cantines calmes.

Concernant le calendrier des vacances, l'Académie de médecine a jugé que les vacances de la Toussaint, période difficile pour l'enfant, devraient être allongées à deux semaines, contre dix jours actuellement.

Quant aux vacances d'été, l'étalement du nombre annuel de jours de classe devrait entraîner leur raccourcissement, d'autant que des chercheurs avancent que dans les familles défavorisées, les enfants ont plutôt tendance à perdre en acquisition scolaire durant cette période.

Source : AFP, 4 juillet 2011

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Dans les médias :

Sponsorisé par Ligatus