Jeannie Longo : une vie consacrée à la performance

La sportive préférée des Français, Jeannie Longo, est menacée de sanction pour ne pas s'être soumise aux règles anti-dopage. Le quotidien L'Equipe a publié, mardi 13 septembre 2011, des échanges de courriers électroniques révélant que son mari aurait acheté de l'EPO en avril 2007. Gilles Goetghebuer, rédacteur en chef de la revue Sport et Vie, connaît bien la coureuse. Il nous confie ses impressions.

Rédigé le

Jeannie Longo : une vie consacrée à la performance
Jeannie Longo : une vie consacrée à la performance
  • Jeannie Longo soupçonnée de dopage à l'EPO... Cela vous étonne ?

G. G. : "Oui et non. Vous savez, Jeannie Longo c'est une belle histoire. C'était la seule sportive de mon âge encore en activité. Cela impose le respect tout de même. Et puis, elle véhicule une image sympathique, celle d'une femme toujours en forme, chez qui les années n'ont pas d'emprise. En plus, elle s'exprime bien, les médias l'adorent, et elle est sincèrement préoccupée par l'écologie.

"J'ai déjà eu l'occasion d'être invitée chez elle : Jeannie ne mange pas, elle picore. Et elle cuisine tout elle-même, toujours à base de légumes. Mais d'un autre côté, il faut avouer que c'était bien étrange de rester toujours au plus haut de ses performances à 52 ans. En temps normal, on décline avec l'âge. Je crois qu'il ne faut pas de faire d'illusion : dans le monde du sport, il est difficile de briller sans EPO."

  • Son mari aurait acheté de l'EPO en 2007. Il n'est plus son coach aujourd'hui. A votre avis, dans quel état est-elle aujourd'hui ?

G. G. : "Jeannie Longo et son mari formaient un couple étrange. Lui était un ancien skieur, qui a tout abandonné pour se dévouer à la carrière de Jeannie. Il l'a pris sous sa coupe. Je me souviens d'un jour où il m'expliquait par de savants calculs, comment le fait de perdre 3 kilos par exemple, permettait à Jeannie de gagner autant de minutes dans l'ascension des cols.  

"Le couple, était une petite entreprise en soi, dont le fond de commerce n'était rien d'autre que la performance de Jeannie. Leur séparation sportive, dont elle parle dans son dernier livre (Jeannie par Longo, aux Editions Le Cherche-midi, 2010), l'a anéantie. Elle donne l'image d'une femme désespérée, habitée par des idées noires, qui n'écarte pas l'idée du suicide. Il faut s'imaginer que le vélo et son mari étaient tout dans sa vie, elle n'a pas d'autres passions, pas d'enfant. C'est un grand vide. Il lui restait son prestige, qu'elle risque de perdre avec ces nouvelles révélations."

  • Jeannie Longo, soupçonnée de dopage. Pourquoi cette affaire sort-elle maintenant ?

G. G. : "Parce que les Etats-Unis ont enfin décidé de lutter vraiment contre le dopage. Tout commence avec l'affaire Balco. La découverte de ce laboratoire clandestin en 2003 va éclabousser bon nombre de sportifs, et notamment la célèbre sprinteuse américaine, Marion Jones, condamnée à 6 mois de prison ferme.

"L'enquête se poursuit et n'épargne aucun sportif. Tous ont été appelés à déposer devant les enquêteurs en chef. Beaucoup ont avoué. Parmi eux, il y a Joe Papp, ancien coureur américain, devenu tête-pensante d'un grand réseau de trafic qui s'approvisionnait en Asie, et alimentait tout le marché européen. C'est en fouillant dans ses mails, que l'on a découvert qu'il avait vendu de l'EPO au mari de Jeannie Longo.

  • Jeannie Longo n'est pas la seule cycliste à voir sa carrière ternie par des histoires de dopage. Quel est la meilleure issue pour elle ?

G. G. : "On a vu beaucoup de sportifs se mettre à nu. Dire toute la vérité. On les a entendu raconter leur témoignage, livrer leurs souffrances et leurs faiblesses. C'est très troublant de découvrir ces vies entièrement consacrées à la performance. Cela crée de l'empathie avec le public. Beaucoup d'anciens sportifs sont passés par là, mais cela n'est possible qu'après la tempête, une fois digérée le deuil de toute une carrière. Bref, il faut du temps."

En savoir plus

Sur Bonjour-docteur :

Dans les autres médias :

Ailleurs sur le web :

Et aussi :