Cancer : quand il s'agit d'eux, les Français minimisent

Le Baromètre cancer 2010, présenté le 14 juin 2012, par l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) et l'Institut national du cancer (INCa), montre que les Français connaissent bien les facteurs de risques liés à cette maladie, mais sont souvent trop optimistes concernant leur propre exposition.

Rédigé le

Cancer : quand il s'agit d'eux, les Français minimisent
Cancer : quand il s'agit d'eux, les Français minimisent

Le tabagisme et l'exposition au soleil arrivent en tête des facteurs de risques les mieux identifiés, 98 % des personnes interrogées par l'Inpes et l'INCa estiment que le tabac favorise "certainement" ou "probablement" la survenue d'un cancer, 97 % pour l'exposition aux UV. Les facteurs environnementaux, comportementaux et physiologiques arrivent au second plan.

Parallèlement, le rapport note que les individus ont tendance à minimiser l'impact des agents cancérigènes sur eux-mêmes. Ainsi, même si le tabac est responsable de 25 % des décès par cancer en France, le baromètre note que 35 % des "petits" fumeurs (moins de 10 cigarettes par jour) pensent qu'ils courent un risque moins élevé que les fumeurs "intensifs". Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), cette croyance est fausse puisque la durée d'exposition au tabac serait un facteur de risque plus important que la quantité de cigarettes fumées par jour.

Il en est de même pour l'alcool, 86 % des Français sont convaincus que les principaux risques liés à l'alcool sont les accidents de la route et la violence. Pourtant, il peut également être responsable de nombreux cancers allant de la langue jusqu'au rectum, en suivant le trajet de la boisson dans le corps.

Toutefois, le cancer reste considéré comme la maladie la plus grave pour 71 % des Français, devant le sida et les maladies cardiovasculaires.

En savoir plus