Cancer des personnes âgées : fréquence et rythme de développement ?

Il me semble qu'après un certain âge (70 ans) les personnes âgées sont moins touchées par le cancer, est-ce que je me trompe ? Pourquoi dit-on qu'un cancer se développe lentement chez une personne âgée, alors que beaucoup en meurent en quatre mois, faute de suivi ? Les réponses avec le Pr Olivier Saint Jean, chef du service gériatrie à l'hôpital européen Georges Pompidou (Paris).

Rédigé le , mis à jour le

Cancer des personnes âgées : fréquence et rythme de développement ?

"La fréquence d'un certain nombre de cancers augmente considérablement avec l'âge, à tel point que certains cancers deviennent spécifiquement des cancers des personnes âgées. Le plus bel exemple étant le cancer du côlon et du rectum. Cette maladie survient dans 60% des cas après 80 ans. Un certain nombre de facteurs de cancer s'accumule avec les années, il n'est donc pas surprenant d'observer ces cancers plus fréquemment chez les sujets âgés.

"Le rythme de développement du cancer est totalement indépendant de l'âge. Voire le cancer se développe plus rapidement chez les sujets âgés. Il faut savoir qu'à dynamique de cancer équivalente, le retentissement sur l'organisme est plus important chez un sujet âgé qui par ailleurs peut être fragilisé par son vieillissement et surtout par les maladies qui y sont associées. On a donc deux acteurs : le cancer qui évolue et l'état de santé global de la personne.

"Cette idée reçue d'un développement du cancer plus lent chez les personnes âgées a été supportée pendant très longtemps par certains cancers très spécifiques des personnes âgées comme le cancer de la prostate qui sont des cancers d'évolution lente. Mais quand on regarde le génie évolutif des cancers les plus fréquents, du sein, du cancer du côlon… on observe la même chose chez les sujets jeunes et les sujets âgés. Il n'y a pas de ralentissement de développement du cancer."

En savoir plus sur les cancers des personnes âgées

Dossier :

Questions/réponses :