1. / Sexo
  2. / IST

Quand la gonorrhée résiste aux antibiotiques

Au Royaume-Uni, deux cas de gonorrhée résistant au traitement classique ont été diagnostiqués. Le Public Health England lance l'alerte et incite à utiliser le préservatif.

Rédigé le

Quand la gonorrhée résiste aux antibiotiques
Près d'un homme sur dix et la moitié des femmes infectées ne présentent aucun symptôme

"Cette résistance est inhabituelle", selon le rapport du Public Health England, publié le 9 janvier. Deux femmes hétérosexuelles, qui n’ont apparemment aucun lien entre elles, ont récemment contracté une forme de gonorrhée résistante aux antibiotiques couramment utilisés pour traiter cette maladie : le ceftriaxone et l'azithromycine.

Les deux patientes ont été traitées, rassure le rapport, mais les préoccupations demeurent. Il semble que les deux patientes aient contracté la maladie en Europe continentale. Des enquêtes sont en cours pour retrouver leurs partenaires sexuels après l’infection au Royaume-Uni afin de prévenir la propagation de cette bactérie.

La résistance aux antibiotiques n’est pas la même que dans le cas de 2018 quand un homme originaire du Royaume-Uni avait contracté la maladie en Asie du Sud-Est.

A lire aussi : Gonorrhée (blennorragie) : une MST bientôt intraitable ?

Qu'est-ce que la gonorrhée ?

La maladie sexuellement transmissible est causée par la bactérie Neisseria gonorrhoeae. Ses symptômes sont la sécrétion d'un liquide vert ou jaune du pénis ou du vagin, des douleurs à la miction et, chez la femme, des saignements et des douleurs abdominales. La maladie est facile à diagnostiquer et doit être traitée le plus tôt possible pour limiter le risque d'infections, d'inflammation et d'infertilité.

Cependant, environ un homme sur dix et la moitié des femmes infectées ne présentent aucun symptôme. Par conséquent, l'utilisation de préservatifs reste le meilleur moyen d'éviter la contamination.

A lire aussi : Prévenir et soigner les IST

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus