1. / Maladies
  2. / Seniors
  3. / Centenaires

Centenaires, des exemples de longévité

Passer le cap des 100 ans deviendrait presque banal… mais seulement en 2060. En 2010, ce vénérable club compte seulement 15 000 membres. Ils ont connu les deux guerres mondiales et traversé un siècle où la médecine s'est métamorphosée. Nos centenaires bénéficient des progrès qui atténuent les effets du grand âge. Alors quel est leur secret ?

Rédigé le , mis à jour le

Centenaires, des exemples de longévité
Centenaires, des exemples de longévité
Sommaire

Vieillissement, un mécanisme inscrit dans nos cellules

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent le vieillissement.

En 2009, l'espérance de vie des Français a été estimée en moyenne à 84,5 années pour les femmes et 77,8 années pour les hommes.

Chaque type de cellule a une durée de vie bien déterminée. C'est en partie dû à des structures qui se trouvent à l'extrémité de chaque chromosome qu'on appelle les télomères. Ce sont en réalité de courtes séquences d'ADN répétées plusieurs milliers de fois. On peut les comparer aux embouts en plastique de nos lacets, qui les empêchent de s'effilocher. Les télomères font un peu la même chose, mais en plus, ils protègent l'ADN contre les effets du temps et de l'environnement. Mais le problème est qu'à chaque fois qu'une cellule se divise, les télomères raccourcissent jusqu'à disparaître. Résultat : la cellule perd sa capacité à se multiplier, ce qui se traduit par un ralentissement des fonctions de l'organisme qui se dégradent progressivement.

La peau se ride, le cheveu grisonne, la vue et l'ouïe baissent, les os deviennent plus fragiles, les articulations raidissent, le transit intestinal ralentit, les poumons ventilent moins bien, le système immunitaire devient moins réactif, le corps perd sa capacité à s'adapter aux agressions et développe différentes maladies.

Nous avons tous ce mécanisme inscrit dans nos cellules mais nous ne sommes pas tous égaux sur le plan génétique. Le secret des centenaires ne serait pas la présence d'un gène unique qui permettrait d'être centenaire mais la présence d'un ensemble de gènes, qui contribuerait à empêcher les maladies liées à l'âge de se développer.

Autrement dit, ils résistent mieux au temps qui passe. C'est ce qui ressort de l'étude nommée New England Centenarian Study, parue dans la revue Science et menée par les chercheurs du Boston University School of Medicine du Massachusetts. Ils ont séquencé l'ADN de 1 055 centenaires et de 1 267 personnes servant de contrôles. D'après leurs résultats, chaque gène en soi est important, aussi bien ceux impliqués dans le développement ou l'immunité que ceux qui interviennent dans la réponse au stress. Plus notre matériel génétique possède un nombre important de bons gènes, plus les chances d'être centenaire augmente.

Pauline, 101 ans

Pauline qui vit avec sa fille depuis plus de cinq ans.

Un des secrets des centenaires… c'est leurs enfants, qui les aident à s'adapter aux effets plus ou moins douloureux des décennies.

Maison de retraite : une nouvelle vie

A la rencontre des centenaires en maison de retraite

Passé 100 ans, les enfants sont aussi souvent entrés dans le troisième âge et pas toujours en mesure d'accueillir leur parent. Alors la maison de retraite s'impose…

Déjà habituées à s'adapter aux nombreuses transformations du siècle traversé, Jeanne et Sidonie se sont faites à leur nouvelle vie.

En savoir plus

Dossiers sur Bonjour-docteur.com :

Ailleurs sur le web :

 

 

Sponsorisé par Ligatus