1. / Maladies
  2. / Peau

Le sinus pilonidal, un kyste douloureux

La maladie pilonidale, appelée aussi sinus ou kyste pilonidal, est liée à la présence anormale d'une ou plusieurs poches au bas du dos. Le sinus pilonidal est en effet situé à un endroit bien différent des autres sinus, puisqu'il apparaît le plus souvent dans la fossette du coccyx, au-dessus de l'anus. Cette maladie est loin d'être rare, puisqu'elle est responsable d'environ 20.000 opérations chaque année en France, soit la moitié des cas d'infections graves qui nécessitent une chirurgie.

Rédigé le , mis à jour le

Le sinus pilonidal, un kyste douloureux
Le sinus pilonidal, un kyste douloureux
Sommaire

Qu'est-ce qu'un kyste pilonidal ?

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent le kyste pilonidal.

Le kyste pilonidal est une petite boule douloureuse, voire extrêmement douloureuse, qui pousse le plus souvent en bas du dos, juste au-dessus des fesses. Peu connu du grand public, le kyste pilonidal est pourtant la cause de plus de 20.000 opérations chirurgicales chaque année en France.

Un kyste ou "sinus" pilonidal est une infection qui se développe sous la peau, en général dans la fossette du coccyx, juste en haut du sillon interfessier. Pour bien comprendre l'origine de la maladie, il faut revenir à l'étymologie. En latin, pilo désigne le poil et nidal, le nid.

Les kystes pilonidaux touchent généralement les hommes jeunes entre 20 et 30 ans, à la pilosité développée. Parmi les facteurs de risque, on compte aussi l'obésité ou la station assise développée car ils favorisent l'apparition du kyste.

Le kyste pilonidal se forme à partir des frottements dus aux mouvements du patient. Les poils se cassent, irritent la peau et progressivement créent un abcès qui s'infecte. Un kyste pilonidal peut se former et passer inaperçu pendant des années sans provoquer de douleur. Mais lorsqu'il se surinfecte, il peut devenir très douloureux en quelques jours.

Parfois, en urgence, le chirurgien incise le kyste pour évacuer le pus accumulé et soulager la douleur. Mais la coque du kyste reste présente sous la peau et dans 40 à 60% des cas, la maladie récidive. Dans ce cas, une intervention est nécessaire.

L'exérèse du kyste pilonidal

Attention, images de chirurgie ! Exérèse d'un kyste pilonidal

Dans tous les cas, lorsque le kyste pilonidal s'infecte, cela nécessite une intervention chirurgicale et souvent en urgence. Les médecins incisent d'abord le kyste afin d'en faire sortir le pus. Puis au bloc opératoire, ils retirent la totalité du kyste infecté. Le problème : avant d'opérer, il est impossible d'estimer la taille et la profondeur du kyste. C'est en ouvrant que les chirurgiens découvrent la partie immergée de l'iceberg. Un petit kyste en surface peut en effet cacher un abcès bien plus important.

L'opération est courte et généralement sans danger. En revanche, la cicatrisation est plus complexe. Les chirurgiens ne referment pas la plaie, afin d'éviter une nouvelle infection. La plaie doit cicatriser d'elle-même. Il faut laisser le temps à l'épiderme de se reconstituer. Et cela demande en moyenne deux mois d'immobilisation et de soins infirmiers quotidiens à domicile.

Kyste pilonidal : les soins post-opératoires

Pour assurer une bonne cicatrisation de la plaie, le patient doit suivre des soins infirmiers parfois douloureux à domicile ou à l'hôpital

Avec la plaie laissée par l'opération, la cicatrisation peut prendre trois, quatre, cinq ou même six semaines en fonction de la profondeur de l'excision réalisée par le médecin pour retirer l'intégralité du kyste pilonidal.

La chair reste à vif et doit se reconstituer. Les cellules repoussent à partir de l'intérieur de la plaie vers l'extérieur et ce n'est qu'au bout de quelques longues semaines que l'épiderme commence à recouvrir la plaie. La cicatrisation est une étape longue pour les patients qui doivent suivre des soins infirmiers parfois douloureux à domicile ou à l'hôpital.

En cas d'infection du site opératoire lors de la phase de cicatrisation, les patients doivent être placés sous antibiothérapie et dans les cas les plus graves, ils peuvent même être réopérés. Et pour les personnes les plus poilues qui ont un fort risque de récidive, une épilation au laser peut permettre de prévenir ce risque.

Kyste pilonidal : une convalescence contraignante

Jimmy a été obligé de vivre allongé sur le ventre pendant plusieurs jours.

La maladie pilonidale n'est pas toujours bien vécue par les hommes, qui en sont les principales victimes. Pendant longtemps, elle était même considérée comme une maladie honteuse, parce que l'on pensait qu'elle était liée à une mauvaise hygiène, ce qui est totalement faux.

Le kyste pilonidal est une affection fréquente et bénigne. Il n'y a jamais eu de cancer détecté sur un kyste pilonidal. Seul problème : même après une ablation totale du kyste, il a tendance à récidiver dans 5% des cas.