Épilation du sif : comment se débarrasser des poils des fesses en toute sécurité ?

Il existe sûrement des questions que vous n'avez jamais osé poser, par pudeur, crainte, voire même honte... Notre journaliste, Mélanie Morin, les a posées à votre place à un spécialiste !

Mélanie Morin
Rédigé le , mis à jour le
Le Magazine de la Santé


Qu'on en ait peu ou beaucoup, il est tout à fait normal d’avoir des poils au niveau des fesses. Ces poils se situent au niveau de la marge anale, le petit ovale qui entoure directement l’anus. Plus largement, les poils se trouvent dans toute la zone qui forme une ligne entre les deux fesses, appelée "sillon interfessier", et surnommée le "sif". Il s'agit de poils particuliers qui ont un vrai rôle à jouer.

Des poils pour protéger et filtrer les saletés

Il faut distinguer les poils "constitutionnels", qui sont présents dès la naissance, c’est-à-dire les cheveux et les cils, et les poils qui apparaissent à la puberté sous l’effet des hormones sous les aisselles, au niveau du pubis et autour de l’anus. Leur constitution est toujours la même, les poils sortent des follicules pileux du derme et ils affleurent en surface, au niveau de l’épiderme.

Il est normal d’en trouver près des orifices ou carrément dans les orifices car ils sont là pour protéger en filtrant les saletés, poussières et autres particules invisibles. Il n'est donc pas étonnant d'avoir des poils dans les oreilles, le nez et… autour de l’anus. 

La tondeuse fait-elle repousser les poils plus vite, plus épais ?

Après une tonte ou un rasage, les poils peuvent sembler plus épais mais c’est une idée reçue. Tondre ou raser un poil ne change en rien sa constitution, car sa partie interne, la racine, n’est pas touchée.

Un poil qui pousse naturellement a une pointe effilée alors qu’un poil qui a été rasé a une pointe en oblique, "biseautée". C'est ce qui peut donner l’impression que le poil est plus dur alors qu’en fait son épaisseur n’a pas changé.

L'épilation à la cire pour des résultats durables

L'épilation à la cire, en institut, permet quand même d’avoir des résultats plus durables que la tondeuse puisque les poils sont arrachés, bulbes compris. Le poil est retiré à la racine donc à priori il repousse en quatre semaines voire plus.

En contactant la CNAIB (Confédération Nationale Artisanale des Instituts de Beauté et Spas), sa gérante précise qu’elle épile autant de sillons interfessiers que de sourcils par jour. C’est leur routine et tout est fait pour mettre les clientes à l’aise. Elles se déshabillent à l’abri des regards et une lingette désinfectante est mise à leur disposition.

Cela nécessite de se placer sur le dos, les jambes relevées ou allongée sur le ventre en écartant un peu les fesses pour que l’esthéticienne puisse bien appliquer la cire et la retirer. En tout cas, c’est moins acrobatique et risqué que de tenter de s’épiler toute seule dans sa salle de bain.

L'épilation au laser pour les poils foncés

Le laser fonctionne de la même façon pour la zone autour de l’anus que pour les autres localisations.
Le patient rase ses poils avant le rendez-vous car le dermatologue vise le bulbe pileux. C’est indiqué pour les poils foncés car le laser cible la mélanine, ce qui donne le pigment du poil pour le brûler jusqu’à la racine.

Pour le sillon interfessier, le réglage de la machine doit être très précis car la carnation de cette zone est parfois plus foncée par rapport aux fesses voisines, c’est important pour obtenir un résultat efficace.

Attention, zone très sensible

La muqueuse anale est toute proche et c’est une partie du corps qui est un peu humide, soumise à divers essuyages, au contact avec le papier toilette. Le rasage et le frottement avec les sous-vêtements peuvent rendre les poils très cassants. Si la peau est irritée dans cette zone sensible, des germes peuvent facilement la coloniser et il y a un risque d’abcès.

Quand c’est infecté, un kyste pilonidal peut se développer. Il faut alors l’inciser pour évacuer le pus et soulager le patient. Si vous avez le pourtour de l’anus poilu, soyez attentifs et en cas de douleur, de plaie durable ou de gonflement, n’hésitez pas à consulter un dermatologue ou un proctologue.

Pour ne manquer aucune info santé, abonnez-vous à notre newsletter !