1. / Maladies
  2. / Maladies hormonales

Les hormones de croissance en questions

Les hormones de croissance utilisées de nos jours sont des hormones de synthèse prescrites dans des cas bien définis, un déficit entraînant un retard de croissance chez l'enfant, par exemple. Mais elles sont aussi indispensables à la bonne santé de l'adulte…

Rédigé le , mis à jour le

Les hormones de croissance en questions
Sommaire

Qu’est-ce que l'hormone de croissance ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent l'utilisation des hormones de croissance.

L'hormone de croissance est un traitement pour les enfants trop petits. Il a d'ailleurs été à l'origine d'un scandale sanitaire dans les années 1980. Près de 120 enfants sont morts, car on leur a injecté des hormones de croissance infectées par l'agent de la maladie de Creutzfeldt-Jakob. Le problème, c'était l'origine de ces traitements qui étaient extraits d'hypophyse naturelle, une glande cérébrale prélevée sur des cadavres. Aujourd'hui les traitements à l'hormone de croissance existent toujours, mais ils n'ont plus rien à voir avec le passé. Depuis 1988, ce sont des médicaments de synthèse fabriqués en laboratoire.

L'hormone de croissance aussi appelée somatotropine, est une hormone naturellement synthétisée. Elle nous permet de grandir, de développer nos os et nos muscles. Elle est stockée et sécrétée au cœur du cerveau par l'hypophyse. Cette glande sécrète et commande les hormones. 

A la sortie de l'hypophyse, l'hormone de croissance est transportée dans la circulation sanguine. Pour faire grandir l'organisme, elle provoque la multiplication des cellules, notamment celles des muscles et des os.

Les déficits en hormone de croissance chez l'enfant

Agathe, 12 ans, a grandi normalement jusqu'à l'âge de 4 ans avant de connaître un ralentissement progressif de sa connaissance.

Quand on ne fabrique pas d'hormone de croissance ou pas assez, la croissance est ralentie. En France 3 000 enfants seraient concernés par ce déficit, qui s'explique parfois par un défaut de développement de l'hypophyse ou une lésion. Mais la cause d'une carence en hormone de croissance reste souvent inconnue.

Les personnes présentant un déficit en hormone de croissance représentent 75 % des patients traités. Mais le médicament est également prescrit pour cinq autres pathologies : 

  • le syndrome de Turner (absence totale ou partielle de chromosomes X chez la femme qui entraîne un dysfonctionnement des ovaires)
  • le syndrome de Prader-Willi (maladie génétique se caractérisant par une diminution du tonus musculaire à la naissance)
  • une anomalie du gène Shox
  • une insuffisance rénale
  • un retard de croissance chez l'enfant né petit pour l'âge gestationnel.

Il s'agit de cinq maladies très différentes les unes des autres mais dont le point commun est d'entraîner, la plupart du temps, un problème de croissance.

Quels sont les effets chez l’enfant ?

Le déficit en hormone de croissance est comblé par des injections quotidiennes

Il arrive que l'hormone de croissance ne soit pas produite en quantité suffisante. Dans ce cas, l'enfant grandit plus lentement et sa taille adulte sera plus petite que la normale.

Jusqu'en 1973, 1,20 m à 1,40 m représentait la taille que pouvait espérer atteindre les personnes atteintes de nanisme hypophysaire, autrement dit, celles qui souffraient d'un déficit en hormone de croissance. Aujourd'hui, des injections quotidiennes permettent de remplacer l'hormone qui fait défaut.

Dans les années 1980, l'hormone de croissance pouvait provenir d'hypophyse de cadavres. Maintenant l'hormone utilisée est synthétique et sans danger. Mais aujourd'hui c'est la question du déremboursement du traitement par hormone de croissance qui fait polémique. De nombreux parents se sont donc mobilisés pour que leurs enfants puissent continuer à bénéficier du traitement.

Hormones de croissance : polémique sur le déremboursement du traitement

Entretien avec Jean-Luc Harousseau, président de la Haute Autorité de Santé (HAS)

Le traitement par hormone de croissance permet, pour beaucoup d'enfants, d'atteindre une taille dite "normale" à l'âge adulte. Et pourtant, pour les cinq pathologies (syndrome de Turner, syndrome de Prader-Willi, anomalie du gène Shox, insuffisance rénale et retard de croissance chez l'enfant né petit pour l'âge gestationnel), le médicament a été menacé de déremboursement. Une étude a en effet révélé chez les patients traités pour un retard de croissance, une très faible surmortalité par rapport à la population générale. Il s'agit des premiers résultats d'une étude européenne, l'étude Saghe, publiée en décembre 2010.

Finalement, après une procédure contradictoire, la Haute autorité de santé a finalement décidé de maintenir le remboursement de l'hormone de croissance dans tous les cas.

Quels sont les traitements chez l’adulte ?

L'adulte aussi peut souffrir d'un déficit en hormone de croissance

Chez l'adulte, l'hormone de croissance joue également un rôle fondamental dans de grandes fonctions. Là aussi, quand elle manque, les patients reçoivent de l'hormone synthétique.

Face aux vertus de cette hormone
, il pourrait être tentant d'en prendre pour lutter contre le vieillissement. Mais ce n'est pas sans danger. Avec l'âge, en effet, le risque de développer un cancer augmente. Il est d'autant plus grand que l'on prend de l'hormone de croissance.

Pour les plus jeunes, il faut savoir que l'hormone de croissance endommage sérieusement le muscle cardiaque. On se souvient de footballeurs trentenaires, et a priori en très bonne santé, s'effondrant au milieu d'un match. Dans ce type de cas, le doute reste permis sur d'éventuels abus d'hormones de croissance. Il ne s'agit plus alors d'un médicament, mais d'une substance dopante.

Pour en savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Dossiers :

Dans le forum :

Ailleurs sur le web

Sponsorisé par Ligatus