1. / Maladies

Maladie de Raynaud : une hypersensibilité au froid

Des doigts qui jaunissent puis blanchissent, qui deviennent douloureux au moindre pic de froid, ces symptômes correspondent à la maladie de Raynaud du nom du premier médecin qui l'a décrite en 1862. Une maladie qui survient le plus souvent entre 15 et 25 ans.

Rédigé le , mis à jour le

Maladie de Raynaud : une hypersensibilité au froid
Maladie de Raynaud : une hypersensibilité au froid
Sommaire

Qu'est-ce que la maladie de Raynaud ?

Benoît Thevenet et Michel Cymes expliquent la maladie de Raynaud.

On pourrait l'appeler la "maladie du froid". À la moindre chute de température, les doigts deviennent blancs puis rouges, et ils sont douloureux. Il s'agit de la maladie de Raynaud, du nom du premier médecin qui l'a décrite en 1862. La maladie de Raynaud survient le plus souvent entre l'âge de 15 et 25 ans.  

Pour mieux comprendre la maladie de Raynaud, il faut d'abord s'intéresser à la manière dont notre corps réagit au froid. Pour qu'il fonctionne correctement, notre corps doit être maintenu à 37°C. C'est l'hypothalamus, une glande située dans notre cerveau, qui s'en charge. Il joue un rôle de thermostat. C'est essentiel pour veiller au bon fonctionnement de nos cellules.

Quand il fait froid, l'hypothalamus agit sur la circulation sanguine. Les vaisseaux à la surface de la peau, comme les mains par exemple, vont subir une vasoconstriction, c'est-à-dire une réduction de leur diamètre. L'objectif est d'apporter un maximum de sang vers les organes vitaux que sont le coeur et le cerveau par exemple. C'est donc parce que la circulation sanguine est ralentie que nos extrémités refroidissent.

Chez certaines personnes, ce système de régulation de la chaleur est beaucoup trop sensible. Au moindre pic de froid, le sang déserte les extrémités. Les doigts deviennent pâles, refroidis et douloureux. Ils changent de couleur et deviennent complètement blancs. C'est ce qu'on appelle l'acrocyanose.

Diagnostiquer la maladie de Raynaud

Comment pose-t-on le diagnostic de la maladie de Raynaud ?

Le diagnostic de la maladie de Raynaud repose essentiellement sur l'interrogatoire et l'observation des mains. Il existe deux formes de phénomène de Raynaud : une forme primitive qui correspond à environ 70% de la population et une forme secondaire.

Pour confirmer le diagnostic de la maladie de Raynaud, le médecin réalise également une capillaroscopie. Cet examen permet d'observer à travers un microscope les petites artères du pourtour de l'ongle, appelées les capillaires. Compter les capillaires, les mesurer permet de confirmer le diagnostic. La capillaroscopie sert également à éliminer un autre diagnostic, celui de la sclérodermie. Une forme plus grave de la maladie de Raynaud.

La forme primitive de la maladie de Raynaud se traite avant tout avec du bon sens. Il faut bien se protéger les mains et le corps quand il fait froid. Des médicaments existent mais ils ne guérissent pas, les vasodilatateurs vont seulement améliorer la situation et ils peuvent avoir des effets secondaires.

Une fois le diagnostic confirmé, les patients doivent régulièrement consulter leur angiologue dermatologue pour suivre l'évolution de la maladie.

Quand la maladie de Raynaud survient chez une personne jeune, les signes de la maladie disparaissent dans un cas sur deux. En revanche, si ce phénomène apparaît plus tard vers quarante ou cinquante ans, il peut être le signe d'une autre maladie sous jacente comme la sclérodermie. On parle alors de la forme secondaire du phénomène de Raynaud.

Vivre avec la maladie de Raynaud

La sclérodermie est une forme plus grave de la maladie de Raynaud.

La sclérodermie est une maladie rare qui touche majoritairement les femmes et qui se caractérise par un épaississement et un durcissement de la peau. Les conséquences du froid sont alors plus graves et plus handicapantes que dans la forme primaire. On ne connaît pas la cause de cette maladie mais son apparition est liée à une maladie auto-immune.

Les défenses immunitaires se retournent contre l'organisme et attaquent le tissu conjonctif, un tissu de soutien qui se trouve partout dans le corps, et dont l'un des constituants majeurs est le collagène. Quand le tissu conjonctif est atteint, le collagène qui joue le rôle d'armature inextensible est produit en trop grande quantité, les tissus deviennent rigides.

Le collagène étant présent naturellement dans la peau, les tendons, les os, la paroi des vaisseaux et des organes internes, son excès menace le fonctionnement de presque tout l'organisme.

À 84 ans, Yvette Tillier est atteinte de sclérodermie. En hiver, quand il fait froid, elle a rapidement mal aux mains et ses doigts deviennent blancs et insensibles. Yvette doit donc s'adapter pour se protéger du froid. Mais la sclérodermie l'handicape également dans les gestes du quotidien.