1. / Maladies
  2. / Coeur

Les bruits du corps

Le coeur, les dents, le ventre, la respiration… Notre corps est à l'origine de toutes sortes de bruits. Souvent caractéristiques, ils permettent de contrôler le bon fonctionnement d'un organe à l'aide d'un stéthoscope et de diagnostiquer des anomalies.

Rédigé le , mis à jour le

Les bruits du corps
Les bruits du corps
Sommaire

Les bruits de la respiration

Benoît Thevenet et Michel Cymes expliquent les bruits de la respiration.

Bâillements, rots, gargouillis et flatulences... Ces bruits que produit le corps et qui, s'ils sont anormaux, peuvent permettre aux médecins de diagnostiquer une maladie.

Par exemple le souffle. Lorsque l'on respire normalement, nos poumons émettent un bruit caractéristique. En cas d'infection, les bruits seront différents. Si les bronches sont encombrées, pleines de mucus, lorsqu'on souffre d'une bronchite, il va y avoir des râles.

En cas d'asthme, les bronches vont se rétrécir. L'air va passer dans un tuyau plus petit. À l'expiration, ça siffle. Lors de l'expiration, le patient ne parvient pas à expulser l'air.

Ecouter l'intérieur du corps grâce au stéthoscope

Histoire du stéthoscope

Aujourd'hui, écouter ces sons à l'aide d'un stéthoscope est le B.A.-BA de la médecine. Mais cela n'a pas toujours été le cas. Avant l'Ancien Régime, toute profession en lien avec le corps est jugée indigne et la médecine tient le corps à distance. Pour établir un diagnostic, on fait tout au plus un examen des urines.

Mais au XIXe siècle, les choses changent. Grâce à la curiosité d'un médecin, le Dr Laënnec, l'inventeur du stéthoscope. À l'époque, il était difficile de déshabiller les patientes pour les ausculter. Pour poser un diagnostic, les gestes étaient donc limités. En septembre 1816, le docteur René-Théophile Laënnec a un éclair de génie en observant deux enfants s'amuser avec une poutre dans la rue.

Pour mieux entendre le cœur des patients, il utilise des pages, les tourne pour former un cornet qu'il pose sur la poitrine du patient. Il entend ainsi son coeur battre. Le stéthoscope est né dans son principe.

Le phénomène acoustique est défini. Il suffit alors au Dr Laënnec d'en améliorer le procédé. Le rouleau de papier devient un instrument en bois démontable. "Il entend toute une série de bruits : des bruits du poumon, des bruits du cœur (…) et définit ainsi toute une série de signes", raconte le Pr Patrick Berche, directeur général de l'Institut Pasteur de Lille.

À quelle maladie correspond chacun des bruits entendus ? À une époque où l'on avait ni radio, ni échographie, seule la mort permettait d'y répondre. Pour chaque patient décédé, le Dr Laënnec relie les sons entendus avec les constatations de l'autopsie. Il fait en quelque sorte parler les cœurs et les poumons malades et réalise une classification des maladies. Il publie alors le manuel de l'auscultation.

Malgré une carrière éphémère, le Dr Laënnec laisse derrière lui un instrument devenu l'emblème même du métier de médecin. En permettant d'écouter l'intérieur du corps, le stéthoscope a révolutionné le diagnostic et donc la rapidité de la prise en charge médicale.

Les bruits du ventre

Marina Carrère d’Encausse et Michel Cymes expliquent les bruits du ventre.

L'intestin est le siège de mouvements qui permettent aux aliments de progresser dans l'appareil digestif.

Paradoxalement, c'est avant le déjeuner qu'il y a une accélération des mouvements de l'intestin. Les liquides et les gaz contenus provoquent des bruits appelés en médecine les bruits hydro-aériques.

S'il n'y a plus de bruit, il peut y avoir une sorte de paralysie des intestins ou plus grave, une occlusion intestinale. Quand il y a une augmentation des bruits, quelque chose peut coincer…

Les bruits du cœur

Michel Cymes et Benoît Thevenet expliquent les bruits du cœur.

Les bruits du coeur sont dus essentiellement au passage du sang à travers de petits clapets, les valves cardiaques.

Le sang arrive des poumons, il passe dans l'oreillette, ensuite dans le ventricule avant de repartir par un autre clapet vers l'aorte. Les bruits entendus correspondent aux ouvertures et fermetures des clapets. Les deux principaux surviennent lors de la systole, quand le sang est expulsé hors du cœur.

Si l'une de ces valves ne fonctionne pas bien, étant trop large ou trop serrée, les bruits sont modifiés. Un souffle ou un petit claquement peuvent alors se faire entendre.

Les bruits des dents

Marina Carrère d’Encausse et Michel Cymes expliquent les bruits des dents.

Un phénomène de plus en plus fréquent : les enfants grincent des dents.

Ce bruxisme serait dû à plusieurs facteurs mais ce sont plutôt des hypothèses que des certitudes.

Une cause psychologique : car l'enfant est trop jeune pour exprimer ses émotions et donc grince des dents. Deuxième hypothèse : l'enfant recherche une position pour relaxer ses mâchoires et essaie d'user les pointes des dents qui le gênent.

Non seulement insupportable pour les parents, le bruxisme est très mauvais pour les dents définitives. En effet les dents s'arrêtent de pousser trop tôt, dès qu'elles entrent en contact avec celles de la mâchoire opposée.

Misophonie : quand les bruits des autres rendent fou

Au carrefour du trouble sensoriel, du toc ou de la phobie, la misophonie est inclassifiable et ses causes difficiles à déterminer

Avec ou sans stéthoscope, d'autres bruits corporels peuvent alerter : 

  • un hoquet, lorsqu'il est persistant, peut être le signe de certaines affections de l'oesophage, de l'estomac, du duodénum, de l'intestin ou du pancréas ;
     
  • un ronflement peut être un des symptômes d'une apnée du sommeil ;
     
  • des battements ou des sifflements dans les oreilles peuvent être le signe d'une hypertension artérielle.
     

Mais lorsque nos organes se taisent, ce silence peut aussi être problématique. L'absence de gargouillis dans le ventre par exemple, peut alerter sur un risque d'occlusion intestinale.

Si pour les médecins, ces bruits du corps font l'objet de toutes les attentions, pour certaines personnes, ils sont insupportables. C'est le cas de Claire, qui souffre de misophonie. Un trouble méconnu mais qui rend son quotidien invivable. Claire ne supporte plus d'entendre les autres tousser, bailler, mastiquer, renifler…

Sponsorisé par Ligatus