1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie

Héminégligence : quand le cerveau oublie le côté gauche

Ils ne voient pas la vie en rose, mais plutôt à droite. Et cela n'a rien à voir avec la politique mais avec leur cerveau. L'héminégligence se traduit par des difficultés à détecter des objets ou des informations situés à gauche. Cette anomalie est due à une lésion dans l'un des hémisphères cérébraux. Dans 80% des cas, c'est l'hémisphère droit qui est atteint.

Rédigé le , mis à jour le

Héminégligence : quand le cerveau oublie le côté gauche
Héminégligence : quand le cerveau oublie le côté gauche
Sommaire

Qu'est-ce que l'héminégligence ?

Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes expliquent l'héminégligence.

L'hémisphère droit commande la partie gauche du corps. Et une lésion dans cette partie du cerveau conduit la personne à négliger, à oublier la moitié gauche de son corps et de son champ visuel.

Ce symptôme se manifeste par exemple par la préparation d'une tarte aux pommes, où seule la partie droite est garnie, ou encore par une lettre écrite uniquement du côté droit… Plus étonnant, une montre où les chiffres sont rassemblés sur un seul côté du cadran. Le cas le plus caricatural est décrit par un neurologue, Oliver Sacks. Il explique qu'un patient héminégligent hurlait aux infirmières qu'on lui retire la jambe morte qu'il avait dans son lit. En réalité, il s'agissait de sa propre jambe… gauche !

La négligence spatiale unilatérale ne concerne pas seulement le champ visuel. Le corps est aussi impliqué. Les personnes héminégligentes se comportent comme si une partie de leur corps n'existait pas. Nombreuses sont les patientes qui ne maquillent que le côté droit de leur visage. L'espace est aussi concerné : les patients ont tendance à tourner constamment la tête à droite, à ne manger que les aliments situés à droite de l'assiette, à ne lire que la partie droite du journal…

L'héminégligence est le plus souvent due à un accident vasculaire cérébral, une artère qui se bouche dans l'hémisphère droit du cerveau. Plus rarement, l'héminégligence peut intervenir suite à un traumatisme crânien, une tumeur ou un abcès cérébral. Le plus souvent, elle est donc associée à une hémiplégie, la paralysie d'un côté du corps, et ralentit la récupération fonctionnelle. Elle est handicapante et parfois dangereuse.

Evaluer le niveau d'héminégligence

Deux mois après son AVC, Nora n'a pas encore totalement récupéré la motricité de ses membres. Son ergothérapeute évalue régulièrement son niveau d'héminégligence.

Régulièrement, les médecins évaluent le niveau d'héminégligence de leurs patients pour voir où ils en sont de leur récupération. Et le premier travail consiste à leur expliquer de quoi ils souffrent. Car ce symptôme est étrange, et la plupart du temps, les personnes qui en souffrent ne s'en rendent même pas compte.

Les patients peuvent ne pas remarquer qu'ils écrivent à droite de la feuille par exemple… Cela est tout à fait caractéristique de ce trouble : les personnes n'ont pas conscience d'être malades.

La rééducation de l'héminégligence

Bernard a été victime d'un AVC. Il est quasiment autonome mais son ergothérapeute veut tester son niveau de vigilance, en le mettant dans une situation complexe où il devra traiter plusieurs informations en même temps.

La rééducation consiste d'abord à expliquer aux patients de quoi ils souffrent, et comment cela se manifeste dans leur quotidien. D'autant que le mot "héminégligent" a une connotation péjorative. Certains patients se sentent même insultés quand on leur parle de ce trouble. Quand les patients ont dépassé ce stade, la rééducation fonctionnelle consiste à stimuler dans un premier temps leur côté gauche pour les obliger à traiter l'information, au travers de la lecture ou des jeux vidéo.

Il s'agit d'obliger le cerveau à utiliser d'autres circuits pour compenser leur handicap. Cela demande aux patients un niveau d'attention permanent. Quand ils ont bien compris de quoi ils souffrent et qu'ils pensent à le corriger, les patients sont plongés dans des situations concrètes liées à leur mode de vie. Si la patiente avait l'habitude de préparer ses repas à la maison, on la fait travailler en cuisine par exemple.

Mais il existe des configurations très dangereuses comme la rue. Un feu situé à gauche peut ne pas être vu, et entraîner un accident de la route. C'est pourquoi des séances de rééducation en extérieur sont régulièrement effectuées.

La rééducation est le seul traitement capable de compenser ce handicap. La durée varie en fonction de la sévérité du déficit attentionnel. L'implication des médecins et des ergothérapeutes auprès des patients permet au final d'améliorer leur qualité de vie.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr