1. / Maladies
  2. / Cerveau et neurologie
  3. / AVC, rupture d'anévrisme

Rupture d'anévrisme : un accident imprévisible

La rupture d'anévrisme (ou anévrisme cérébral) est un accident redouté qui peut laisser de lourdes séquelles. Une fois sur deux, elle est mortelle. Une fois sur quatre, les victimes survivent mais avec des troubles de la mémoire ou des paralysies. Comment en reconnaître les signes ?

Rédigé le , mis à jour le

Rupture d'anévrisme : un accident imprévisible
Rupture d'anévrisme : un accident imprévisible
Sommaire

Qu'est-ce qu'une rupture d'anévrisme ?

Marina Carrère d’Encause et Michel Cymes expliquent la rupture d’anévrisme.

L'anévrisme cérébral est une dilatation anormale de la paroi d'une artère irriguant le cerveau. Quand elle se modifie, quand elle grossit brutalement, qu'elle se fissure ou qu'elle se rompe, se produisent alors de très forts maux de tête. Cet accident, qui fait peur, touche près de 5 000 personnes chaque année en France avant tout des femmes entre 40 et 50 ans.

Le cerveau est doté d'un réseau vasculaire extrêmement riche, car il doit recevoir 15% du débit sanguin cardiaque. À lui seul, il a besoin de consommer environ 20% des apports du corps en oxygène. Le cerveau reçoit le sang oxygéné en provenance des poumons, principalement grâce aux carotides, et il se débarrasse des déchets en les déversant dans les veines jugulaires. 

À l'intérieur du cerveau, il y a des connexions entre les différents vaisseaux pour créer des voies annexes. Ces courts-circuits permettent à la circulation sanguine de s'adapter rapidement aux besoins du cerveau. Lorsque la pression artérielle en dioxyde de carbone augmente, les petites artères se dilatent légèrement et le flux du sang dans le cerveau augmente afin d'éliminer l'excès de dioxyde de carbone.

Mais les vaisseaux ne sont pas à toutes épreuves. Leur paroi peut se fragiliser à certains endroits, se dilater et créer ces fameux anévrismes : de petites poches où le sang s'accumule. Les anévrismes cérébraux se localisent le plus souvent au niveau des bifurcations des vaisseaux sanguins, aux endroits où la pression sanguine est très élevée. C'est justement sous la pression du sang que l'anévrisme grossit de plus en plus et peut se rompre pour provoquer une hémorragie cérébrale. Le sang envahit alors une partie du cerveau. Ce qui va comprimer les structures adjacentes, autrement dit les cellules nerveuses. Le risque de rupture devient menaçant dès que l'anévrisme atteint un diamètre de sept millimètres.

Anticiper la rupture d'anévrisme

Quels sont les critères qui favorisent une intervention sur un anévrisme cérébral ?

Lorsqu'un anévrisme est diagnostiqué, il existe deux possibilités : vivre avec, en espérant qu'il ne rompe jamais, ou opter pour une intervention. C'est le choix qu'a fait Valérie. Elle a rendez-vous avec son neuroradiologue avant l'intervention.

Le choix de l'intervention se fait en fonction des risques de l'opération (qui ne sont pas nuls) et du risque de l'histoire naturelle de l'anévrisme.

Soigner le cerveau sans ouvrir le crâne

En passant par l’artère fémorale, il n’est plus nécessaire d’ouvrir la boîte crânienne.

En cas de céphalées violentes, le médecin effectue d'abord un examen approfondi afin de rechercher si la rupture d'anévrisme a causé une hémorragie.

Ensuite, il effectue un scanner ou surtout une Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) qui permet de détecter, dans 95 % des cas, la présence de sang dans le crâne, et une fois sur deux, de localiser la rupture d'anévrisme.

Une artériographie est souvent effectuée également : on visualise les artères du cerveau grâce à l'injection d'un produit de contraste.

Enfin, il faut traiter. Aujourd'hui, on n'ouvre plus le crâne : on passe par les artères de la cuisse, on remonte jusqu'à celles du cerveau et on réalise une embolisation de l'anévrisme, c'est-à-dire que l'on bouche l'anévrisme. Pour cela, on utilise généralement de petites spirales qu'on déploie à l'intérieur. Mais depuis décembre 2010, les médecins testent également un dispositif avec une petite boule.

Ce geste permet normalement de guérir puisque le risque d'une nouvelle rupture est quasi nul. Mais les patients sont néanmoins suivis régulièrement. Bien sûr, lorsqu'il leur reste des séquelles, différents types de rééducation permettent de les réduire.

Quand s'inquiéter ?

Abel a été victime d’une rupture d’anévrisme.

Il n'est pas possible de prévenir une rupture d'anévrisme cérébral car on ne peut pas faire un scanner à tout le monde pour savoir s'il y a présence ou non d'une malformation. D'autant que cela ne prouve en rien qu'elle se rompra un jour.

On peut cependant recommander de réduire certains facteurs de risque, comme le tabac ou l'hypertension. Puis, en cas de très fort mal de tête, une consultation s'impose pour prendre en charge à temps un anévrisme et éventuellement opérer.

Les signes qui relèvent de l'urgence

En France, 5 000 personnes par an font un anévrisme cérébral. Cette anomalie peut avoir des conséquences extrêmement graves en cas de rupture. Lorsqu'ils se manifestent, les symptômes ne doivent pas être négligés. Pas plus que les précautions à prendre pour ne pas favoriser ces anévrismes. Les explications avec le Dr Michel Piotin, neuroradiologue à la Fondation Rothschild, à Paris.

  • Existe-t-il des signes qui ne trompent pas pour détecter un anévrisme cérébral ?

Dr Michel Piotin, neuroradiologue : "Tout dépend de l'état de cet anévrisme. S'il est non rompu, l'anévrisme peut très bien ne pas se manifester. Il est alors généralement découvert de façon fortuite, au gré d'une IRM ou d'un scanner pratiqué pour d'autres raisons. Une fois découvert, cet anévrisme doit être traité. Le patient doit consulter au plus vite un neurologue afin de déterminer la prise en charge adaptée."

  • En quoi cela diffère-t-il d'une situation de rupture de l'anévrisme ?

Dr Michel Piotin : "En cas de rupture, si la personne est encore vivante et n'est pas tombée dans le coma, les signes peuvent être très brutaux et rapides. Des maux de tête extrêmement violents comme on n'en a jamais vécu auparavant, peuvent s'accompagner de vomissements, et d'une nuque très raide."

  • Est-il indispensable d'appeler le Samu ?

Dr Michel Piotin : "Bien entendu, car il faut alors établir un diagnostic au plus vite. Attention néanmoins à ce que les symptômes que vous décrivez ne soient minimisés par votre interlocuteur. Car maux de tête et vomissements peuvent rapidement évoquer une indigestion, ou une gastro-entérite. Il faut être à l'écoute du patient et lui prescrire un scanner cérébral. Cet examen très simple permet de détecter l'hémorragie et de décider de la marche à suivre."

  • Quels facteurs peuvent favoriser ce type d'accident cérébral ?

Dr Michel Piotin : "Il faut savoir que les femmes sont une fois et demi plus touchées que les hommes. Les fumeurs, les personnes qui souffrent d'hypertension artérielle, ainsi que celles qui ont du cholestérol sont plus exposées que les autres au développement et à la rupture des anévrismes."

  • Quels conseils peut-on donner pour limiter autant que faire se peut les risques ?

Dr Michel Piotin : "Evidemment ne pas fumer, et de manière générale, respecter ses artères en surveillant son alimentation. Nous recommandons aussi un dépistage d'anévrisme cérébral lorsqu'il y a déjà eu deux cas d'hémorragie méningée dans la même famille. Car il existe un facteur génétique."

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr

Questions/réponses :

Dossiers :

Animation 3D :

Blog :

Ailleurs sur le web

  • France AVC
    Association d'aide aux victimes d'accidents cérébraux.

Sponsorisé par Ligatus