1. / Maladies
  2. / Cancer
  3. / Cancer de l'endomètre

Après la ménopause, le cancer du corps de l'utérus

Environ 5.000 nouveaux cas de cancers de l'endomètre sont diagnostiqués chaque année en France, la plupart chez les femmes ménopausées. Difficile à dépister, il est traité uniquement par intervention chirurgicale. Quels sont les symptômes ? Réponse dans ce dossier.

Rédigé le , mis à jour le

Après la ménopause, le cancer du corps de l'utérus
Après la ménopause, le cancer du corps de l'utérus
Sommaire

Le corps de l'utérus

Les explications anatomiques de Marina Carrère d'Encausse et Michel Cymes

Un saignement vaginal anormal, des crampes, des douleurs dans le bas ventre... Tels peuvent être les symptômes du cancer de l'endomètre. Mais il n'existe pas de symptômes spécifiques à ce cancer.

Le cancer de l'endomètre ou cancer du corps de l'utérus, à ne pas confondre avec le cancer du col de l'utérus, est le cinquième cancer le plus fréquent chez la femme en France avec plus de 5.000 nouveaux cas chaque année. Il survient généralement vers 60-65 ans, après la ménopause.

L'appareil génital féminin est formé d'un vagin et d'un utérus qui se poursuit de chaque côté par deux trompes, menant chacune à un ovaire. L'utérus est principalement constitué de muscles. L'intérieur de cette cavité est tapissé par l'endomètre, un tissu riche en glandes.

À chaque cycle menstruel, l'endomètre réagit aux hormones ovariennes. L'oestrogène lui permet de se développer au cours de la première moitié du cycle. La progestérone, elle, soutient l'implantation de l'oeuf en cas de fécondation. Si aucune grossesse ne survient, la couche superficielle de l'endomètre se désagrège. Elle est éliminée avec le saignement des règles.

Un cancer du corps de l'utérus se développe lorsqu'une des cellules de l'endomètre devient anormale. Elle se transforme puis se multiplie de façon anarchique jusqu'à former un amas de cellules, c'est la tumeur. Le plus souvent, ces cancers touchent la première couche de l'endomètre, ce que l'on appelle l'épithélium. Ils sont alors appelés des carcinomes. Plus rarement, le cancer prend naissance dans les couches musculaires de l'utérus, il s'agit d'un sarcome utérin.

Les causes du cancer de l'endomètre

Anne Marie a eu un cancer de l'endomètre à 43 ans

Contrairement à celui du col de l'utérus, favorisé par un virus, on ne connaît pas vraiment les causes du cancer du corps de l'utérus.

On sait seulement que le cancer de l'endomètre survient le plus souvent après la ménopause, chez les femmes qui n'ont pas eu d'enfant ou chez celles qui ont eu très peu de rapports sexuels. L'obésité, l'hypertension artérielle, le diabète sucré font aussi partie des facteurs de risques.

Contrairement au cancer du col de l'utérus, il n'y a pas de moyen de dépistage. Ce cancer est tardivement diagnostiqué car les signes sont souvent confondus avec d'autres pathologies aux symptômes apparemment anodins, comme des pertes sanguines anormales, des douleurs pelviennes qui surviennent notamment lors des rapports sexuels ou encore de la miction.

Quand des saignements surviennent chez une femme ménopausée, le rapprochement est en revanche plus rapidement établi.

Pour diagnostiquer le cancer, il est nécessaire de réaliser un curetage ou une biopsie, c'est-à-dire que l'on va prélever un échantillon du tissu de l'utérus et l'examiner au microscope pour voir s'il y a des cellules cancéreuses.

Anne Marie n'était pas ménopausée lorsqu'elle a déclaré un cancer de l'utérus. Stressée et fatiguée, c'est à l'apparition de saignements anormaux qu'on lui a diagnostiqué un cancer.

Cancer de l'endomètre : quelle prise en charge ?

La prise en charge du cancer du corps de l'utérus.

Le cancer du corps de l'utérus est un cancer peu connu qui touche les femmes en général après 60 ans. Comment s'effectue la prise en charge ? Quels sont les traitements ? 

Une seule solution : l'opération

L'hysterectomie se déroule sous coelioscopie.

Quand le cancer de l'endomètre est diagnostiqué, il faut enlever tout l'utérus ainsi que les ganglions.

L'opération peut se dérouler sous coelioscopie. Le chirurgien n'a besoin que de trois petits trous dans l'abdomen pour opérer, à la différence des techniques classiques nécessitant une ouverture plus large. La récupération des patients est également plus rapide.

Malgré ces avantages, seules 20% des hystérectomies sont réalisées avec cette technique.

L'ablation de l'utérus (hystérectomie) n'est pas toujours suffisante. Si le cancer s'est propagé en dehors de l'utérus, une radiothérapie et une chimiothérapie s'avèrent nécessaires. C'est un cancer qui évolue lentement, donc plus il est diagnostiqué tôt, plus il y a de chances de guérison totale.

En savoir plus sur le cancer de l'endomètre

Sur Allodocteurs.fr

Questions/réponses :

Ailleurs sur le web

Sponsorisé par Ligatus