1. / J'ai mal…
  2. / Aux articulations
  3. / Rhumatismes

Rhumatismes : les enfants aussi

Pour bon nombre d'entre nous, les rhumatismes sont le lot des personnes âgées. Pourtant les enfants sont aussi concernés. En France, on estime que 5.000 enfants sont touchés par ce qu'on appelle l'arthrite juvénile idiopathique. Comment se manifestent ces rhumatismes ?

Rédigé le , mis à jour le

Rhumatismes : les enfants aussi
Rhumatismes : les enfants aussi
Sommaire

Qu'est-ce que l'arthrite juvénile idiopathique ?

Marina Carrère d'Encausse et Benoît Thevenet expliquent l'arthrite juvénile idiopathique.

Il n'y a pas d'âge pour souffrir d'arthrite. L'arthrite juvénile est une maladie rare qui touche près de 5.000 enfants en France. Les symptômes les plus courants sont des raideurs au réveil, des difficultés à faire certains gestes, des articulations rouges et enflées… Ces douleurs sont dues à une inflammation d'une articulation.

L'articulation du genou par exemple met en jeu le fémur et le tibia. Du cartilage recouvre les extrémités de chaque os. L'espace entre les deux os est délimité par une capsule dont la membrane interne sécrète le liquide synovial. Le liquide synovial a une double fonction : lubrifier l'articulation et nourrir le cartilage. En cas d'arthrite, un dérèglement du système immunitaire va provoquer l'inflammation de la membrane synoviale.

Les conséquences de l'arthrite. La membrane s'épaissit et produit plus de liquide que nécessaire. Il va donc s'accumuler et provoquer un gonflement de l'articulation. Si on ne fait rien, cela peut endommager le cartilage puis l'os. Si l'enfant n'est pas traité, son articulation peut en effet se déformer.

L'arthrite juvénile est dite idiopathique, car on ne connaît pas la cause du dérèglement immunitaire qui en est à l'origine. Les médicaments permettent de diminuer l'inflammation et de ralentir la progression de la maladie. Mais ils ne peuvent pas la guérir. Cette pathologie peut durer quelques mois ou évoluer par poussées pendant plusieurs années. L'arthrite perdure souvent à l'âge adulte.

Il existe plusieurs types d'arthrite juvénile, de la plus connue, la polyarthrite rhumatoïde, à une forme plus rare comme l'arthrite sèche. Elles se différencient par le nombre d'articulations touchées, les symptômes, l'âge et le sexe des enfants qu'elles touchent.

Des articulations douloureuses et déformées

L'inflammation des rhumatismes des enfants peut également atteindre les yeux.

Le diagnostic de l'arthrite chez l'enfant n'est pas simple, à cause d'un début insidieux.

Une raideur laisse peu à peu place à une articulation gonflée et immobilisée par l'inflammation. Le diagnostic est alors réalisé avec quelques mois de retard.

Heureusement, les enfants bénéficient des avancées des traitements des rhumatismes de l'adulte, ce qui leur permet de retrouver à long terme les fonctions normales des articulations.

Arthrite juvénile : les bienfaits de la kinésithérapie

Chloé, 6 ans, souffre d'une arthrite sèche.

On parle d'arthrite quand il y a une inflammation au niveau d'une articulation et d'arthrite juvénile quand la maladie débute avant l'âge de 16 ans.

Pour lutter contre les raideurs, les enfants atteints d'arthrite juvénile sont suivis par des kinésithérapeutes et doivent régulièrement réaliser un bilan articulaire. Un bilan articulaire qui permet notamment de vérifier si le traitement médical et la rééducation sont efficaces sur l'articulation.

Grâce au traitement, les articulations des patients sont plus souples. Mais à cause des douleurs, les patients peuvent prendre de mauvaises habitudes. Les kinés leur montrent donc des exercices simples à réaliser à la maison.

"L'importance de la rééducation et de l'éducation thérapeutique, c'est de permettre aux enfants de progresser et de récupérer une marche la plus physiologique possible, monter les escaliers…", explique Laurence Dehec, kinésithérapeute. Les séances de kinésithérapie permettent aussi d'éviter les déformations articulaires. Elles sont donc capitales pour la croissance des patients.

Arthrite juvénile : la révolution des biothérapies

Clémence, 13 ans, est atteinte de polyarthrite rhumatoïde.

Depuis dix ans, la recherche a fait des progrès dans la prise en charge de l'arthrite juvénile. Il s'agit des biothérapies. Ces traitements, sous forme d'injection, sont sensiblement les mêmes que ceux utilisés par les adultes mais à des doses moindres.

Le principe des biothérapies est de cibler les agents responsables de l'inflammation. L'injection contient en effet des anticorps capables d'inhiber la molécule responsable de l'inflammation des articulations. Et si la biothérapie ne guérit pas la maladie, elle permet aux jeunes patients de contrôler les poussées.

"Ce sont des traitements qui soignent l'inflammation, qui la diminuent au point de la faire disparaître. Et lorsqu'on arrive à faire disparaître l'inflammation, les patients sont dits en rémission complète", explique le Dr Séverine Guillaume, rhumato-pédiatre. Autre limite des biothérapies : les effets secondaires. Les patients sous biothérapies sont plus sensibles aux infections.

Globalement, le bilan du traitement est positif pour les patients. Les biothérapies améliorent le quotidien des malades, mais ce sont des traitements récents dont on ne connaît pas encore les effets secondaires à long terme, notamment la survenue potentielle de cancers. Les patients qui en bénéficient font donc l'objet d'une surveillance étroite.

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus