Buvez-vous assez ? La couleur de vos urines peut vous renseigner…

Maintenir un état d'hydratation satisfaisant dans l'organisme est fondamental. La déshydratation peut rapidement apparaître. Pour savoir si l'on est bien hydraté, observer la couleur de ses urines peut être très instructif.

Rédigé le , mis à jour le

Buvez-vous assez ? La couleur de vos urines peut vous renseigner…
Buvez-vous assez ? La couleur de vos urines peut vous renseigner…

Bouche sèche et besoin impérieux de boire… Quand la sensation de soif est là, c'est déjà trop tard. Il s'agit d'un signe d'alerte, de stress de l'organisme qui a déjà commencé à se déshydrater.

L'eau est un élément, comme l'oxygène, absolument indispensable à la vie. Une déshydratation peut très rapidement devenir sévère et avoir des conséquences dramatiques.

On parle de déshydratation à partir d'une perte en eau qui correspond à 2 % du poids corporel.

Les premiers signes cliniques sont une soif intense et une coloration foncée des urines. Puis apparaissent :

- une perte de la souplesse de la peau, caractérisée par le signe du pli cutané : lorsque la peau est pincée, puis relâchée, elle ne revient pas tout de suite à sa position initiale

- des cernes sous les yeux

- une baisse de la tension artérielle

- une tachycardie

- des crampes musculaires

- des maux de tête qui peuvent conduire à une grande confusion mentale et à des troubles du comportement

Les cas extrêmes de déshydratation constituent un risque majeur de défaillance cardiaque, pulmonaire, ou rénale et peuvent conduire à la mort.

Pourquoi veiller à maintenir un bon état d'hydratation quotidien, hormis pour s'éviter cette sensation désagréable ? Pour aider la digestion, éliminer les toxines, lubrifier les articulations, et garder une mémoire alerte. Mais aussi pour garder une peau souple et de beaux cheveux (inutile de s'évertuer à utiliser des cosmétiques "hydratants" si l'on ne boit pas assez).

Des besoins en eau ajustables

Les recommandations de base en matière d'apports hydriques sont claires : il est conseillé de boire environ 1,5 L de liquide par jour, soit l'équivalent de huit grands verres d'eau, par petites gorgées tout au long de la journée. L'apport d'eau par la boisson (eau pure ou non) représente 80 % des besoins. L'eau des aliments fait le reste, à hauteur de 20 %. Pour cette raison, lorsque l'on mange moins, il est impératif de boire davantage.

Mais lorsqu'il y a une augmentation des pertes en eau, un apport hydrique supplémentaire est nécessaire. Des températures élevées, un état fiévreux ou un climat humide, par exemple, entraînent une transpiration plus importante. Les diarrhées et les vomissements sont aussi un facteur de risque de déshydratation. Dans ces cas-là, il faut boire plus. Les femmes enceintes ou allaitantes, et les sportifs doivent aussi augmenter leur consommation. Une attention doit aussi être portée aux personnes âgées qui sentent moins la sensation de soif et sont plus sensibles à la déshydratation.

La couleur des urines, indicatrice de l'état d'hydratation

Pour évaluer son état d'hydratation, et dès lors que toute cause pathologique est écartée, il peut être utile de surveiller la couleur de ses urines. Un professeur d'université du Connecticut a même créé une échelle colorimétrique des urines pour aider à cette évaluation. Une version digitale de cette échelle est d'ailleurs consultable sur le site de l'US Navy (PDF). Du stade 1 à 3, tout va bien. Au-delà, la déshydratation est là.

Attention cependant de ne pas prendre ces données "au pied de la lettre". L'échelle n'a pas été conçue pour un usage clinique, mais seulement à titre indicateur. Et n'oublions pas également que des facteurs exogènes peuvent modifier temporairement la coloration des urines. C'est le cas de la prise de certains médicaments, ou de la consommation d'aliments très colorés comme les betteraves ou les mûres. Quant aux vitamines et autres compléments alimentaires, ils peuvent rendre l'urine jaune vif.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :