Aliments pour bébés : l'Union Européenne renforce les règles

Le Parlement européen a approuvé le 12 juin 2013 un réglement visant à simplifier et clarifier les règles relatives à la composition et à l'étiquetage des aliments destinés aux bébés ou aux personnes souffrant de certaines pathologies. Le taux maximum de pesticides pouvant être contenu dans les petits pots de fruits ou légumes pour nourrissons, de même que dans les préparations à base de céréales, sera ainsi revu à la baisse. La nouvelle législation, qui doit entrer en vigueur d'ici deux ans, limite par ailleurs la liste des substances (comme les vitamines et minéraux) pouvant être ajoutées aux aliments.

Rédigé le

Aliments pour bébés : l'Union Européenne renforce les règles
Aliments pour bébés : l'Union Européenne renforce les règles

"Nous nous félicitons de l'introduction du principe de précaution dans ce texte et rappelons que les enfants, qui ont un métabolisme beaucoup plus fragile que le nôtre, doivent être préservés de toutes ces substances toxiques présentes dans l'alimentation", a souligné l'eurodéputée écologiste Michèle Rivasi à l'issue du vote du Parlement.

Le texte s'applique aussi aux aliments destinés à certains "groupes de population vulnérables", notamment les personnes hospitalisées, souffrant d'une longue maladie ou suivies médicalement pour leur obésité. A l'inverse, les produits n'entrant pas dans cette catégorie ne pourront plus se prévaloir de leur impact sur la santé. Cela concerne notamment les substituts de repas, les boissons pour sportifs et autres barres énergétiques.

Il s'agit d'éviter "les abus notoires en matière d'étiquetage de ces aliments, qui usent et abusent parfois de l'argument santé sans être réellement, pour autant, des aliments spécifiques" a expliqué Frédérique Ries, le rapporteur du texte au Parlement. Sur les bouteilles de "laits de suite" pour enfants de 6 à 12 mois, ne pourront plus figurer de photos de bébés qui "idéalisent" l'usage de ce produit, et ce afin de ne pas décourager l'allaitement maternel.

Enfin, le texte abolit le concept d'aliments diététiques, "un concept considéré aujourd'hui comme dépassé" selon les mots du commissaire européen chargé de la Santé, Tonio Borg.

En savoir plus

Sur Allodocteurs.fr :

Ailleurs sur le web :

Sponsorisé par Ligatus