1. / Sexo
  2. / Pratiques et libido

L'échangisme, l'amour à plusieurs

Suite de la série sur les "mots du sexe en -isme"… Après l'exhibitionnisme et l'exhibition sexuelle, parlons de l'échangisme, qui embrase les fantasmes mais reste restreint en pratique.

Rédigé le

L'échangisme, l'amour à plusieurs
L'échangisme, l'amour à plusieurs

Dans le libertinage, l'échangisme séduit, fait fantasmer, excite et donne à certains du plaisir… Il se définit par des rapports sexuels de couple, avec au moins une autre personne. Il peut donc s'agir d'une pratique sexuelle avec un autre couple, de triolisme (avec une tierce personne), ou d'orgie.

Une étude sur les sexualités en collectivité a été réalisée par l'IFOP en 2010, sur 1.020 personnes. Baptisée "Les Français et l'échangisme", elle révèle que si l'échangisme est un fantasme relativement courant, il est rarement assouvi. C'est le triolisme qui attise le plus les flammes du fantasme : 64% des hommes rêvent de faire l'amour avec deux femmes tandis que les femmes ne sont que 31% à imaginer le faire avec deux hommes, lorsqu'il ne s'agit pas d'un partenaire sexuel avec lequel ils sont en couple. En couple, les chiffres tombent à 51% et 23%, respectivement. Les couples qui pratiquent l'échangisme le font ponctuellement et il se révèlerait bénéfique à la vie de couple.

La réalité, parfois très différente du fantasme

Du fantasme à la réalité, il y a parfois un gouffre et celui-ci est bien réel dans le domaine de l'échangisme. Une enquête de Michel Bozon et Nathalie Bazos, "La sexualité en France : pratiques, genres et santé", avait été publiée. 3,6% des hommes et 1,7% des femmes avaient déjà fréquenté un lieu échangiste. Il s'agissait davantage de personnes entre 25 et 49 ans. Les auteurs avaient constaté que les hommes consommaient davantage que les femmes : trois hommes sur cinq fréquentant un lieu échangiste y avaient eu un rapport sexuel pour une femme sur trois. Les auteurs rappellent que l'échangisme n'est pas en augmentation, comparé aux chiffres de leur étude en date de 1992 (4% et 1%) et qu'il est aussi une affaire d'hommes seuls… 

Michel Bozon et Nathalie Bazos avaient constaté que l'échangisme avait un impact positif sur le couple, tant au niveau du désir que de l'excitation sexuelle et un peu plus chez les hommes (80%) que chez les femmes (65%). À nuancer tout de même par le fait que l'échangisme est une pratique d'autant plus fréquente que le couple est instable.

Zoom sur l'échangisme

Rares sont les travaux conséquents sur l'échangisme. Un Français, Daniel Welzer-Lang, a consacré quatre ans à des recherches ethnographiques sur ce qu'il qualifie de "planète échangiste". En 2001, il publie le fruit de son travail, qui est détaillé sur le site du Cairn sous le nom de "L’échangisme : une multisexualité commerciale à forte domination masculine". Selon lui, trois quarts des échangistes seraient des hommes, chiffre vraisemblablement soumis à une évolution aujourd'hui. Ce seraient souvent eux qui pousseraient leurs femmes à franchir la porte des lieux échangistes… Lorsqu'il est pratiqué en couple, c'est souvent après moult négociations, parfois houleuses ou dans les larmes. Mais si certaines l'acceptent par peur de perdre leur homme, d'autres le font par curiosité ou plaisir, dans une quête érotique, ou encore à la suite d'une vie sexuelle décevante avec leur partenaire habituel. 

La plupart des "novices" commenceraient par du voyeurisme, ils ne "feraient rien" et se contenteraient initialement d'observer ce qui se passe dans les lieux échangistes. Ceux-ci sont composés de lieux clos (clubs, restaurants, saunas,…) et d'espaces ouverts, comme le célèbre Cap d'Agde, avant que la réglementation ne sévisse. De plus, Daniel Welzer-Lang différencie les lieux non commerciaux des lieux commerciaux, qui monnaient les rapports à plusieurs (ce qui est notamment le cas dans les pays en proie au tourisme sexuel).

Une pratique à risque ?

La pratique de l'échangisme est rarement neutre. Si l'un des deux partenaires l'a fait pour faire plaisir à l'autre et non par envie, il peut être "choqué" par ce qu'il voit et en vouloir à l'initiateur. Voir son amant ou son amante se livrer aux caresses et au corps d'un autre ne se révèle pas toujours excitant ; au contraire, c'est chez certain(e)s paralysant pour les rapports suivants... Se développe parfois un sentiment de jalousie, ou un complexe d'infériorité, si le partenaire prend plus de plaisir avec un étranger. Enfin, c'est de temps en temps la porte ouverte à une escalade, qui ne fait pas forcément envie à l'autre partenaire.

De fait, si l'échangisme rapproche certains couples, il en pousse d'autres à la rupture. Il semble impératif de bien aborder la question avant, en respectant chaque point de vue et en expliquant ses envies et ses craintes...

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus