1. / Sexo
  2. / Contraception
  3. / Pilule

La ''pilule du surlendemain'' désormais disponible sans ordonnance

Les pilules progestatives à base d'acétate d'ulipristal (ellaOne®), efficaces sur une durée plus importante que celles à base de lévonorgestrel (Norlevo® et génériques) est désormais commercialisée sans ordonnance. L'occasion de rappeler les précautions d'usage de ces contraceptifs d'urgence.

Rédigé le , mis à jour le

La ''pilule du surlendemain'' désormais disponible sans ordonnance
La Commission européenne a autorisé au début de l'année 2015 la vente sans ordonnance de l'acétate d'ulipristal en pharmacie.

"Pilule du lendemain" ou du "surlendemain" sont utilisables après un rapport non ou mal protégé pour éviter une grossesse. Contraception de rattrapage, elle doit être prise le plus tôt possible, dans les trois jours suivant le rapport pour le lévonorgestrel et dans les cinq jours pour l'acétate d'ulipristal ("pilule du surlendemain").

Attention, comme le rappelait en avril 2013 a Haute Autorité de Santé (HAS), ces pilules sont des moyens de contraception d'urgence et ne doivent en aucun cas servir de moyen contraceptif régulier, du fait de leur efficacité moindre.

Une controverse existe sur l'efficacité des pilules du lendemain et du surlendemain chez les femmes de plus de 80 kilos. L'Agence européenne du médicament (EMA) a toutefois récemment estimé que les données disponibles étaient trop limitées pour conclure avec certitude à cette perte d'efficacité.

La pilule du lendemain doit être prise par la femme ne souhaitant pas procréer "chaque fois que l'on a eu un rapport sexuel sans aucune contraception (préservatifs, pilule etc.), ou [lorsque] l'on a des doutes quant à l'efficacité de cette contraception (rupture d'un préservatif, oubli de pilule)", soulignait le docteur Marie-Laure Brival, gynécologue-obstétricien, dans un échange avec nos journalistes.

"Lendemain", "surlendemain", quel mode d'action ?

"Du lendemain" ou "du surlendemain", les deux contraceptions orales d'urgence fonctionnent de façon analogue, en perturbant l'ovulation. Si celle-ci a eu lieu, le contraceptif peut altérer la qualité de l'œuf, et créer des conditions défavorables à son implantation.

Ces pilules n'ont toutefois "aucune action sur un œuf implanté", précisait le docteur Brival. De fait, leur prise est possible quel que soit le moment du cycle.

Agir vite après un rapport non protégé !

Le comprimé doit être pris le plus rapidement possible : en effet, l'efficacité est d'autant plus élevée que la prise de la pilule est précoce. Le lévonorgestrel est efficace à 85% dans les 24 heures qui suivent le rapport sexuel non protégé. Cette efficacité décroit rapidement (50% à partir du 3ème jour, inefficace au-delà de 72 heures). L'acétate d’ulipristal est plus efficace que le lévonorgestrel ; surtout, son efficacité se prolonge dans le temps, jusqu’à cinq jours.

Il est très important de veiller au retour de règles normales après la prise d'une contraception d'urgence. Dans le doute, il ne faut pas hésiter à faire un test de grossesse ou à consulter.

Le laboratoire qui commercialise ellaOne® accompagne sa mise à disposition sans ordonnance d’une baisse de son prix (19,70 euros le comprimé contre 23,59 euros auparavant). Elle reste gratuite pour les mineurs (dans les centres de planification ou dans les services d'urgence des hôpitaux), et prise en charge à 65% par la Sécurité sociale si elle est prescrite par un médecin. Les pilules au lévonorgestrel, répondent aux mêmes règles, sont vendues autour de 7 euros.  

Les effets secondaires éventuels des deux contraceptifs sont similaires (céphalées, vomissements, nausées, vertiges).

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Sponsorisé par Ligatus