1. / Sexo

Comment faire l'amour avec une prothèse de hanche ?

Parmi les questions que vous n'avez peut-être jamais osé poser : quelle sexualité après la pose d'une prothèse de hanche ? La réponse, sans tabou, de notre journaliste Mélanie Morin. 

Rédigé le , mis à jour le

Comment faire l'amour avec une prothèse de hanche ?

Lorsqu'on fait une recherche sur Internet avec les termes "Faire l'amour avec une pr…", le résultat "Prothèse de hanche" arrive en premier. La prothèse de hanche et les relations sexuelles génèrent 55.000 résultats. En France, près de 150.000 interventions ont lieu par an et l'interrogation sur la sexualité est légitime. De plus, les chirurgiens constatent un réel rajeunissement de la patientèle. Il n'est en effet pas rare de se faire poser une prothèse à la cinquantaine, voire plus tôt car les patients très dynamiques n'ont pas envie d'être freinés dans leurs nombreuses activités. Et il s'agit d'une population sexuellement active.

À lire aussi : Prothèse de hanche : opérer et rééduquer

Les positions déconseillées, interdites et recommandées

La peau et les tissus mettent environ six semaines à cicatriser. Et il faut compter trois mois pour que la prothèse de hanche soit bien apprivoisée, pour que le risque de déboîtement soit écarté. Refaire des galipettes est possible dès qu'on le sent mais il faut éviter les acrobaties les trois premiers mois car les muscles sont encore un peu faibles.

Tout dépend aussi si vous êtes un homme ou une femme. Des chercheurs suisses ont mené en 2013 une étude avec deux volontaires homme et femme, non dotés de prothèses, qui ont simulé douze positions sexuelles. En rose sur la photo ci-dessous, le sujet féminin et en bleu le sujet masculin. Leurs mouvements ont été capturés et le positionnement de leurs articulations a été clairement visualisé grâce à l'IRM. L'équipe a ensuite reconstitué des modèles de prothèses de hanche en 3D.

Le but était d'étudier le risque de conflit entre l'os, la fragilité supposée des articulations et les composants de la prothèse de hanche. Les croix rouges sur la photo ci-dessus signifient que les positions peuvent créer des conflits. Le vert signifie que tout va bien.

Mieux vaut être un homme...

Pour les hommes, la seule position (position 8 voir image ci-dessous) problématique lors du test était celle où les deux partenaires ont chacun une jambe fléchie. Cette position peut induire des collisions dans les structures osseuses.

Chez les femmes, quatre positions sont déconseillées selon le test (voir positions ci-dessous). Dès qu'il y a une flexion de la hanche supérieure à 90 degrés, quand les cuisses se rapprochent de la poitrine ou quand la personne est accroupie ou à quatre pattes mais aussi une abduction, c'est-à-dire un écartement des cuisses par rapport à l'axe du corps, ces positions peuvent exposer les patients à des instabilités articulaires. 

Attention, un chirurgien spécialisé précise que tout dépend de la manière dont a été posée la prothèse : en passant par la voie antérieure (par l'avant de la cuisse) ou par la voie postérieure (par l'arrière de la cuisse). Si le chirurgien est passé par l'avant de la cuisse, il faut éviter l'hyperextension et la rotation de la jambe opérée vers l'extérieur car en cas de déboîtement, la prothèse sortirait par l'avant. Au contraire, si le chirurgien a opéré en passant par l'arrière de la cuisse, il faut éviter la rotation de la jambe vers l'intérieur et la flexion car en cas de déboîtement, la prothèse sortirait par l'arrière. 

Entre l'avant et l'après prothèse, il n'y a pas photo…

En matière de sexualité, mais aussi de bien-être général, l'objectif de la prothèse de hanche est d'atténuer les douleurs et de permettre au patient de retrouver des mouvements plus fluides. En 2008, dans la revue du rhumatisme, un article intitulé "Sexualité avant et après mise en place d'une prothèse totale de hanche", 135 patients hommes et femmes de moins de 65 ans ont répondu à un questionnaire plus de six mois après leur opération. Il en ressort une amélioration de la sexualité, surtout chez les femmes qui auparavant étaient très limitées dans leurs mouvements.

Seuls 17% des patients interrogés à l'époque disaient avoir bénéficié d'informations sur l'activité sexuelle après la prothèse de hanche. Aujourd'hui, les choses ont changé et les patients sont mieux informés. Le groupe hospitalier les Diaconesses la Croix Saint-Simon à Paris prévoit par exemple de lancer une étude prospective portant sur la sexualité et la prothèse de hanche avec plusieurs centaines de patients dans les prochains mois.

N'hésitez pas à envoyer vos questions gênantes par mail : melanie@allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Service proposé par

 logo MesDocteurs

Sponsorisé par Ligatus

Voir aussi sur Allodocteurs.fr

Besoin d'un conseil médical ?

Nos médecins partenaires répondent à vos questions immédiatement 24h/24