1. / Se soigner
  2. / Vaccins

Covid : Véran envisage de rendre les vaccins à ARN messager "interchangeables"

Les vaccins à ARN messager Pfizer et Moderna pourraient être interchangeables entre la première et la deuxième dose, ce qui simplifierait la vaccination. A condition que la science valide cette technique.

Rédigé le

Covid : Véran envisage de rendre les vaccins à ARN messager
Image d'illustration. Crédits Photo : © Shutterstock / Marx Bruxelle

Une première dose avec Pfizer, une deuxième avec Moderna… ou l’inverse. Le 9 avril, le ministre de la Santé Olivier Véran a évoqué la possibilité de rendre "interchangeables" ces deux vaccins à ARN messager. L’objectif : "simplifier" la campagne de vaccination contre la Covid-19.

A lire aussi : Vaccins Moderna et Pfizer-BioNTech : qu'est-ce qui les différencie ?

Une 2e dose différente pour AstraZeneca

Plus tôt dans la journée, la Haute autorité de santé (HAS) avait confirmé que les moins de 55 ans vaccinés contre le covid-19 avec une première dose d'AstraZeneca auront leur deuxième avec Pfizer ou Moderna.

Souhaitant visiblement aller plus loin, Olivier Véran a indiqué avoir "saisi les scientifiques" de la question de l'interchangeabilité des vaccins à ARN messager, Pfizer et Moderna.

Efficacité et risques à l’étude

"On va voir, les scientifiques commencent à nous dire qu'ils sont interchangeables", a-t-il déclaré en échangeant avec des professionnels de santé lors d'une visite dans un grand centre de vaccination ouvert le 9 avril à Grenoble.

"Ils sont en train de nous dire que si l'on fait l'un ou l'autre en première ou deuxième injection, c'est la même mécanique", a poursuivi le ministre, arguant que cela "simplifierait" l'organisation de la vaccination.

"J'attends une réponse prochaine des autorités sanitaires" pour valider cela, "si ça ne présente pas de risques et que c'est l'efficacité qui est au rendez-vous".

L’OMS ne recommande pas l’interchangeabilité

Car pour l’heure, très peu d’informations sont disponibles sur le sujet. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déjà indiqué qu’elle ne disposait pas de "données adéquates" sur l'interchangeabilité des vaccins et que ses experts ne la recommandaient donc pas "à ce stade".

En mars dernier, une publication du JAMA posait déjà la question de l’interchangeabilité des vaccins. Elle reconnaissait qu’aucune donnée ne permettait pour l’heure "de savoir si un tel mélange serait efficace" mais que plusieurs études étaient en cours pour examiner l’efficacité des combinaisons.

Et pour les auteurs de cette publication, ces mélanges pourraient en théorie "renforcer la protection contre le covid".

Voir aussi sur Allodocteurs.fr