Les moins de 55 ans qui ont reçu une dose d’AstraZeneca auront une deuxième dose Pfizer ou Moderna

Les personnes de moins de 55 ans qui ont reçu une première dose d’AstraZeneca recevront une deuxième dose d’un autre vaccin, Pfizer ou Moderna, annonce la Haute Autorité de Santé.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le
Image d'illustration.
Image d'illustration.  —  Crédits Photo : © Shutterstock / UDOM PINYO

Ils sont plus de 533.000. Les moins de 55 ans qui ont reçu une première dose du vaccin AstraZeneca entre le 6 février et le 13 mars. Mais depuis le 19 mars, le vaccin est réservé aux plus de 55 ans. Que se passe-t-il alors pour leur deuxième dose, nécessaire pour que le vaccin soit efficace ?

Ils recevront une dose d’un autre vaccin, Pfizer ou Moderna, a déclaré ce 9 avril le ministre de la Santé le ministre de la Santé, Olivier Véran, sur RTL. Une annonce aussitôt confirmée par la Haute Autorité de Santé (HAS).

Balance bénéfice/risque moins favorable

La restriction aux plus de 55 ans a été décidée en réponse aux rares cas de thromboses survenus chez des personnes vaccinées avec ce vaccin. Les plus jeunes sont donc réorientés vers les autres vaccins disponibles car la balance bénéfice/risque est moins favorable pour eux.

En effet, le risque est plus fort – les cas de thromboses ont concernés des moins de 55 ans – et le bénéfice du vaccin moins élevé, car les plus jeunes sont moins à risque de forme grave du covid.

12 semaines entre les deux doses

"Il est tout à fait cohérent de dire « On ne recommande pas le vaccin AstraZeneca aux moins de 55 ans en attendant d'en savoir plus (...) et donc si vous avez reçu une première injection et que vous avez moins de 55 ans, on va vous proposer un autre vaccin à 12 semaines après la première injection, vous recevrez une injection d'un vaccin ARN messager", a développé le ministre.

12 semaines, c’est en effet le délai prévu entre les deux doses d’AstraZeneca. Il reste inchangé, même si la deuxième injection est réalisée avec un autre vaccin.

Ces 600.000 personnes auront donc reçu une première dose de vaccin dit "à vecteur viral" et recevront une deuxième d’un vaccin à ARN messager. Un mélange qui devrait permettre d’assurer une immunité au long cours contre le covid.