1. / Se soigner
  2. / Droits et démarches
  3. / Secret médical

Handball : des tests de grossesse réalisés à l’insu des joueuses ?

Selon l'Association des joueuses et joueurs professionnels de handball (AJPH), le médecin du club de handball de Nantes aurait prescrit aux joueuses professionnelles un test de grossesse sanguin sans les en informer.

Rédigé le

Handball : des tests de grossesse réalisés à l’insu des joueuses ?
© Fotolia

Des tests de grossesse pratiqués sans consentement ? L'Association des joueuses et joueurs professionnels de handball (AJPH) a diffusé dimanche 16 février une lettre ouverte de six joueuses du club de handball de Nantes. Celles-ci affirment qu'elles ignoraient avoir subi un test de grossesse sanguin au cours de l’été 2019, en début de saison.

Dosage de l’hormone béta-hCG

Tout commence le jeudi 13 février, quand l'AJPH dénonce des "pratiques inacceptables" et assure que des tests ont été réalisés "sans le consentement des joueuses".
Puis le 14 février, le président du club de Nantes, Arnaud Ponroy, explique que le Dr Thibault Berlivet, médecin de l'équipe spécialiste des questions de maternité dans le sport de haut niveau, avait prescrit ces tests l'été dernier. Ces tests s'inscrivaient dans le cadre du bilan de santé de début de saison de toutes les joueuses sous contrat.
Concrètement, le Dr Berlivet a ajouté à l’ordonnance d’examens sanguins habituels un dosage de l’hormone béta-hCG qui permet de mettre en évidence une grossesse. L’objectif : vérifier que les joueuses pouvaient supporter les efforts intenses de la préparation en début de saison.

Les jeunes femmes sont ensuite allées faire leur prise de sang dans un laboratoire d’analyse, mais sans forcément réaliser que ce test permettait de détecter une grossesse. "On n'a pas eu toutes le réflexe de regarder ce qu'il y avait sur nos ordonnances", a ainsi déclaré la capitaine Léa Lignières. Et même celles qui les ont lues plus attentivement n'ont pas reconnu le test de grossesse dans sa dénomination médicale.

"Nous n’avons pas été spécifiquement informées"

Aujourd’hui cette affaire divise les joueuses. Lors d’une conférence de presse tenue le 14 février, une douzaine de joueuses - sur un effectif de 14 professionnelles et huit jeunes en formation - affichaient leur confiance dans ce nouveau médecin. Mais dans leur lettre ouverte dimanche, six joueuses anonymes expliquent que toutes les joueuses présentes, et celles qui ont refusé d'assister à la conférence de presse, n'étaient pas d'accord. "Nous, signataires de cette lettre ouverte, n'avons pas été spécifiquement informées que les bilans biologiques que nous sommes allées faire, comprenaient un test de grossesse sanguin", écrivent-elles.

"Nous ne voulons attaquer personne en particulier. Nous ne souhaitons pas non plus que le médecin en qui nous avons confiance, perde son travail", ajoutent-elles, expliquant qu'elles auraient juste voulues être informées. "En dénonçant cette pratique, nous souhaitons qu'une prise de conscience s’effectue pour qu'aucune autre joueuse, pour qu'aucune autre femme n'ait à vivre ça de nouveau dans le cadre de son travail, qu'elle soit sportive ou non", ajoutent-elles.

L’obligation d’expliquer tout acte prescrit

Cette affaire repose donc sur la question de l’information délivrée par le médecin et sur la notion de consentement éclairé. "En plus du suivi médical et des examens biologiques demandés par le ministère pour tous les sportifs de haut niveau, certaines ligues imposent des bilans complémentaires comme des prises de sang ou des échographies", explique à Allodocteurs.fr un médecin qui souhaite conserver son anonymat. Ce que confirment la Fédération française de handball (FFHB) et la Ligue féminine de handball, qui ont rappelé le 14 février que les médecins étaient libres de prescrire les examens qu'ils jugeaient nécessaires.

"Mais à chaque fois qu’un médecin pratique ou prescrit un acte à un patient, il a l’obligation d’expliquer ce qu’il fait, pourquoi il le fait, et quels sont les risques" poursuit le praticien. Cependant, "en pratique, il est très rare que les médecins expliquent chaque ligne d’une ordonnance de prise de sang, surtout dans le domaine sportif où une grande confiance est généralement établie entre le médecin du sport et l’équipe" affirme ce spécialiste. "Pourtant, ne pas expliquer constitue une erreur."

La FFHB et la Ligue féminine de handball ont de fait annoncé préparer un rappel à tous les médecins de club sur "l'obligation légale de recueillir un accord exprès, formel et préalable des athlètes pour prescrire un dosage hormonal béta-hCG".

Irrespect du secret médical ?

La deuxième question qui se pose est celle du secret médical. "Comme tous les médecins, le médecin du sport est soumis au secret médical, y compris s’il est employé par un club. Les résultats ne doivent jamais être divulgués et si le médecin découvre qu’une joueuse est enceinte, il dira qu’elle ne peut pas jouer mais ne doit pas donner la raison" poursuit le médecin contacté par la rédaction. Selon le président du club Arnaud Ponroy, ce secret a bien été respecté et "ni l'encadrement ni les entraîneurs n'ont eu accès aux résultats".

"Quand une joueuse est enceinte, on l'apprend quand elle a envie de nous le dire. Comme dans toute entreprise. En plus, les joueuses sont sous contrat, elles n'ont pas de période d'essai", a insisté M. Ponroy, rappelant que le club pouvait alors recruter un joker médical.

Dans un communiqué, la FFHB et la Ligue féminine de handball ont réclamé que "toute la lumière soit faite" à Nantes. L'AJPH, qui a "adressé au club et au médecin un courrier et a informé les instances ainsi que les partenaires sociaux", a déclaré se réserver "le droit de donner toute suite utile à cette situation". Cette association rappelle enfin que ce "type de contrôle est totalement illégal et viole non seulement la vie privée des joueuses, mais porte également une grave atteinte à leur intimité".

Voir aussi sur Allodocteurs.fr