La HAS ne recommande qu’une seule dose de vaccin pour ceux qui ont déjà eu le covid

Les personnes qui ont déjà eu le covid ne devraient avoir qu’une seule dose de vaccin au lieu de deux, préconise la HAS. La maladie suffit à déclencher une mémoire immunitaire et la première dose agirait ensuite comme un rappel.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
La HAS ne recommande qu’une seule dose de vaccin pour ceux qui ont déjà eu le covid
© Shutterstock / Kunal Mahto

Une seule dose de vaccin au lieu de deux. La Haute Autorité de Santé (HAS) recommande ce 12 février de "ne proposer qu'une seule dose" de vaccin contre le covid-19 aux personnes "ayant déjà fait une infection" par le coronavirus. La France devient ainsi le premier pays à formuler une telle recommandation.

Un rôle de rappel

Mais d’où vient cette préconisation ? Les personnes guéries du covid-19 "ont déjà élaboré à l'occasion de l'infection une mémoire immunitaire. La dose unique de vaccin jouera ainsi un rôle de rappel", explique la HAS dans son avis.

D’un point de vue du calendrier, l’autorité recommande d'attendre "au-delà de trois mois" après la maladie, "et de préférence six mois", avant d'injecter cette dose unique.

A lire aussi : L’ANSM alerte sur des effets secondaires survenus après l'administration de certains vaccins

Économie de doses

Cette recommandation s’appuie principalement sur une étude mise en ligne sur le site de prépublication medRxiv le 1er février. Celle-ci affirme qu’une seule dose de vaccin provoque une réponse immunitaire très rapide chez les personnes déjà infectées par le passé.

Outre les bénéfices sanitaires, ne réaliser qu’une seule injection aux personnes déjà malades par le passé pourrait permettre d'économiser des doses dans un contexte d'approvisionnement contraint.

Attendre l’aval du gouvernement

Reste maintenant à attendre la décision du gouvernement français, qui doit donner ou non son aval à la recommandation de la HAS. Le gouvernement suit généralement les avis de la Haute autorité de santé.

Fin janvier, il avait toutefois estimé qu'on ne pouvait pas augmenter le délai entre les deux doses de vaccin Pfizer, contrairement à la recommandation émise quelques jours plus tôt par la HAS. Rien n’est donc encore joué pour l’application de ce nouvel avis.

Plus de 3 millions de personnes concernées

Au 11 février, 2.135.333 personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin en France, dont 535.775 personnes deux doses. Et depuis le début de la pandémie de covid-19, 3,4 millions de cas confirmées par un test de dépistage ont été enregistrés en France. Davantage de personnes ont probablement contracté le virus, notamment pendant la première vague, lorsque les tests n'étaient pas largement disponibles.

Autant de personnes qui pourraient donc voir leur protocole vaccinal simplifié. Car les trois vaccins anti-covi actuellement autorisés dans l'Union européenne (Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca/Oxford) s’administre en deux doses. Celui de Johnson & Johnson, en cours d'examen par l'Agence européenne du médicament (EMA), nécessite en revanche une seule injection.