Image d'illustration.
Image d'illustration. Crédits Photo : © Shutterstock / Mongkolchon Akesin

Quelle vaccination pour les personnes qui ont déjà eu le covid ?

Les personnes qui ont déjà contracté le covid pourraient n’avoir besoin que d’une seule dose de vaccin, qui agirait comme un "rappel", selon une nouvelle étude. Une proposition séduisante en temps de pénurie de doses.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le

Une seule dose au lieu de deux ? Les personnes qui ont déjà contracté le covid pourraient n’avoir besoin que d’une seule injection de vaccin au lieu des deux règlementaires. C’est ce que dévoile une étude mise en ligne sur le site de prépublication medRxiv le 1er février par des chercheurs Mount Sinai Hospital à New York (États-Unis).

10 à 20 fois plus d’anticorps

Pour cette étude, les chercheurs ont d’abord recruté 109 personnes : 41 présentaient des anticorps hérités d’une précédente infection au coronavirus et les 68 autres n’en présentaient pas. Tous ces volontaires ont reçu une première dose de vaccin à ARN messager (Pfizer/BioNTech ou Moderna) en 2020.

Ils ont ensuite mesuré la quantité d’anticorps dans le sang, un marqueur de la réponse immunitaire, chez tous ces participants. Résultat : la quantité d’anticorps après une dose de vaccin chez les personnes ayant une immunité préexistante est "égale ou même supérieure", parfois de 10 ou 20 fois, à celles des personnes jamais infectées.

A lire aussi : Vaccination contre le covid : des malades témoignent de leur impatience

Des effets secondaires plus forts

Et ce n’est pas tout. Les chercheurs ont aussi comparé les effets secondaires après une dose de vaccin chez 231 volontaires : 148 jamais infectés et 83 déjà infectés par le covid. Ils ont alors observé que les personnes qui ont déjà eu le covid ont exprimé des effets secondaires - fatigue, maux de tête, frissons, fièvre, douleurs musculaires ou articulaires - plus forts et plus fréquents.

Qu’est-ce que cela signifie ? Qu’une seule dose de vaccin provoque une réponse immunitaire très rapide chez les personnes déjà infectées par le passé, interprètent les auteurs de l’étude. Et que la première dose de vaccin pourrait bien "servir de rappel chez les personnes naturellement infectées".

Libérer de nombreuses doses

"Les études de suivi en cours montreront si ces différences initiales dans les réponses immunitaires se maintiennent dans le temps" tempèrent les chercheurs.

Mais cette première étude pourrait déjà ouvrir la voie à un changement de politique, "pour ne donner à ces personnes qu'une seule dose de vaccin". Cela "n'aurait pas d'impact négatif sur leurs quantités d'anticorps, leur épargnerait des douleurs inutiles et libérerait de nombreuses doses de vaccin qui sont nécessaires de toute urgence" écrivent les chercheurs.

Mais comment identifier de façon sûre les personnes qui n’ont besoin que d’une seule dose ? En utilisant, avant de vacciner, des tests sérologiques qui détectent la présence d’anticorps dans le sang, proposent enfin les auteurs de l’étude.

"Être le plus économe possible"

Une idée qui a déjà convaincu la France, comme en témoigne Rémi Salomon, président de la commission médicale d’établissement de l'AP-HP (Assistance publique-Hôpitaux de Paris) au micro de France Info le 2 février : aujourd’hui, "on recommande à ceux qui ont déjà fait le covid" de se faire injecter "une seule dose", précise-t-il, avant d’ajouter : "compte tenu de la pénurie (de doses de vaccin, ndlr), je pense que c'est important d'être le plus économe possible et c'est logique."