Vaccins contre le covid : à quels effets secondaires faut-il s’attendre ?

Les vaccins peuvent entraîner des effets secondaires, le plus souvent bénins. Mais quels sont ceux qui peuvent survenir avec les vaccins contre le covid ? Existe-t-il un risque d’accident grave ? On fait le point.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le
20 millions de Français ont reçu leur première dose de vaccin (Image d'illustration)
20 millions de Français ont reçu leur première dose de vaccin (Image d'illustration)  —  Crédits Photo : © Shutterstock / Bangkoker

"C’est impossible de dire qu’il ne se passera rien" nous confiait le professeur Jean-François Saluzzo, virologue spécialiste des vaccins, à propos des vaccins contre le covid et de leurs potentiels effets secondaires. Car la majorité des vaccins ont bien des effets secondaires.

Des effets locaux bénins

Les plus fréquents sont des effets secondaires locaux, qui font partie de la réponse immunitaire normale et habituelle que déclenche le vaccin. Il s’agit principalement de "rougeur, gonflement, durcissement ou douleur au site d’injection" liste la plateforme Covireivac.

Ces effets "apparaissent généralement dans les heures qui suivent l’administration", ils sont "bénins dans la grande majorité des cas" et "guérissent rapidement", précise le site de ce projet de tests de vaccins contre le covid coordonné par l’Inserm.

A lire : On vous explique pourquoi le vaccin contre le covid ne peut pas provoquer de cancer

Des "réactions générales" possibles

Autres réactions possibles : les réactions générales, qui englobent "de la fièvre, un malaise, des douleurs musculaires ou des maux de tête" détaille encore Covireivac.

Ces effets surviennent couramment avec plusieurs vaccins, comme le vaccin contre la grippe ou encore le vaccin Rougeole-Oreillons-Rubéole (ROR). Ils ont aussi été rapportés au cours des essais cliniques des vaccins anti covid Pfizer/BioNTech et Moderna : "2 à 5% des volontaires" ont ainsi été concernés par "de la fièvre, des réactions locales, des douleurs musculaires" rappelait le professeur Olivier Schwartz, directeur de l’unité virus et immunité à l’Institut Pasteur, sur le plateau d’Allô docteurs le 24 novembre.

Réaction allergique et accidents rares

Mais qu’en est-il des effets indésirables plus sévères ? Première information à retenir : ils sont "beaucoup plus rares", rassure Covireivac, qui explique qu’un effet indésirable est considéré grave "lorsqu’il entraîne une invalidité importante et durable, lorsqu’il provoque une hospitalisation, lorsqu’il est susceptible de mettre la vie du patient en danger".

Parmi eux, les réactions allergiques graves de type anaphylactique, qui peuvent être provoquées les composants du vaccin. Elles restent généralement exceptionnelles : "1,3 réaction par million de doses, quel que soit l’âge" note Covireivac. Ce type de réaction n’a pour le moment pas été rapporté pour les vaccins anti covid en cours d’évaluation.

Seul un accident grave a été rapporté pour le vaccin AstraZeneca : une paralysie transitoire des membres inférieurs, qui avait valu l’interruption des essais. Cet accident réversible – la personne a récupéré depuis – reste rare. Il survient généralement "chez une personne sur 50.000 ou une personne sur 100.000" explique le professeur Arnaud Fontanet, membre du Conseil Scientifique, au micro d’Europe 1.

Il s’agit du seul accident enregistré sur les vaccins en cours d’évaluation. Leurs effets ont été scrupuleusement suivis pendant deux mois, sachant que les principaux accidents sévères surviennent dans les six semaines qui suivent l’inoculation.

Surveillance à long terme

Et pour les éventuels effets à plus long terme ? Comme leur nom l’indique, il faudra patienter plus longtemps pour les observer. D’autant que si ces effets existent, ils sont probablement "très rares" et resteront donc invisibles "tant qu’on n’aura pas vacciné un très grand nombre de personnes" explique encore la présidente du comité Vaccin Covid-19 Marie-Paule Kienny dans un entretien au Figaro.

Une pharmacovigilance à long terme sera donc indispensable, probablement pendant plusieurs années pour noter tout effet indésirable. Mais même si un vaccin entraîne des effets indésirables rares, sa balance bénéfice-risque restera favorable. Car "le risque de développer une maladie grave en ne se vaccinant pas est beaucoup plus important que celui de voir apparaître un effet indésirable lié à la vaccination", rappelle Vaccination Info Service.

Quant à la survenue de cas d’autisme ou de sclérose en plaques parfois attribués à des vaccins, rassurez-vous : il s’agit de fausses accusations et n’ont en réalité aucun lien avec la vaccination.