L'Union européenne pourrait ne pas passer de nouvelles commandes du vaccin Oxford/AstraZeneca (Image d'illustration)
L'Union européenne pourrait ne pas passer de nouvelles commandes du vaccin Oxford/AstraZeneca (Image d'illustration) Crédits Photo : © Shutterstock / Tobias Arhelger

La HAS recommande le vaccin AstraZeneca aux moins de 65 ans

Faute de données d’efficacité chez les plus de 65 ans, la Haute Autorité de Santé recommande de ne pas administrer le vaccin AstraZeneca à cette classe d’âge et de lui préférer un vaccin à ARN messager.

La rédaction d'AlloDocteurs
La rédaction d'AlloDocteurs
Rédigé le , mis à jour le

Il est autorisé sur le marché européen depuis le 29 janvier. Et le 2 février, le vaccin anti-covid développé par AstraZeneca et l’université d’Oxford est devenu le troisième vaccin à être disponible en France. La Haute Autorité de Santé (HAS) a en effet rendu son avis donnant son feu vert au vaccin AstraZeneca, mais pas pour les plus de 65 ans, faute de données actuellement disponibles sur son efficacité dans cette classe d'âge.

"En raison du faible effectif de participants âgés de 65 ans et plus dans les essais, il n’est pas possible de conclure sur l’efficacité vaccinale dans cette population" justifie ainsi la HAS dans son avis.

A lire aussi : Vaccins Covid : on vous explique la polémique autour du vaccin d'AstraZeneca

Professionnels de santé et 50-64 ans

"Ces données vont arriver dans les semaines qui viennent" explique la présidente de la HAS Dominique Le Guludec. "Dans l'intervalle, nous recommandons son utilisation chez les moins de 65 ans", ajoute-t-elle.

En somme, la HAS recommande donc de proposer ce vaccin "dont l’efficacité et la tolérance sont satisfaisantes" (62 à 70% selon les études) :

  • à l’ensemble des professionnels du secteur de la santé et du médico-social de moins de 65 ans
  • aux personnes âgées de 50 à 64 ans, en commençant par celles qui présentent des comorbidités
  • puis, dans un deuxième temps, quand les doses seront disponibles, aux "18-49 ans avec comorbidités" et aux "opérateurs essentiels et professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays".

Vaccin à ARN pour les plus âgés

Pour les plus de 65 ans, chez qui les données ne sont "pas encore assez robustes", la HAS recommande donc "préférentiellement" de vacciner avec "un vaccin à ARN messager", comme celui de Pfizer/BioNTech ou de Moderna.

Prochaine étape pour ce vaccin : l’avis de la HAS doit être entériné par le gouvernement. Si c'est le cas, la France rejoindra la liste des pays qui déconseillent le vaccin d'AstraZeneca aux plus âgés et prennent ainsi le contre-pied des recommandations de l'Agence européenne des médicaments (EMA). Parmi ces pays figurent déjà l'Allemagne, la Suède, la Pologne ou l'Italie.

"10 millions de doses"

Une autre question persiste : combien de doses AstraZeneca livrera-t-il à la France ? Le laboratoire a déjà annoncé d’importants retards de livraisons à l’Union européenne mais selon la professeure Le Guludec, la France pourrait recevoir "environ 10 millions de doses (de ce vaccin) dans les trois mois qui viennent, ce qui permettra de vacciner cinq millions de personnes supplémentaires".

Car même avec des restrictions, l'arrivée de ce nouveau vaccin pourrait donner un coup de pouce à une campagne de vaccination qui peine encore à s’accélérer.

D’autant que comme ce vaccin se conserve très bien au réfrigérateur, la HAS s’est dite favorable à la vaccination par les pharmaciens et les sages-femmes. A une condition pour garantir son efficacité : que deux doses soient administrées, avec un écart de neuf à 12 semaines entre les deux injections.